dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien exécute un homme malgré l'appel de l'organisation des droits...

Le régime iranien exécute un homme malgré l’appel de l’organisation des droits de l’hommes

Le régime iranien exécute un homme malgré l'appel de l'organisation des droits de l'hommes

CNRI – Le régime fondamentaliste iranien a exécuté Rashid Kouhi, étudiant, samedi dernier, malgré un appel lancé par Amnesty International pour annuler la peine. M. Kouhi, 36 ans, a été exécuté samedi matin dans la prison Lakan de Rasht dans la province de Gilan, au nord de l’Iran, selon les sources.

Vendredi dernier, Amnesty International a affirmé que l’exécution programmée de M. Kouhi démontrait un mépris total des autorités iraniennes pour le droit à la vie et leur détermination à poursuivre une frénésie d’exécution stupéfiante qui a engendré près de 1000 mises à mort l’année dernière.

Les membres de la famille de Rashid Kouhi ont reçu un appel des autorités de la prison jeudi dernier pour les informer qu’ils devaient se rendre à la prison de Lakan vendredi, pour pouvoir le voir une dernière fois avant son exécution prévue le lendemain.

Rashid Kouhi a été arrêté à un point de contrôle de Roudbar, dans la province de Gilan le 24 août 2011.

« Les officiers qui l’ont arrêté ont mené une fouille de son sac où ils ont trouvé 800 grammes de méthamphétamine en cristaux. Il était étudiant à l’époque. Il a été jugé et condamné à mort à l’issue d’un procès manifestement inéquitable par un tribunal révolutionnaire de Roudbar en février 2012 », selon Amnesty international.

Saïd Boumedouha, Directeur adjoint du comité Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International, a déclaré vendredi : « l’exécution imminente Rashid Kouhi quelques jours après que l’Iran ait été identifié comme le deuxième bourreau du monde en 2015 dans le rapport annuel sur la peine de mort d’Amnesty International, souligne la détermination des autorités à maintenir leur taux horrifiant d’exécutions ».

« Les autorités iraniennes doivent immédiatement empêcher l’exécution de Rashid Kouhi. L’utilisation de la peine de mort pour des infractions liées à la drogue est une violation flagrante du droit international des droits de l’homme. Au lieu d’accélérer leur frénésie galopante d’exécutions, les autorités iraniennes doivent prendre des mesures pour abolir ce châtiment ultime cruel et inhumain ».

Rashid Kouhi s’est vu refusé le droit de faire appel de sa condamnation à mort.

« Il est consternant que Rashid Kouhi n’ait pas eu le droit de faire appel. C’est un élément fondamental du droit à un procès équitable. Les autorités iraniennes doivent interrompre de toute urgence son exécution et lui donner une chance de faire appel de sa condamnation à mort dans un procès équitable sans recours à la peine de mort. Le fait de ne pas le faire serait une injustice irréversible », a déclaré Saïd Boumedouha.

Le groupe de défense des droits sur son site internet : « au moins 977 personnes ont été exécutées en Iran en 2015 ».

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe