vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe révérend Adrian Newman : L’appel de la lutte pour les droits...

Le révérend Adrian Newman : L’appel de la lutte pour les droits de l’Homme doit être entendu en Iran

Discours du révérend Adrian Newman

Mercredi 20 janvier 2016, le révérend Adrian Newman, évêque de Stephney, a prononcé un discours à Auvers-sur-Oise, dans le nord de Paris. Il a rencontré, avec le révérend John Pritchard, ancien évêque d’Oxford, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à son domicile.

Voici ci-dessous le discours du révérend Adrian Newman :

Mes chers frères et sœurs, c’est un grand plaisir d’être ici avec vous aujourd’hui. Encore merci pour cet accueil chaleureux que nous avons reçu. Je suis très heureux d’être ici.

Nous voulons être là – l’évêque John et moi-même – pour vous soutenir et être solidaires avec vous dans la lutte que vous menez. Chaque croyance abrahamique est en accord avec le fait que Dieu est connu pour son amour, son expression de la paix et pour sa justice. L’amour, la paix et la justice. C’est ce pour quoi nous sommes tous assis dans cette pièce aujourd’hui.

Ce sont les qualités qui nous unissent. Et nous aspirons à voir ces valeurs dans nos sociétés et nos communautés. Et aussi les sociétés que nous portons dans nos cœurs si nous sommes loin de chez nous aujourd’hui.

Peu importe où nous voyons un déficit d’amour, de paix ou de justice, les chrétiens et les musulmans le dénonceront. Il n’y pas, bien sûr, d’endroit dans le monde où les Hommes sont au-dessus de ces valeurs universelles. Parfois, le poids de la violence et de l’inhumanité est accablant.

Et quand je dis ça, en regardant dans cette pièce, je peux voir que vous portez ce genre d’expérience, très personnelle, dans vos cœurs et dans votre histoire. Vous avez été touché par des tragédies comme nous ne l’avons jamais été. Et je veux donc vous saluer pour votre courage et pour votre volonté de poursuivre le combat pour la liberté et la justice dans cette situation.

Reverend Adrian Newman

Il est difficile de rester optimiste et de garder espoir. Comment avez-vous fait ? Je vous admire parce que vous avez gardé espoir et vous êtes resté optimiste. Vous n’avez pas cédé à votre souffrance et celle de votre peuple. Je suis toujours surpris de voir à quel point l’esprit humain peut défier l’oppression. La flamme de l’espoir ne s’éteint pas facilement.

Et j’aimerais rendre hommage à ceux qui ont montré une telle détermination à garder cette flamme de l’espoir pour ceux qui n’ont pas accès à la justice fondamentale. De parler pour ceux qui ont été réduits au silence. D’attirer l’attention de la communauté internationale pour ceux qui ont vu leurs droits et leur dignité bafouée jour après jour. L’action spécifique, autour de laquelle cinquante-deux évêques de l’Église anglicane anglaise se sont unis, et on le voit extrêmement bien ici sur vos murs.

L’action spécifique autour de laquelle nous nous sommes rassemblés est l’attaque du camp Liberty le 29 octobre dernier, pendant laquelle vingt-trois réfugiés iraniens ont été tués et beaucoup d’autres blessés. Et il est rare, je vous le dis aujourd’hui, il est extrêmement rare d’obtenir une réponse aussi large chez les évêques et je pense que cela montre à quel point nous avons été outrés que des civils innocents soient visés au mépris total de la notion de justice internationale. Ce n’était pas une zone de guerre. Rien ne l’a provoqué. Sous plusieurs aspects, le camp Liberty reste une énigme. C’est devenu, pour vous et beaucoup d’autres, le point d’un problème plus large qui est le droit des citoyens d’être en désaccord avec l’approche de leur pays pour créer une société florissante.

Voici une citation attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour défendre votre droit de le dire. » La manière dont les gens sont en désaccord est fondamentale pour le monde dans lequel nous voulons vivre, pour la nature du monde que nous voulons créer. Nous, dans l’Église anglicane, nous passons actuellement dans un processus très difficile dans lequel nous essayons de rester ensemble dans l’amour, alors que dans le monde, les chrétiens ont un point de vue très différent et opposé sur le sujet de la sexualité.

La façon dont nous passons ce processus en honorant les convictions de chacun pourrait être aussi importante que lorsque nous décidons comment nous faisons les choses quand il y a un désaccord. La plupart des croyances s’accorderont là-dessus – cela revient à nos valeurs centrales de l’amour, la paix et la justice. Les oppositions et les débats sont des éléments vitaux de ce territoire. Lorsque l’opposition est réprimée et que le débat est passé sous silence, nous avons tous un problème. C’est pour cette raison qu’il y a une telle consternation concernant l’emprisonnement des réfugiés iraniens du camp Liberty.

C’est pour cette raison qu’il y a cette inquiétude à propos des droits de l’Homme en Iran en ce moment, signalé avec tant de transparence dans la 62e résolution de l’ONU qui condamne les abus des droits de l’Homme en Iran. La suppression de voies alternatives est la marque qu’une société a peur de son avenir. Les communautés confiantes, matures autorisent le débat. Restreindre, réprimer et étouffer les discussions politiques est toujours une marque de peur et d’insécurité.

Ce n’est pas de mon ressort, vraiment, de demander au gouvernement iranien d’écouter quelqu’un comme moi. Mais j’aimerais qu’il écoute la voix de son propre peuple et, en fait, la voix de la communauté internationale.

Et je demande à mon gouvernement, au Royaume-Uni, et aux autres pays européens, de tenir compte de cela, notamment dans la semaine qui vient, lorsque la communauté internationale aura rouvert les routes du commerce grâce à l’accord passé en juillet dernier.

Le statut de réfugiés pour les habitants du camp Liberty doit être reconnu et respecté. Les attaques contre la vie et les biens doivent s’arrêter.

L’appel de la lutte pour les droits de l’Homme doit être entendu en Iran. Au nom de quoi avons-nous, évêques anglicans, le droit de demander ces choses ? Peut-être n’en avons-nous pas le droit du tout. Sauf que nous partageons ces racines abrahamiques fondamentales avec nos frères et sœurs musulmans.

L’amour, la paix et la justice. Ce sont les valeurs de la divinité. Ce sont les valeurs autour desquelles le divin et l’humain se touchent. Au sein même de la chrétienté. Au sein même de l’Islam. Au Royaume-Uni. En Iran. Et autour du monde.

Merci beaucoup.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe