samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien continue de violer systématiquement les droits de l'homme selon...

Le régime iranien continue de violer systématiquement les droits de l’homme selon le groupe des droits de l’Homme

Le régime iranien continue de violer systématiquement les droits de l'homme selon le groupe des droits de l’Homme

par Mohammad Sadat Khansari

Le régime iranien a intensifié la pression sur les prisonniers politiques, a rapporté Iran Human Rights Monitor (Iran HRM). Selon Iran HRM, le prisonnier politique Soheil Arabi a été transféré de la prison d’Evin au fameux pénitencier du Grand Téhéran, à 32 kilomètres au sud-est de Téhéran, pour n’avoir pas accepté de faire des aveux forcés.

Les autorités pénitentiaires ont déclaré à Arabi qu’il serait transféré du quartier 8 au quartier 4. Alors qu’il s’apprêtait à partir, un agent du ministère des Renseignements lui a dit : «Vous n’avez que deux options. Vous pouvez retirer vos déclarations précédentes et exprimer vos regrets à la télévision, ou vous serez transféré dans une prison pire. « Soheil Arab a répondu immédiatement : » Je choisis une prison pire. « 

Selon Iran HRM, le ministère du Renseignement avait auparavant demandé à Soheil Arabi de retirer ses positions et de rejeter ses déclarations précédentes sur la destruction de l’avion de passagers ukrainien et la répression sanglante des manifestations de novembre en Iran.

Pourtant, M. Arabi a déclaré : «J’ai dit la vérité dans mes déclarations. Vous avez tué des gens dans les rues. Les gens veulent leurs droits. Ils ont le droit de protester et d’exprimer leur opinion. Pourquoi tuez-vous ceux qui protestent ? Nous avons également le droit d’exprimer nos vues. Nous avons donc fait des déclarations et protesté contre la répression du peuple. Ce n’est pas un crime. « 

Dans une évolution similaire, un militant iranien des médias sociaux, du nom de Mehrdad Mohammadnejad, a été transféré dans la même prison notoire de Fashafouye que Soheil Arabi.

Selon Iran HRM, l’étudiant en économie de 23 ans purge une peine de trois ans pour « insulte à des fonctionnaires et agents » et « diffusion de propagande contre le régime ». Il a été arrêté le 21 octobre 2018 après que des agents de l’agence de renseignement ont perquisitionné son domicile à Shahriar, dans l’ouest de Téhéran.

Il y a eu des rapports inquiétants de la prison de Fashafouye et de ses unités. Les rapports indiquent que la prison de Fashafuyeh, telle qu’elle a été initialement conçue pour les détenus toxicomanes à mobilité réduite, ne dispose pas de toilettes publiques. Les toilettes se composent d’un trou dans le sol sur une superficie d’environ 60 par 60 cm sans tuyau d’eau, lavabo ni éclairage, qui est séparé des lits avec un rideau dans une pièce de 3 mètres où se trouvent 26 à 32 prisonniers entassés les uns contre les autres. Ces cellules sont appelées « physique ».

Des informations provenant d’Iran indiquent également que le militant iranien des droits des enseignants, Jafar Ebrahimi, un mois après son arrestation, est dans grave. Selon Iran HRM, il a été arrêté le 26 décembre alors qu’il assistait à une cérémonie pour les victimes des manifestations de novembre.

Aucune information n’est actuellement disponible sur les charges retenues contre Jafar Ebrahimi. En outre, le 5 janvier, l’Association des enseignants de Téhéran a publié une déclaration protestant contre l’arrestation de Jafar Ebrahimi et demandant sa libération.

Dans un problème similaire, il n’y a aucune information sur le sort de Fatemeh (Mary) Mohammadi, une chrétienne iranienne qui a été arrêtée lors des récentes manifestations à Téhéran contre la destruction par le régime d’un avion de ligne ukrainien.

Iran HRM a rapporté que Mme Mohammadi avait publié une série de tweets le jour de son arrestation, affirmant que le peuple iranien faisait face à une « répression douce » en Iran alors que le régime créait «de fausses rumeurs grâce à une couverture sélective des informations ».
Le 11 janvier, la deuxième vague de protestations iraniennes a éclaté après l’abattage de l’avion de passagers ukrainien par les Gardiens de la révolution du régime (CGRI). Ces protestations ont ruiné la tentative du régime de dépeindre le commandant désormais décédé de la Force Qods du CGRI, Qassem Soleimani, comme un héros national. Au cours de la deuxième vague de manifestations à l’échelle nationale, le peuple iranien a montré son horreur envers ce criminel et le chef suprême du régime, Ali Khamenei, en détruisant leurs images. Une vidéo publiée en ligne montre un jeune homme qui donne un coup de pied à la grande bannière de Soleimani.

Le chef de la police de Téhéran, Hossein Rahimi, a annoncé l’arrestation d’un adolescent parce qu’il « a insulté l’image de Qassem Soleimani il y a quelques jours et a lancé une affiche de Soleimani dans la rue ».

Un responsable du régime iranien a récemment déclaré qu’insulter Soleimani est un blasphème et que des insultes à sa personnalité équivalent au crime de diffuser de la propagande contre l’État.

Les informations faisant état de violations des droits de l’homme commises par le régime rendent une nouvelle fois plus urgente l’appel lancé par Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), aux Nations Unies pour envoyer une mission d’enquête en Iran afin d’empêcher le régime de nouvelles violations des droits de l’homme.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe