jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe prisonnier politique iranien Akbar Bagheri en grève de la faim

Le prisonnier politique iranien Akbar Bagheri en grève de la faim

Le prisonnier politique iranien Akbar Bagheri en grève de la faim

Par Sedighe Shahrokhi

Le prisonnier politique iranien Akbar Bagheri a entamé une grève de la faim pour protester contre son transfert soudain de la prison d’Evine, à Téhéran, vers la prison centrale du Grand Téhéran.

Bagheri a entamé la grève de la faim mercredi 15 mai. Il est actuellement en grève sèche de la faim. Souffrant de saignements intestinaux, Bagheri a été hospitalisé en avril mais a été renvoyé en prison après deux jours sans recevoir de traitement médical adéquat.

Bagheri est dans un état critique et doit être transféré à l’hôpital pour être soigné et éventuellement opéré. Après son transfert mercredi, il a été placé en isolement et n’a pas eu accès à un traitement médical.

Bagheri est un partisan de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Il a été arrêté le 21 février 2018, lors d’une manifestation d’investisseurs escroqués par l’établissement de crédit Caspian, affilié aux Gardiens de la révolution (pasdaran), devant le Majlis (Parlement des mollahs).

Dans un communiqué en date du 17 mai 2019, le CNRI a cité 11 prisonniers politiques arrêtés le mois précédent : « Le transfert des forces de Hash al-Shabi d’Irak vers les zones touchées par les inondations, le lancement de patrouilles de nuit et des ‘patrouilles de sécurité de quartier’, appelées Razavioun, et la nouvelle vague d’arrestations à travers tout le pays, en particulier parmi les militants de l’OMPI, font partie des mesures de répression de la théocratie au pouvoir en Iran pour empêcher des soulèvements populaires. »

L’OMPI avait annoncé les noms de 28 autres personnes arrêtées en mars et avril.

Le ministre iranien du Renseignement, Mahmoud Alavi, a annoncé le 19 avril 2019 l’arrestation de « 116 équipes affiliées à l’OMPI ». Par la suite, le directeur général du ministère du renseignement du régime dans la province de l’Azerbaïdjan Oriental, le 24 avril 2019, a rendu compte de 110 arrestations et altercations avec des Moudjahidine dans la province en 2018.

Mais l’OMPI a déclaré que le nombre réel d’arrestations est beaucoup plus élevé. Les organes répressifs du régime des mollahs, notamment les pasdaran, la direction du Renseignement des pasdaran et les forces de l’ordre ont également procédé à l’arrestation de militants de l’OMPI.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe