jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe porte-parole d l’OMPI réagit au sujet des propos d’ Ali Shamkhani...

Le porte-parole d l’OMPI réagit au sujet des propos d’ Ali Shamkhani au sujet du massacre des manifestants iraniens

Le porte-parole d l’OMPI réagit au sujet des propos d’ Ali Shamkhani au sujet du massacre des manifestants iraniens

Shahin Gobadi

Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale du régime iranien, a reconnu le 12 décembre que les manifestants iraniens ont été brutalement réprimés au cours du récent soulèvement contre la dictature et la misère en Iran.

Selon l’agence de presse officielle IRNA, il a déclaré lors d’une réunion publique : « plus de 85 % de ceux qui ont perdu la vie dans les récents incidents dans les villes de la province de Téhéran n’ont participé à aucune des manifestations et ont été tués dans des circonstances suspectes avec des armes à feu et d’autres armes non délivrées par les forces [de sécurité]. Ainsi, le projet des groupes d’opposition d’accumuler les victimes dans cette région s’avère certain. »

Considérant que les forces répressives étaient le seul parti armé, les médias sociaux regorgeant d’images montrant les agents du régime en train de tirer directement sur des manifestants sans défense, les propos de Shamkhani sont une réaction face à l’indignation générale provoqué après la récente tuerie en Iran et la crainte d’une nouvelle explosion sociale.

Chaque jour qui passe, de nouvelles dimensions des crimes du régime des mollahs se font jour. Selon le dernier décompte de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI ou MEK), plus de 1 000 manifestants ont été tués et 4 000 autres blessés, tandis qu’au moins 12 000 ont été arrêtés. À ce jour, l’OMPI a vérifié et publié les noms de 432 victimes. Selon les informations de l’OMPI, quelque 320 décès ont été enregistrés dans les seuls hôpitaux de Kermânchâh.

Comme l’a rappelé Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, une action urgente est nécessaire pour arrêter le massacre et libérer les manifestants détenus. Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit dénoncer ce grand massacre comme un crime contre l’humanité. Le Secrétaire général de l’ONU doit envoyer sans délai une mission d’enquête en Iran pour enquêter sur les véritables dimensions de la tuerie et inspecter les prisons iraniennes au sujet des manifestants détenus.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe