samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe manifestant Taleb Basativand tué sous la torture en Iran

Le manifestant Taleb Basativand tué sous la torture en Iran

Le manifestant Taleb Basativand tué sous la torture en Iran

Le soulèvement en Iran – No. 90

Avec la mort sous la torture de Taleb Basativand, un manifestant arrêté lors du soulèvement populaire de janvier en Iran, le nombre de personnes tuées sous la torture dans les geôles des mollahs a atteint le chiffre de treize. La Résistance iranienne appelle la population courageuse à soutenir les familles des martyrs et des prisonniers politiques.

Elle appelle à la condamnation de ces crimes par le Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union européenne et ses États membres et tous les défenseurs des droits de l’homme, et exige une action urgente pour la libération des manifestants encore détenus. La Résistance iranienne appelle le Haut-Commissaire et le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à mettre sur pied une commission d’enquête pour faire la vérité sur les cruautés des mollahs contre les prisonniers politiques et les manifestants iraniens.

Taleb Basativand, un étudiant d’Université à Ilam, arrêté par les forces répressives lors du soulèvement de janvier dans cette ville, a été temporairement libéré sous caution. Le 18 février, les services du Renseignement du régime l’ont de nouveau arrêté et, huit jours après, le 26 février, la nouvelle de sa mort a été communiquée à ses proches. Ils ont menacé et mis en garde sa famille contre toute diffusion d’information au sujet de ce terrible crime.

Afin de dissimuler leurs exactions, les mollahs ont cherché à faire apparaître ces assassinats violents comme des « suicides » ou dû à des « excès de consommation de drogues ». Tuer les opposants sous la torture et le justifier par des mystifications éhontées, a été une pratique courante des mollahs au cours des quarante années de leur pouvoir honnis. Dans un cas récent, les autorités ont annoncé le « suicide » de Kavoos Seyyed Emami, un professeur d’université et chercheur en environnement, deux semaines après son arrestation.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 27 février 2018

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe