vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe gouvernement français a le devoir de tout mettre en oeuvre pour...

Le gouvernement français a le devoir de tout mettre en oeuvre pour secourir Achraf – Député français

CNRI – « En tant que député musulman au Parlement français, je peux témoigner du capital de sympathie dont dispose la résistance iranienne au sein de la communauté musulmane, en France, et ce comme antipode au fléau de l’intégrisme islamiste. Dans ce contexte, il apparaît nécessaire de faire barrage aux idées dominatrices et aux méthodes barbares des mollahs en s’appuyant sur le courage des Iraniens et de leur courage admirable », a déclaré le député de Mayotte Abdolatifou Aly à Paris le 20 juillet. 

Il s’exprimait dans une conférence internationale le 20 juillet réunissant à Paris politiciens et juristes de haut rang des Etats-Unis, de Belgique, de Suisse et de France, en présence de Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne. Les interventions ont porté sur la situation du camp d’Achraf en Irak qui abrite 3400 opposants iraniens.

Sont intervenus à cette conférence présidée par Mme Anne-Marie Lizin, ancienne présidente du Sénat de Belgique : Maryam Radjavi, Howard Dean, président du parti démocrate américain (2004-2009), Louis Freeh, directeur du FBI (1993 – 2001), Yves Bonnet, préfet honoraire et ancien directeur de la DST, les députés français Jean-Philippe Maurer et Jean Dionis du Séjour,  le maire du 1er arrondissement de Paris Jean-François Legaret, le magistrat François Colcombet, membre fondateur du Comité français pour un Iran démocratique, des juristes éminents comme Me Juan Garcès, avocat espagnol de premier plan, Mme Vera Gouland-Debas, professeur de droit international à l’université de Genève, et Me François Serres, directeur exécutif du comité international des juristes en défense d’Achraf.

Voici l’intervention du député Abdolatifou Aly :

Madame la Présidente Maryam Radjavi, madame la présidente honoraire du Sénat belge, éminentes personnalités venues des Etats-Unis, honorables participants européens, mesdames et messieurs.

C’est particulièrement enrichissant et encourageant d’être à vos côtés dans cette enceinte. Je suis l’un des premiers signataires de la déclaration de soutien, d’une majorité des députés représentant toute la diversité politique de l’Assemblée nationale, appelant le gouvernement français à reconnaître la résistance iranienne contre la dictature religieuse en Iran et à protéger les résidents d’Achraf.

Je suis heureux que notre initiative ait obtenu les soutiens d’une trentaine de Parlements à travers le monde entier. Cette initiative parlementaire revêt une importance particulière dans les conditions actuelles du Moyen Orient et du Printemps arabe car, dans leur déclaration, les députés rappellent que : « Le régime iranien est l’obstacle principal à la démocratie dans la région et tente de détourner les soulèvements libérateurs de la région vers l’intégrisme islamique ».

En tant que député musulman au Parlement français, je peux témoigner du capital de sympathie dont dispose la résistance iranienne au sein de la communauté musulmane, en France, et ce comme antipode au fléau de l’intégrisme islamiste. Dans ce contexte, il apparaît nécessaire de faire barrage aux idées dominatrices et aux méthodes barbares des mollahs en s’appuyant sur le courage des Iraniens et de leur courage admirable.

C’est pourquoi, tout en soulignant l’échec de la politique de complaisance envers ce régime et en rejetant toute intervention militaire étrangère, les députés apportent leur soutien à la troisième voie proposée par Mme Maryam Radjavi, Présidente élue du CNRI qui appelle à un changement démocratique conduit par le peuple iranien et sa résistance organisée.

C’est avec l’intention d’annihiler cette résistance organisée que le 8 avril dernier, les forces irakiennes, sur ordre des mollahs, ont lancé une attaque contre le camp d’Achraf. Depuis plusieurs mois, les parlementaires français avaient alerté l’Elysée et le ministère des Affaires étrangères, sur les risques d’une catastrophe humanitaire encourue par les populations civiles du camp d’Achraf. La tragédie du 8 avril dernier leur donne malheureusement raison.

Le gouvernement français a le devoir de tout mettre en oeuvre pour les secourir et éviter un nouveau bain de sang. Il faut, notamment, passer par un soutien au plan du Parlement européen. Une première démarche favorable à l’application de ce plan serait l’accueil, en France, de quelques blessés graves des événements du 8 avril dernier. Il faut, j’en suis convaincu, passer par là aussi, pour sensibiliser les opinions non seulement françaises, mais mondiales à cette tragédie.

Des ONG de portée mondiale, telles qu’Amnesty International ou la Fédération internationale des Droits de l’Homme, ont récemment alerté sur la gravité de la situation Achraf, notamment dans le domaine médical et surtout la probabilité d’une nouvelle agression sanglante contre Achraf.

C’est pourquoi je pense qu’une mesure urgence, que devrait soutenir la Communauté internationale, serait l’octroi d’un statut global de réfugiés aux résidents d’Achraf, ce qui engendrerait un parapluie de protection sur le camp, en attendant le processus du plan européen.

Je voudrais dire un dernier mot, c’est tout simplement « Vive la résistance iranienne ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe