vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa visite de Maliki à Washington soulève une vaste campagne de protestation

La visite de Maliki à Washington soulève une vaste campagne de protestation

CNRI – La visite du premier ministre irakien Nouri Maliki aux Etats-Unis, du 31 octobre au 3 novembre, avait pour but de solliciter l’aide du gouvernement américain, notamment pour l’achat d’hélicoptères Apache, de chasseurs F-16 et d’autres armements. Des rencontres avaient été prévues avec les membres de la Chambre des Représentants et du Sénat, avec le secrétaire d’Etat et celui de la Défense, avec le chef d’état-major, ainsi qu’avec le président Barack Obama.

 
Au cours de cette visite, les sympathisants et les amis de l’OMPI et du CNRI ont mené une vaste campagne auprès de l’opinion publique et des médias pour dénoncer le massacre d’Achraf et pour demander aux États-Unis de faire pression sur Maliki afin de libérer les sept otages d’Achraf.
 
1 – 45 membres du Congrès américain et 36 personnalités, dont d’anciens généraux, ont adressé un appel bipartite au président Obama pour lui demander de subordonner toutes ventes d’armes à la libération des otages iraniens et à la protection des habitants du camp Liberty en Irak.
 
2 –  Six membres éminents du Sénat américain ont écrit le 29 octobre au président Obama, qualifiant l’attaque contre les habitants d’Achraf de « condamnable et contraire aux engagements de l’Irak pour les protéger». La  lettre était signée par les sénateurs : 
– Robert Menendez, président de la commission des Affaires étrangères, 
– John McCain, membre éminent de la commission des Affaires étrangères et de la commission des Forces armées
– Carl Levin, président de la commission des Forces armées 
– James M. Inhofe, vice-président de la commission des Forces armées
– Bob Corker, vice-président de la commission des Affaires étrangères
– Lindsey Graham, membre éminent de la commission des Forces armées et de la commission du Budget
 
Les sénateurs se sont dit « profondément préoccupés par la détérioration de la situation en Irak », précisant que « d’après tous les indicateurs, la situation sécuritaire en Irak s’est considérablement aggravée ces deux dernières années.  Par sa mauvaise gestion des affaires politiques en Irak, le Premier ministre Maliki contribue à la récente flambée de violence. En poursuivant une politique trop souvent sectaire et autoritaire, le Premier ministre Maliki et ses alliés ont privé les sunnites irakiens de leurs droits, ont marginalisé les Kurdes irakiens, et ont déçu les chiites irakiens qui prônent une vision démocratique, inclusive et pluraliste pour leur pays » ont affirmé les sénateurs.
 
Dans leur lettre à Obama, les sénateurs ajoutent : « Nous vous invitons à dire clairement au Premier ministre Maliki que l’ampleur de l’influence néfaste de l’Iran sur le gouvernement irakien est un grave problème dans nos relations bilatérales, en particulier pour le Congrès. Les rapports publiés montrent que le régime iranien utilise l’espace aérien irakien pour transporter ses aides militaires vers la Syrie afin de soutenir Assad et ses forces. En outre, les attaques contre les habitants du camp d’Achraf en Irak sont condamnables, en particulier parce que le gouvernement irakien a promis de protéger ces personnes. Le Premier ministre Maliki doit comprendre que ce type d’action doit cesser. Ces actions compliquent la tâche pour les amis de l’Irak aux Etats-Unis qui souhaitent obtenir le soutien de l’opinion publique et du Congrès afin de renforcer notre partenariat stratégique avec l’Irak. Par ailleurs, ces actions fragilisent la position de l’Irak en tant que membre responsable de la communauté internationale. »
 
 
3 – Robert Menendez, président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat – Lors de l’audition de confirmation de Wendy Sherman, la Secrétaire d’État adjoint du Département d’État, à la commission des Affaires étrangères du Sénat, le 3 octobre 2013, le sénateur Robert Menendez, a déclaré:  «J’ai publié une déclaration à ce sujet et j’ai également parlé à notre ministère. Il est inacceptable de perdre une vie de plus lorsque des commandants américains ont donné à ces personnes une garantie écrite de leur sécurité et cela envoie un message aux autres dans le monde que lorsque nous disons que nous allons faire ceci et nous ne le faisons pas, ils ne doivent pas nous faire confiance. 
Et une chose que cette commission peut faire, parce qu’elle a la compétence sur toutes les ventes d’armes, c’est que je doute fort de voir une approbation de ventes d’armes à l’Irak tant que nous n’aurons pas cette situation où les gens auront la vie sauve. Permettez-moi de vous mettre en garde au sujet des vols que l’Irak autorise de l’Iran à la Syrie, largement, en toute impunité. Et permettez-moi de mettre en garde aussi que les sept otages, dont nous pensons que le gouvernement irakien sait où ils sont, s’ils viennent à mourir, cela compliquera toutes les choses. J’espère donc que nous nous sommes tous les deux mis en garde. »
 
4 – Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, a annoncé la position du gouvernement lors d’une conférence de presse sur la question des sept otages d’Achraf : « Nous sommes profondément préoccupés par le sort des personnes enlevées au camp d’Achraf ainsi que par la sécurité des habitants du camp Liberty en Irak. Nous suivons la question activement jour après jour avec la MANUI, le HCR, le gouvernement irakien et les autres autorités concernées pour des informations sur les membres disparus des Moudjahidine du Peuple et pour assurer le maximum de protection aux habitants du camp Liberty. Je suis sûr que ces éléments font partie des sujets abordés avec nos homologues (irakiens). »
http://www.whitehouse.gov/photos-and-video/video/2013/11/01/press-briefing#transcript
 
 
5 –  Le Washington post, éditorial du 31 octobre 2013: « L’Irak est plongé depuis un an dans une guerre civile (…) Mais M. Maliki a également une part de responsabilité dans cette dégradation de la situation, puisqu’il s’en est pris aux communautés sunnite et kurde et a contribué à affaiblir et polariser les institutions telles que le Parlement et les tribunaux (…) Mais l’administration Obama semble vouloir de nouveaux ignorer le comportement nocif de Maliki (…) Par ailleurs, le premier ministre Maliki espère tirer de sa rencontre avec M. Obama des promesses d’aides et qu’il contribuera à le propulser en avant pour un nouveau mandat de Premier ministre. Cependant il ne mérite pas cette approbation. »
 
6 –  Jered Gonez, auteur d’un rapport sur Achraf : Deux jours avant la visite de Maliki, dans une conférence de presse au club de la presse à Washington,  un groupe de juristes a rendu public le résultat d’une enquête sur le massacre du 1er septembre à Achraf. Jered Gonez, l’un des auteurs du rapport, a déclaré : « Notre rapport tire une conclusion simple et claire : le président Obama reçoit à la Maison-Blanche un individu qui est responsable d’un crime contre l’humanité survenue il y a deux mois en Irak. »
 
7 – La grande manifestation devant la Maison-Blanche, le 1er novembre, lors de la rencontre Obama-Maliki, a été un moment fort du mouvement de protestation. De hauts dignitaires américains s’étaient joints aux manifestants, dont Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des Représentants et candidat à la présidentielle de 2012 ; Tom Ridge, premier secrétaire à la Sécurité nationale ; le sénateur Robert Torricelli (1997-2003); l’ex congressman Patrick Kennedy, (1995-2011); et le colonel Wesley Martin, ancien responsable du contre-terrorisme des forces de la coalition en Irak et commandant de la protection américaine d’Achraf, ont pris la parole.
 
 
  
8 -L’Agence France-Presse, le 1er novembre, a publié une dépêche sur la manifestation: « Avant les discussions, plusieurs centaines de manifestants anti-Maliki s’étaient rassemblés devant la Maison-Blanche pour dénoncer le massacre par le gouvernement irakien de 52 exilés iraniens dans le camp d’Achraf en Irak, le 1er septembre dernier (…) Des sympathisants éminents du groupe, notamment l’ancien président de la Chambre des Représentants Newt Gingrich et l’ancien ministre de la Sécurité intérieure, Tom Ridge, se sont adressé la manifestation. L’ancien sénateur américain Robert Torricelli, un autre sympathisant américain, a déclaré: « Maliki a vendu l’âme son pays pour une alliance perfide avec les mollahs d’Iran. ».
 
 
 
9 – Le New York Times, le 2 novembre 2013: « Devant la Maison-Blanche des centaines de sympathisants du groupe d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple, ont manifesté contre l’attaque du 1er septembre contre le camp d’Achraf en Irak, faisant 52 morts. Le groupe a accusé le gouvernement irakien d’être impliqué dans cette attaque, ce que l’Irak a démenti. Les manifestants arboraient des pancartes jaunes. Newt Gingrich, l’ancien président de la Chambre, et Tom Ridge, l’ancien ministre de la Sécurité intérieure, ainsi que d’autres anciens officiels américains ont soutenu les revendications des manifestants dans leur intervention. »
 
 
 
10 –  Le Washington Post, le 2 novembre 2013: « La visite du premier ministre irakien a suscité la colère d’anciens officiels américains. Vendredi devant la Maison-Blanche, les manifestants scandaient, « président Obama il faut agir et assurer la sécurité de Liberty ! » (…) Parmi les intervenants, Tom Ridge, l’ancien ministre de la Sécurité intérieure, a souligné que les États-Unis avaient donné des garanties de protection au camp d’Achraf, mais qu’ils ne les ont pas respectées (…) J’exhorte le président à subordonner tout aide (à l’Irak) à la sécurité des Moudjahidine iraniens et des sept personnes retenues en otages. »
 
http://www.washingtonpost.com/politics/2013/11/01/a6fbf886-4324-11e3-a624-41d661b0bb78_print.html
 
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe