jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien condamne 86 manifestants à la flagellation et à la...

Le régime iranien condamne 86 manifestants à la flagellation et à la prison

Le régime iranien condamne 86 manifestants à la flagellation et à la prison

Le régime iranien a condamné 86 personnes à un total de 2 580 coups de fouet et à 344 mois de prison pour avoir protesté contre le détournement d’eau au profit de l’usine sidérurgique affiliée aux pasdaran, Isfahan Steel Factory.

Le tribunal pénal de Borujen, dans la province de Chaharmahal-Bakhtiari, dans le sud-ouest du pays, a jugé 103 manifestants pour « atteinte à l’ordre public » et pour «désobéissance aux agents du gouvernement en service» le 31 juillet.

Le régime iranien a condamné chacun des 86 militants à 30 coups de fouet et à quatre mois de prison, simplement pour avoir protesté contre le transfert de leur eau potable à l’usine Sefid Dasht Steel appartenant à la compagnie Isfahan Steel, liée au corps des gardiens de la révolution islamique.

Les habitants de Boldaji ont protesté contre cette initiative en juillet 2016, qui a conduit les forces de sécurité à attaquer, blesser et tuer plusieurs manifestants. Beaucoup de ceux qui ont survécu ont été arrêtés.

La région a été durement touchée par les pénuries d’eau et le transfert d’eau, dont les plans sont encore à venir selon les rapports, ne fera qu’aggraver les choses pour les personnes qui y vivent.

L’usine sidérurgique d’Ispahan, également connue sous le nom de Mobarakeh Steel Factory, a été sanctionnée par le Trésor américain en octobre 2018 en raison de ses liens avec les pasdaran, un groupe terroriste désigné par les États-Unis, et du financement de Basij, le bras paramilitaire des pasdaran. c’est l’organe principal du régime pour réprimer les manifestations nationales.

Le Trésor américain a déclaré que la sidérurgie d’Isfahan, qui est le plus grand producteur d’acier du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, est «une source de revenus pour le conglomérat économique de Bonyad Taavon Basij. La Mobarakeh Steel Company d’Essahan a fourni chaque année des millions de dollars à la société d’investissement iranienne Mehr Eqtesad, entité qui entretient des liens étroits avec le Basij et son Bonyad Taavon Basij ».

Ces derniers mois, le régime iranien n’a fait que renforcer la répression des manifestations en condamnant de lourdes peines de prison les manifestants et les activistes, tout en appliquant des peines sévères comme la flagellation pour intimider les manifestants. (Au moins 21 militants et manifestants ont été condamnés à coups de fouet en août.)

Néanmoins, cela n’a pas empêché le peuple iranien d’appeler à la fin du régime. Le soulèvement, qui a débuté en décembre 2017, avait pour origine les problèmes économiques majeurs qui se posaient bien avant les sanctions américaines, mais il s’est rapidement transformé en une manifestation anti-régime.