vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe prisonnier politique iranien, Saleh Kohandel, se prononce contre les conciliateurs du...

Le prisonnier politique iranien, Saleh Kohandel, se prononce contre les conciliateurs du régime

Le prisonnier politique iranien, Saleh Kohandel, se prononce contre les conciliateurs du régime

CNRI – Un message d’un prisonnier politique a été émis clandestinement de la tristement célèbre prison iranienne de Gohardacht (Rajai Shahr) à Karaj, au nord-ouest de Téhéran. Saleh Kohandel a publié cette déclaration le 19 juillet, contre les prétentions des apologistes du régime iranien qui tentent de dépeindre les mollahs dans une lumière positive.

Il a commencé par une courte fable sur un homme achetant un pot d’argile. Le marchand lui montre diverses options ; ceux appartenant à des philosophes, des rois, des dictateurs et même celui utilisé par Jésus.

Le client choisit celui qui est inscrit avec les droits de l’homme, mais le vendeur l’avertit que le pot a un trou dans le fond et ne sera jamais capable de retenir l’eau sans avoir une plaque placée en dessous.

L’acheteur rit et achète le pot avec une plaque.

C’est une métaphore intéressante pour l’engagement profond du régime iranien envers les droits de l’homme ; peu importe combien l’apparence est sophistiquée, la promesse est inutile si elle comporte des lacunes.

Kohandel a continué à critiquer les protecteurs du régime pour leur soutien des politiques iraniens qui étaient préjudiciables à ses civils.

Il a critiqué les huit ans de guerre entre l’Iran et l’Irak, qui était responsable de milliers de morts et de milliards de dollars gaspillés. Cette guerre n’a donné aucun avantage pour les civils et ne sert qu’à renforcer le régime, mais peu importe, les gens qui cherchent la paix ont été supprimés alors que les partisans ont afflué au régime.

Kohandel a continué de se prononcer contre l’accord sur le nucléaire. Il a déclaré : « Aucun des apologistes n’a protesté contre celui-ci, au contraire, ils sont unis derrière lui en scandant que “l’énergie nucléaire est un droit inaliénable [de l’Iran]”. Ceux qui ont révélé la nocivité d’un tel projet ont été accusés de trahison. »

Il a poursuivi : « Les apologistes [du régime] se turent alors que des milliers de prisonniers ont été brutalement tués dans les années 1980. Ils ont aidé les oppresseurs et négligé les opprimés.»

Il faisait référence aux exécutions dans les prisons, y compris le massacre de 30 000 militants du principal groupe d’opposition des moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI ou MEK) qui restent fidèles à leurs croyances.

Il a déclaré que les apologistes du régime ne sont pas intervenus dans la Fatwa contre l’auteur britannique Salman Rushdie ou les crises provoquées en Syrie, en Irak et au Yémen par le régime des mollahs ou alors que 300 000 personnes ont été tuées par le régime dans ces pays ou les millions qui ont été déplacé.

Il a ajouté : « Alors que les hommes, les femmes et les enfants de ce pays appelaient pour la liberté à la potence ou lorsque des milliers de prisonniers attendaient en isolement leur exécution, les conciliateurs cherchaient de faux héros. »

Comme le vase d’argile, les conciliateurs ont un défaut, mais par sa nature même, il menace le noyau de son objet.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe