mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe Hezbollah irakien salue Maliki pour laisser un des ses hommes se...

Le Hezbollah irakien salue Maliki pour laisser un des ses hommes se battre en Syrie

CNRI – Le groupe du Hezbollah irakien a félicité le Premier ministre Nouri al-Maliki pour avoir permis à un soldat irakien de combattre aux côtés des troupes du dictateur Bachar al-Assad en Syrie. Les propos du secrétaire général du Hezbollah Watheq al-Battat révèle clairement le lien direct entre Maliki et son groupe.

Al-Battat a déclaré à la chaine télévisée irakienne al-Taqeer le 8 juillet: «Les gardes-frontières irakiens devraient nous respecter parce que le gouvernement irakien est un gouvernement chiite. S’il y avait un wahhabite ou Takffiri ici, il ne vous laisserait pas passer pour aller en Syrie. Nous devons donc protéger le gouvernement et les institutions gouvernementales ».

Al-Battat – membre bien connu de la Force Qods du régime iranien – a taxé les opposants syriens de «juif» et «infidèles».

L’Iran et le gouvernement irakien de Nouri Maliki ont récemment fait allusion à la responsabilité d’Al-Battat dans la dernière attaque à la roquette contre les opposants iraniens du camp Liberty, au nom du groupe Jaish al-Mokhtar.

Le quotidien arabe Asharq Al-Awsat écrivait le 11 février que «l’armée du Mokhtar a été créée comme force de sécurité du gouvernement irakien».

Des publications de langue arabe comme le quotidien Al-Hayat, Asharq Al-Awsat et le site Elaph ont déjà écrit que le nom de «al-Muktar », qui signifie symbole de vengeance, se réfère à Maliki lui-même.

Le régime iranien et le gouvernement irakien ont dans le passé envoyé Watheq al-Battat sur le terrain pour assumer la responsabilité des attaques à la roquette contre les dissidents iraniens du camp Liberty au nom du groupe Jaish al-Muktar.

Pendant ce temps à Bagdad, le 9 juillet des membres du Hezbollah irakien, créé de toute pièce par les mollahs d’Iran, ont tenu une cérémonie à la mémoire d’un combattant tué en Syrie, l’un des nombreux Irakiens partis se battre pour aider le régime de Bachar al-Assad.