lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLe général David Petraeus met en garde contre la menace du régime...

Le général David Petraeus met en garde contre la menace du régime iranien en Irak

Dans une interview avec Le Figaro, le général américain David Howell Petraeus (ancien chef de l’OTAN et des forces multinationales en Afghanistan et ancien directeur de la CIA) a mis en garde contre la menace du régime iranien en Irak.

Le général Petraeus a qualifié les activités de Ghassem Soleimani (le commandant de la Force Ghods du régime iranien en Irak) de «préoccupantes».
Extraits de l’interview du Figaro avec le général David Petraeus:

LE FIGARO : Pensez-vous que l’exaspération des sunnites envers al-Qaïda, décisive en 2007 pour inverser la tendance en votre faveur, pourrait se reproduire vis-à-vis de l’État islamique ?

PETRAEUS : Nous le voyons déjà. Les exécutions sommaires, les mauvais traitements infligés à la population, des pratiques sociales très dures ont sensiblement érodé le soutien de certains sunnites lorsque l’EI était vue comme ayant permis de se débarrasser des officiers chiites sectaires et abusifs. Mais l’EI n’est pas le plus grand danger qui menace l’Irak.

Il sera défait tôt ou tard, et l’Irak préservera son intégrité territoriale. Si le premier ministre Haïder al-Abadi et le Parlement parviennent à rasséréner les sunnites, leur donner des raisons de soutenir le nouvel Irak, alors ceux-ci les aideront à se débarrasser de l’EI…

LE FIGARO : Quel danger réel représentent les milices chiites qui se battent souvent en première ligne contre l’EI?

PETRAEUS : Nous les avions défaites militairement en mars-avril 2008, à Bassorah et Sadr City (Bagdad). Elles s’étaient fait oublier depuis lors. Mais la menace de l’EI a entraîné leur réapparition dans les rues, recevant en outre le soutien considérable des Iraniens.

La crainte est que ces milices ne se contentent pas de nettoyer les zones conquises, mais qu’elles déportent aussi les sunnites et cherchent à altérer l’équilibre démographique dans certains endroits, comme la province de Diyala, le nord de Bagdad et certains quartiers mixtes de la capitale.

LE FIGARO : Un de vos plus farouches ennemis, responsable de la mort de nombreux soldats américains durant le «Surge», est réapparu en pleine lumière. Cette influence grandissante de Téhéran sur le terrain vous paraît-elle inquiétante ?

PETRAEUS : Oui, Ghassem Soleimani, le patron de la Force al-Qods (forces spéciales du Corps des gardiens de la révolution iraniens). Il opère de manière surprenante au grand jour, ce qui est étonnant pour quelqu’un comme lui plutôt habitué à évoluer dans l’ombre. C’est préoccupant…

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe