dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: EvénementsLe Grand Mufti sunnite irakien accuse Maliki de «génocide» à Anbar

Le Grand Mufti sunnite irakien accuse Maliki de «génocide» à Anbar

CNRI – Le cheikh Al-Rifa’i juge le dialogue avec Maliki « inutile » et appelle à une intervention internationale

Asharq Al-Awsat, Bruxelles – Le cheikh Rafi Al-Rifa’i, le Grand Mufti sunnite de l’Irak, a fustigé le gouvernement irakien dimanche, jugeant le dialogue avec le Premier ministre Nouri Al -Maliki «inutile » et qualifiant les événements de Falloujah de «génocide».

Les propos de Rifa’i interviennent alors que les soldats irakiens continuent s’assiéger la ville de Falloujah, dans la province d’Anbar en Irak, après qu’elle soit tombée aux mains des insurgés en janvier. Les forces de sécurité irakiennes ont également poursuivi les affrontements avec les insurgés dans d’autres secteurs de la province.

La situation dans la province reste chaotique, avec diverses factions tribales se mettant du côté ou contre le gouvernement central de Bagdad. Ce dernier cherche à reprendre le contrôle de la province à majorité sunnite, qui a été le théâtre l’an dernier de grandes manifestations opposées au gouvernement contre l’attitude partiale dont les forces gouvernementales et de sécurité ont fait preuve vis-à-vis des confessions.

Ajoutant à la crise, les membres de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda feraient partie des insurgés,comme les membres de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL). L’armée irakienne a déclaré un cessez-le feu de 72 heures à Falloujah samedi, qui arrive à échéance aujourd’hui.
Rifa’i a accusé le gouvernement d’être «incapable de tenir un dialogue. Il sait uniquement tuer, opprimer et déplacer, et connait l’oppression sous toutes ses coutures. »

Il a ajouté : «Nous n’avons jamais cessé de parler, et maintenant il [le gouvernement] nous combat dans notre province, la province d’Anbar, sous prétexte que nous sommes l’EIIL. Anbar est la province qui a lutté contre Al-Qaïda, et Maliki avec son parti et ses partisans n’ont joué aucun rôle dans la lutte contre le terrorisme dans la province. Ils combattent aujourd’hui les gens de la province comme s’ils étaient des terroristes, et la solution c’est de voir la communauté internationale jouer son rôle, car c’est elle qui nous a imposé ces affreux qui nous ont mis dans cet état, et la communauté internationale doit corriger les dommages qu’elle a engendrés.»

Rifa’i, qui était à Bruxelles avec un groupe pour assister à une conférence sur les droits de l’homme en Irak organisée par le Parlement européen, a déclaré que les tensions sectaires dans Anbar et le reste de l’Irak ont été alimentées par les dirigeants politiques au service de leurs propres objectifs.

Dans son discours lors de la conférence, Rifa’i a déclaré : « Je viens à vous d’un pays où les droits humains sont totalement ignorés. J’ai laissé sur la terre de Falloujah le sang de mon frère qui n’avait pas encore séché, où il a été mis en pièces avec trois de ses voisins devant leurs épouses et enfants, de même que des dizaines d’enfants, de femmes, de vieillards et de jeunes qui ont été tués de sang-froid par le bombardement arbitraire, qui est une partie de la stratégie du gouvernement dans sa guerre contre le peuple [ et ] les opposants sous prétexte de lutte contre le terrorisme. »

Il a ajouté : «Le gouvernement irakien, représenté par le Premier ministre et commandant des forces armées, exerce un sectarisme odieux qui utilise une force excessive contre les Irakiens, et ce sont les sunnites en Irak qui ont le plus souffert de l’injustice de ce gouvernement. »

Rifa’i a averti que ce qui se passe aujourd’hui à Falloujah et dans d’autres zones d’Anbar est un « génocide où le gouvernement irakien actuel utilise toutes sortes d’armes lourdes et moyennes. Le gouvernement irakien a l’intention de diviser la population pour la mener à une guerre civile dans laquelle le seul perdant sera le peuple irakien. »

Il a déclaré à Asharq Al-Awsat : « Les sunnites ont gouverné le pays pendant 1400 ans et qu’est-ce que les chiites disent ? Ils ont dit qu’ils n’avaient aucun rôle en Irak. Je leur dis que, par exemple, 70 pour cent des membres du parti Baas étaient chiites et 37 de 55 [membres de l’ancien régime] les plus recherchés étaient chiites, et tout le monde sait que le parti Baas n’était pas sunnite et n’excluait pas au nom des sunnites. »

En réponse à la question de savoir s’il était d’accord avec les déclaration de la conférence sur la souffrance des chrétiens en Irak, Rifa’i a déclaré : «Bien sûr. J’ai reçu la visite il y a deux semaines du nouveau patriarche de l’Eglise d’Orient avec l’ambassadeur du Vatican et d’autres dignitaires chrétiens. Ils savent que nous nous soucions d’eux comme nous le faisons pour nous-mêmes, parce les religions partagent le même sort, et ce sort est suffisant pour faire de nous des frères qui s’aiment et se soutiennent mutuellement afin d’éradiquer la misère de ce pays. »

Le Mufti sunnite dit que l’Irak a besoin d’initiatives internes et externes pour trouver des solutions à la situation actuelle du pays et que, personnellement, il a soutenu les solutions internes.

Il a également fustigé certains à l’étranger. « Tout le monde sait qu’il y a des forces extérieures qui travaillent à des plans à l’intérieur de l’Irak, ce qui signifie que nous avons besoin de solutions internes et externes. Nous avons demandé à l’UE et à la communauté internationale de faire leur devoir moral et juridique parce qu’elles font partie de la raison qui a mis l’Irak dans cet état et qu’elles doivent corriger leurs erreurs. »

Il a ajouté : « Il n’y a pas de problèmes entre les Irakiens, mais il y a des bandes politiques qui se sont accaparées l’argent du peuple, sa fortune et sa dignité, et la solution est de se débarrasser de ces bandes. [Ils] sont venus au nom de partis politiques et religieux [mais] nous la seule chose que nous avons vu d’eux, c’est qu’ils n’ont aucun lien avec la religion. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe