samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLa sécurité du camp d'Achraf, le dernier leg des Etats-Unis en Irak

La sécurité du camp d’Achraf, le dernier leg des Etats-Unis en Irak

Par Alex Lord Carlile

dailymail.co.uk, 16 aout – La situation concernant la sécurité des 3400 membres d’un groupe d’opposition iranien basé en Irak a pris un tournant décisif dans les couloirs de la Maison Blanche.

Alors que les États-Unis s’intéressent davantage à protéger ces Iraniens des griffes du régime à Téhéran, il semble que cette administration américaine a finalement réalisé qu’elle ne peut pas laisser l’Irak de tomber entre les mains de Téhéran.

La façon dont l’histoire du camp d’Achraf se joue maintenant, nous en dira beaucoup sur l’avenir de l’Irak.

  

Le camp d’Achraf abrite les membres des Moudjahidines du peuple (OMPI), le principal mouvement d’opposition iranien, depuis plus de 20 ans.

Le groupe se trouve en danger depuis que la direction actuelle en Irak, dirigée par Nouri al-Maliki, cherche à renforcer ses relations avec son voisin l’Iran.

Attaqué à deux reprises par les forces irakiennes, qui ont tué près de 50 résidents et les maintiennent sous un siège inhumain depuis trois ans, beaucoup ont craint pour la sécurité du groupe comme en fin 2011 alors que se rapprochait la date butoir fixée par les autorités irakiennes pour la fermeture du camp d’Achraf.

Avec l’intervention du représentant spécial de l’ONU en Irak, le chef de la politique étrangère européenne et la Secrétaire d’État américaine, l’Irak a été forcé de revenir sur la date limite annoncée et donner à la communauté internationale le temps de reloger les résidents dans des pays tiers.

Dans le contexte du droit international, la communauté internationale fait ce qu’il faut pour protéger ces civils sans défense et sans armes. Et dans le contexte de l’histoire dans laquelle les Etats-Unis ont fourni des garanties personnelles aux résidents, ils font ce qu’il faut pour assurer une solution pacifique. Cependant, bien que les mesures prises récemment soient positives, en l’absence d’indications constantes et claires au gouvernement irakien comme quoi le monde observe, la menace de la violence demeure.

Il reste, à cette administration américaine beaucoup à faire pour achever la tâche d’un transfert pacifique. Parce que, bien que les résidents du camp d’Achraf aient consenti à quitter le camp, ils restent en grave danger. Rien que cette semaine, il ya eu trois différentes attaques à la roquette sur le camp et les autorités irakiennes ont déclaré qu’elles empêcheraient les résidents de prendre avec eux, au camp Liberty, leurs effets personnels.

Non seulement le gouvernement irakien a manqué à sa parole quant à ses assurances de protéger les résidents, mais il a également bloqué le processus des entretiens de l’ONU pour reloger les habitants. Une fois de plus le gouvernement irakien dépasse les limites et rejettent les droits des résidents. Sans l’ombre d’un doute, chaque jour où l’Irak est autorisé à retarder ce processus, le risque d’un autre massacre des résidents s’accroît.

Il est donc essentiel que la pression sur le gouvernement irakien soit intensifiée. Les résidents du camp d’Achraf ont accepté de partir au camp Liberty, une étape majeure pour eux qui risquent une attaque lors du transfert et dans un nouveau camp qui leur est inconnu.

Ayant accepté une telle mesure sur la foi des déclarations de l’ONU, l’UE et, plus important encore, de Hillary Clinton, qui a promis de garantir leur protection au cours de ce processus, le monde ne doit pas abandonner ces Iraniens sans défense.
L’administration américaine doit maintenant accepter les exigences minimales dont les résidents ont besoin, en acceptant la réinstallation et en veillant à ce que le gouvernement irakien y adhère.
En outre, les Etats-Unis doivent mettre l’ONU sous pression ainsi que le gouvernement irakien pour qu’il soit clair que les tactiques dilatoires du gouvernement irakien ne seront pas acceptées.

Bien que l’histoire consiste en grande partie, en une aide humanitaire à un groupe de civils désarmés et sans défense, il y a sans aucun doute un plus grand message pour l’avenir de l’Irak. Si cette affaire est traitée pacifiquement, cela voudra dire que l’Irak peut aller de l’avant sans Téhéran qui a une influence dominante sur ce pays. L’échec laissera l’Irak dans la tourmente.

Clinton et son équipe en Irak doivent réussir à assurer la sécurité des résidents du camp d’Achraf. Cela permettra à l’ONU de mener à bien les ultimes travaux de réinstallation. Cela permettra aux États-Unis de mener à bien non seulement leur mission humanitaire, mais également de quitter un Irak moins influencé par l’Iran et qu’ils considèreront comme une nation qui remplit ses obligations. C’est quelque chose que tous les mouvements d’opposition démocratiques du printemps arabe regardent avec espoir et c’est un test pour les Etats-Unis, qui ne peuvent échouer.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe