vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe régime iranien s'ingère dans les affaires des pays arabes pour se...

Le régime iranien s’ingère dans les affaires des pays arabes pour se protéger d’un renversement, déclare l’opposition iranienne à Asharq Al-Awsat

Mohammad Mohaddessine : Nous avons investi plus de 200 millions de dollars pour bâtir le camp d’Achraf mais nous ne sommes pas opposés à l’idée de déplacer les résidents hors d’Irak.

Par Abdolsatar Hatiteh

Asharq Al-Awsat (grand quotidien saoudien publié à Londres), 25 avril – L’opposition iranienne accuse Téhéran de s’ingérer dans les affaires internes des pays arabes dans le but de « se protéger d’un renversement ».

L’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) a déclaré avoir investi plus de 200 millions de dollars pour bâtir le camp d’Achraf, mais deux semaines après une attaque contre le camp, qui a fait 35 morts parmi les résidents, l’organisation a souligné qu’elle n’était pas contre l’idée de déplacer ses 3 400 membres résidant actuellement dans le camp au nord de Bagdad quelque part hors d’Irak.

Mohammad Mohaddessine, Président de la commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (l’opposition iranienne) et représentant des résidents du camp d’Achraf en Irak, a critiqué la position « hypocrite » du régime iranien de Téhéran concernant  les évènements dans les pays arabes et les soulèvements arabes. Il a déclaré que le régime des mollahs craint profondément que les protestations ne s’étendent à l’Iran, tout comme les revendications de la population pour le renversement du régime de Velayat-e Faqih (suprématie du guide religieux), qui dirige le pays depuis 30 ans.

Il a noté que le régime iranien a intensifié la répression contre les opposants iraniens à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du pays à un niveau sans précédent, et qu’il essaiera d’exploiter la situation actuelle dans les pays arabes pour mettre en marche ses cellules dormantes.

Concernant certains pays arabes accusant le régime iranien de s’ingérer dans leurs affaires internes, Mohammad Mohaddessine a déclaré à Asharq Al-Awsat dans une interview à Paris, capitale française et siège de l’opposition : « Les propos sur l’ingérence du régime iranien dans les affaires des pays arabes sont totalement justes ». Il a ajouté : « Cette ingérence a commencé en Irak. Et le régime iranien utilise ses agents pour séparer l’Irak du monde arabe, en dévastant le pays et en le mettant en conflit avec de nombreux autres pays arabes ».

Pour Mohadessine, « Les mollahs au pouvoir à Téhéran ont, autant que possible, étendu la portée de cette ingérence au Bahreïn, au Liban, au Koweït, au Yémen, en Jordanie, en Égypte, en Palestine et dans le reste des pays arabes ». « Actuellement, a-t-il ajouté, les problèmes les plus importants dans le monde arabe résultent directement ou indirectement de l’ingérence du régime iranien » et « la triste réalité, c’est que les pays frères arabes n’évoquent pas même une petite partie de ces ingérences ».

Il a ajouté que le régime au pouvoir à Téhéran a toujours adopté une logique expansionniste, « cherchant à créer un empire islamique allant de l’océan jusqu’au Golfe. Naturellement, l’Irak, pour des raisons géopolitiques et sa majorité chiite, a été la cible première et principale des mollahs ». Mohaddessine a également déclaré, « Permettez moi de m’adresser à ceux qui occupent des postes de responsabilités et aux jeunes qui se sont insurgés de même qu’à tous les peuples de divers pays de la région pour dire que le régime iranien est le plus grand ennemi de la démocratie ». Il a ajouté que « l’instauration de véritables démocraties en Irak et dans d’autres pays arabes servira de corde métaphorique autour du cou des mollahs à Téhéran ».

Mohaddessine a déclaré : « La récente attaque contre le camp d’Achraf a été motivée par la situation du régime aux abois des mollahs », et a noté que le régime de Téhéran a toujours « cherché à planifier et utiliser toutes ses ressources afin d’anéantir les résidents du camp d’Ashraf. Après le renversement des dictatures dans la région et alors que le peuple iranien scande, « Moubarak, Bien Ali, au tour de Seyed Ali (Khamenei) », le régime iranien a intensifié les pressions sur l’opposition dans le pays et en exil, et a été impliqué dans l’attaque sur le camp d’Achraf à travers d’agents associés aux autorités du régime iranien en Irak ».

Mohaddessine a déclaré que le nombre de victimes de la récente attaque sur le camp d’Achraf par les forces irakiennes était monté à 35 hier après qu’un autre des résidents blessés, Bahman Atiqi, soit décédé à cause du manque de soins médicaux. Il a déclaré que 13 autres résidents blessés luttaient contre la mort, accusant les autorités irakiennes de chercher à vouer les blessés à une mort lente et a appelé la communauté internationale à intervenir immédiatement pour aider le camp et ses résidents blessés.

Interrogé sur les affirmations selon lesquelles la présence de l’OMPI en Irak est en contradiction avec la souveraineté irakienne, Mohaddessine a répondu que de telles déclarations qui sont répétées continuellement par des responsables à Bagdad ainsi qu’à Téhéran sont des « affirmations discréditées », car c’est en réalité « le régime iranien qui viole la souveraineté irakienne et s’ingère dans toutes ses affaires ». Il a déclaré que Téhéran a infiltré « toutes les institutions et tous les organes administratifs, politiques et de sécurité en Irak ».

Concernant la désignation continue de l’OMPI comme une organisation terroriste par les États-Unis, Mohaddessine a expliqué que la décision remontait à 1997 quand le gouvernement américain a cherché à faire un geste de bonne volonté envers le régime, et a ajouté : « Malheureusement, en dépit des objections du Congrès et de personnalités américaines, les gouvernements américains consécutifs ont continué cette politique ». Il a ajouté qu’une cour d’appel de Washington a considéré la classification de l’OMPI comme sans-fondement et a ordonné au Département d’État de la réévaluer.

Concernant les avantages pour l’opposition d’œuvrer en Europe et en France particulièrement, Mohaddessine a déclaré qu’en dépit des importants intérêts économiques des Européens dans leurs relations commerciales avec le régime iranien, la Résistance iranienne a été capable de recueillir un vaste soutien en Europe, notamment le soutien majoritaire de l’Assemblée Nationale française pour l’instauration d’une démocratie en Iran basée sur la « séparation de la religion et de l’État », de même qu’un appel du Sénat au gouvernement français d’exhorter l’ONU à soutenir les résidents du camp d’Achraf. En plus de ces efforts, a-t-il déclaré, il y a ceux du Conseil de l’Europe et des parlements nationaux en Europe.

En ce qui concerne les efforts leaders de l’OMPI pour déplacer les résidents du camp d’Achraf hors d’Irak, Mohaddessine a déclaré que l’organisation a bâti « Ashraf sur un morceau de terre aride privé de toutes ressources et l’a transformé en une ville pourvue d’installations modernes, investissant plus de 200 millions de dollars dans le processus ». Il a ajouté, « Malgré tout, nous avons indiqué à l’ONU ainsi qu’aux Américains que nous n’insistons pas pour demeurer en Irak, et qu’ils peuvent faire venir un avion et déplacer tous les résidents du camp en Europe ou aux États-Unis. Nous prendrons même en charge tous les frais relatifs à l’avion. Mais nous préférerions partir dans notre propre patrie, l’Iran, à condition que la sécurité et la liberté d’expression et d’action politique nous soient assurées.   

Mohadessine a expliqué que les Iraniens ne veut pas de réforme au sein de ce régime, parce qu’ils ont compris avec chaque cellule de leurs corps que le régime du guide suprême n’est ni iranien, ni islamique, ni humain et qu’il est incapable de la moindre réforme.

« Ce régime est extrêmement isolé en Iran. Si une véritable élection se tenait, les mollahs ne seraient même pas capables de recueillir 3% des votes et c’est pour cela qu’ils évitent constamment les élections libres. » Il a noté que depuis 1979, le régime au pouvoir a été en mesure d’assurer sa survie par la répression cruelle et les exécutions, y compris l’exécution de plus de 120.000 personnes, principalement des membres et sympathisants de la résistance iranienne. « Nous avons publié les noms et les coordonnées de 20.000 de ces martyrs. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe