mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe MRAP n'a cessé de réclamer que justice soit rendue à l'encontre...

Le MRAP n’a cessé de réclamer que justice soit rendue à l’encontre des responsables du CNRI

CNRI – Lors du grand rassemblement du 30 juin à Villepinte, Renée Le Mignot vice présidente du MRAP a transmis le message suivant du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples :

Nous sommes une nouvelle fois réunis, quatre ans après ce qui fut un jour de honte pour la France, à savoir la "rafle" du 17 juin 2003 ordonnée par la cellule antiterroriste du Parquet de Paris contre les membres et sympathisants du Conseil national de la résistance iranienne à Auvers sur Oise.

Nous avons assisté depuis à l’enlisement d’une instruction caractérisée par une forte implication politique, violant l’indépendance de la justice et de l’Etat, et à un vide total de l’accusation d’un point de vue juridique.

L’accusation de terrorisme a été récusée à 6 reprises.  Le ministère public a alors vainement cherché depuis des mois à découvrir des infractions de droit commun portant sur les irrégularités financières pour retarder le non-lieu qui s’impose. Le MRAP n’a cessé de réclamer que justice soit rendue à l’encontre des responsables du CNRI dont le seul "tort" est de s’opposer à la dictature fasciste au pouvoir en Iran.

Les violations des droits de l’Homme en Iran, les exécutions publiques, les lapidations, les tortures et autres châtiments cruels et inhumains se multiplient. Les propos antisémites et négationnistes du président Ahmadinejad sont une offense envers les antiracistes que nous sommes.

Le Parquet s’est constamment appuyé sur l’inscription de l’OMPI sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne en mai 2002, mais le 1é décembre 2006, la cour européenne de justice a annulé la décision du Conseil de l’Europe impliquant nécessairement le retrait de cette inscription.

Le MRAP, opposé aux règlement des problèmes internationaux par le recours à la guerre, soutient la position de Maryam Radjavi concernant la question du nucléaire iranien, à savoir ni intervention étrangère, ni soutien au régime des mollahs. La seule solution est le changement démocratique que ne pourra être réalisé que par le peuple iranien lui-même et sa résistance.

A l’heure où le jeune résistant communiste Guy Moquet, fusillé par les nazis, est remis à l’honneur, nous réaffirmons comme l’article 35 de la déclaration des droits de l’Homme du 24 juin 1793 "lorsque le gouvernement viole le droit du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus indispensable des devoirs et le plus sacré des droits."

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe