mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLe gouvernement américain fait face aux pressions de ses alliés qui réclament...

Le gouvernement américain fait face aux pressions de ses alliés qui réclament une politique plus ferme contre l’Iran

Au fur et à mesure que le chaos et les carnages se propagent au Moyen-Orient, le gouvernement américain est de plus en plus confronté aux pressions de ses alliés arabes sunnites, du Congrès et de certains commandant de l’armée des Etats-Unis qui lui réclament plus d’action pour faire face à la menace du régime iranien, en soutenant davantage les forces armés présents sur le terrain, a rapporté le journal Washington Post.

Le gouvernement américain a soutenu les opérations de guerre menées au Yémen sous la direction de l’Arabie saoudite en fournissant des aides logistiques et de renseignements. En Irak, les Etats-Unis ont exercé des pressions sur le Premier-ministre, Haider al-Abadi, pour qu’il prenne ses distances avec des milices armées soutenues par l’Iran, en échange de la puissance de feu des avions de guerre américains dans les opérations anti-Daech menées à Tikrit.

Ceux qui critiquent la politique régionale du gouvernement américain estiment que les pressions pour inciter l’administration Obama à adopter une politique plus ferme à l’égard du régime iranien sont arrivées trop tard.

Plusieurs anciens hauts commandants de l’armée américaine disent que depuis des années, ils ont mis en garde contre ce qu’ils considèrent comme les efforts du régime iranien pour créer le chaos par l’intermédiaire des milices armés liées à ce régime, a précisé le Washington Post.

James Mattis – général à la retraite de la Marine et ancien commandant des forces américaines au Moyen-Orient de 2010 à 2013 – fait partie de ceux qui, au sein de l’armée américaine, ont préconisé une politique plus ferme pour punir le régime iranien et les milices armées liées à ce régime.

D’anciens responsables du Pentagone – qui ont parlé sous condition de rester anonymes – disent que le général Mattis « a préconisé davantage d’actions secrètes pour capturer ou tuer des agents iraniens, en particulier après le complot déjoué du régime iranien qui en 2011 avait l’intention de tuer l’ambassadeur de l’Arabie saoudite dans un restaurant à Washington. »

Selon le Washington Post, les experts estiment que la politique régionale d’Obama a énervé les alliés les plus proches des États-Unis et a encouragé le régime iranien à poursuivre ses agissements.

« Dans la région, un vide a été créé et l’Iran a exploité ce vide », a affirmé Martin Indyk, vice-président exécutif de « Brookings Institution » et ancien émissaire de Barack Obama au Moyen-Orient. « Maintenant, nous devons faire un choix. N’avoir pas adopté une politique de fermeté en Syrie a été l’erreur initiale qui a contribué à ouvrir les portes de l’enfer », a-t-il ajouté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe