jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieLe régime iranien condamne trois personnes à mort pour crimes économiques

Le régime iranien condamne trois personnes à mort pour crimes économiques

Le régime iranien condamne trois personnes à mort pour crimes économiques

Le régime iranien a condamné dimanche trois personnes à mort pour corruption, dans l’espoir d’envoyer un signal fort aux responsables et aux commerçants sur le fait de ne pas exploiter la crise financière du pays alimentée par les des sanctions américaines.

L’identité des hommes d’affaires n’a pas été divulguée et les détails spécifiques des charges qui pèsent contre eux n’ont pas été révélés. Selon le porte-parole du système judiciaire, Gholamhossein Mohseni-Ejei, la peine doit encore être ratifiée par le plus haut tribunal iranien.

Ces condamnations ont été prononcées un jour seulement après que la banque centrale iranienne a reçu plus de pouvoirs d’intervention sur le marché des changes afin d’empêcher le rial de perdre davantage de valeur, comme cela a s’est produit depuis que les États-Unis ont restauré une interdiction de l’échange du dollars américains en Iran en août. La prochaine série de sanctions, visant l’industrie pétrolière et la banque centrale iraniennes, entrera en vigueur le 4 novembre, ce qui devrait mettre davantage de pression sur l’Iran.

Depuis le début de l’année, le rial iranien a perdu 80 % de sa valeur par rapport au dollar américain, une forte baisse qui a commencé avant que Donald Trump n’annonce en mai qu’il retirerait les États-Unis de l’accord nucléaire de 2015. Les tentatives du Régime pour stabiliser le marché se sont retournées contre lui.

Le peuple iranien proteste dans les rues contre la crise économique et le gouvernement a réagi en réprimant sévèrement ceux qu’il juge aggraver la crise ou en profiter dans l’espoir que cela plaira au peuple. Jusqu’à présent, 120 personnes ont été arrêtées, 35 personnes ont été inculpées et la plupart d’entre elles ont été condamnées à des peines de prison.

Bien sûr, la crise économique iranienne a été causée par des années de corruption et de mauvaise gestion de la part des mollahs – dont aucun n’a été arrêté – et le peuple ne se réjouira pas de voir que le régime des mollahs exécute ses compatriotes. La volonté des mollahs de réprimer les prêteurs sur gages, les commerçants et les responsables de bas niveau ne contribuera en rien à la résolution de la crise, parce que les personnes réprimées n’ont pas causé la crise et parce que le long bras de la loi du régime n’atteint pas les véritables coupables.

Alors que l’ancien gouverneur de la banque centrale iranienne, Valiollah Seif, fait l’objet d’une enquête et se voit interdire de quitter le pays, il n’était pas le seul responsable de la chute du rial et constitue un bouc émissaire pour le reste du régime.

Les mollahs iraniens ont gaspillé les ressources de leur peuple en s’ingérant dans les autres pays du Moyen-Orient, en se livrant au terrorisme et à la guerre, et l’exécution de personnes qui ont fait des changes à des taux différents du taux fixé par le régime ne résoudra pas la crise.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe