dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLe Message que nous avons besoin d'envoyer à l'Iran

Le Message que nous avons besoin d’envoyer à l’Iran

 

FoxNews – 26/01/2012 – Il y a quelques années un dirigeant politique d’un Liban ravagé par la guerre estimait que dans cette région du monde, il vaut mieux être respecté qu’aimé.
S’agissant de l’Iran, les États-Unis ne sont ni l’un, ni l’autre.
Au contraire, c’est avec plein de haines et d’humiliations que les dirigeants de l’Iran observent les valeurs de l’Occident et des États-Unis. Président Obama! Il ne nous reste plus beaucoup de temps! Il faut soutenir unilatéralement, officiellement et avec fermeté l’opposition démocratique iranienne.
Après les menaces de l’Iran de fermer le Détroit d’Ormuz, les récents évènements ont révélé l’impuissance de cinq années de résolutions successives du Conseil de sécurité des NU et des sanctions occidentales qui n’ont pu stopper le régime des mollahs dans sa percée atomique.

• Les inspecteurs internationaux ont confirmé que l’Iran a démarré l’enrichissement d’uranium dans les installations sous-terraines de Fordo, à proximité de la ville de Qom.
• Un tribunal iranien a prononcé la peine de mort contre un ancien soldat américain, Amir Mizaei Hekmati, sur une vaine  accusation d’espionnage au profit de la CIA.
• La foule rassemblée aux funérailles d’un savant atomique iranien tué par bombe alors qu’il se rendait à son sinistre métier, ont repris en cœur « à bas l’Amérique ».

Force est de constater que les engagements politiques n’ont pu interrompre l’avancée nucléaire de Téhéran et les sanctions ne suffisent pas.

Dans l’ère du Printemps Arabe, l’heure est venue de supporter un changement de régime depuis l’intérieur du pays.
L’Administration Obama devrait soutenir les aspirations démocratiques du peuple iranien et son principal mouvement d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran l’OMPI. Il est regrettable que le Département d’État continue de maintenir sans aucun justificatif l’OMPI, qui sont nos alliés démocratiques déclarés, dans sa liste des organisations terroristes étrangères, alors qu’aucun de critères de cette liste ne leurs correspond.
C’est l’Administration Clinton, qui a introduit la première le nom l’OMPI dans la liste noire du Département d’État en 1997 dans le cadre d’une politique d’apaisement à l’égard de l’Iran. À l’époque, on s’imaginait par erreur que le pays se dirigeait vers une modération.

Les mollahs  qui haïssent et qui sont effrayés par les OMPI qu’ils considèrent comme un danger pour leur existence, avaient réclamé leur introduction dans la liste, comme une condition préalable à de potentielles négociations. Ces négociations n’ont jamais eu lieu et les mollahs de Téhéran constituent aujourd’hui le principal État qui soutient le terrorisme et qui est responsable de la mort de nombreux Américains.
Cette injuste appellation a été maintenue par les Administrations qui se sont suivies, en vue de persuader l’Iran d’abandonner son programme nucléaire.

Nous ne pouvons que constater malheureusement les méfaits de cette politique erronée. L’Iran ne s’est non pas modérée, mais elle a encore trempé récemment dans une tentative d’attentat contre l’Ambassadeur saoudien qui aurait dû être tué sur le sol américain devant les yeux du monde entier. L’AIEA a averti que les ambitions nucléaires de l’Iran sont en fait en train de se réaliser. Le maintien l’OMPI dans la liste qui ne se fonde ni sur le droit ni sur les faits, continue de bloquer la voie d’un changement démocratique en Iran.

Une telle folie a donné le feu vert à l’Iran et à ses sbires pour le massacre des milliers de membres l’OMPI, dont celui du 8 avril, où des centaines des membres non-armés l’OMPI qui vivaient dans le camp d’Achraf, en Irak, et qui ont été tués ou blessés, alors qu’ils avaient chacun reçu des garanties écrites du gouvernement américain pour les protéger.
Maintenant que les troupes américaines se sont retirés de l’Irak, l’Iran est déterminée à étendre son influence dans la région, et elle les qualifie de « terroristes » pour justifier ces actes cruels.

Les propagandistes de Téhéran ont beau faire des exposés sur les chances politiques réelles, la culture ou les précédents l’OMPI, il est bien claire pour moi que les dissidents iraniens sans défense du camp d’Achraf se sont engagés à un changement pacifique et une Iran démocratique et non-nucléaire.

En Occident, l’OMPI ont révélé de louables informations sur les sites clé de l’Iran.  Cette organisation ne pose absolument aucun problème de sécurité aux États-Unis. Leur chef charismatique, Mme Maryam Radjavi, que je connais et respecte personnellement, réclame le respect des droits de l’Homme pour tous, autant dire les mêmes valeurs que chérie tout Américain.

Les Cours de Justice de la Grande-Bretagne, de l’Union européenne et des États-Unis ont conclu qu’il n’y avait aucun justificatif légal pour maintenir le nom l’OMPI dans la liste des organisations terroristes étrangères.
Chacun des habitants du camp d’Achraf a été interviewé par le FBI et les services de l’Armée américaine, et à aucun moment, la moindre indice n’a été découverte pour prouver que quiconque dans ce camp ait été motivé, intéressé ou capable de mener une action terroriste contre ce pays. N’oublions pas qu’ils ont remis toutes leurs armes d’auto-défense en contrepartie de la promesse américaine de maintenir leur santé et leur sécurité.

Dans une initiative regroupant les deux partis politiques, une centaine des membres du Congrès américain ont réclamé la radiation du nom l’OMPI de la liste. Cette appellation infondée l’OMPI ne constitue qu’un feu vert à leur assassinat par les forces irakiennes et par les cours martiales iraniennes qui continuent d’arrêter, de torturer et de tuer les sympathisants l’OMPI.

Le processus de l’introduction dans la liste procédé par le Département d’État qui maintient cette liste noire pour des raisons politiques fictives, est une honte. Rendez-vous compte: l’OMPI dans la liste, alors que les Talibans ne s’y trouvent pas!
Cela fait deux ans que la Cour d’Appel des États-Unis a jugé que le Département d’État a violé les droits l’OMPI et a ordonné la révision de ce processus, et la Secrétaire d’État Clinton continue toujours de « réviser » cette appellation.
Dans des circonstances où une Iran de plus en plus incitée est en passe de se nucléariser, l’appellation infondée l’OMPI constitue un test crucial sans merci dans les relations entre l’Iran et l’Occident; un test que l’Administration Obama ne peut se permettre d’y échouer.

Cette appellation continue de constituer le plus grand obstacle pour les efforts des Nations Unies pour reloger les habitants d’Achraf dans d’autres pays. Aucun pays ne désirerait accueillir les membres d’un groupe appelé organisation terroriste par les États-Unis.

Ouvrir les chaînes que constitue cette appellation injuste aux pieds l’OMPI, et tenir parole dans les garanties offertes par les États-Unis pour la sécurité de l’opposition iranienne dans le camp d’Achraf, transmettraient exactement au régime terroriste des mollahs à Téhéran, le message qu’ils ont besoin de recevoir: Ce ne sont pas les mollahs qui vont décider de la politique étrangère des États-Unis et ceux-ci tiendront leur promesse.

Tom Ridge a été le premier Secrétaire à la sécurité intérieure des États-Unis. Il a aussi été l’ancien gouverneur républicain de la Pennsylvanie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe