lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLa Résistance iranienne condamne avec force l’arrestation du député irakien Ahmad Alvani,...

La Résistance iranienne condamne avec force l’arrestation du député irakien Ahmad Alvani, l’assassinat de ses proches et de ses gardes du corps par les forces aux ordres de Maliki

L’intervention du Conseil de sécurité de l’ONU est nécessaire pour empêcher Maliki de provoquer un bain de sang en Irak

La Résistance iranienne condamne dans les termes les plus vifs l’attaque meurtrière lancée dans la matinée du 28 décembre par les forces de Maliki avec plus de 50 véhicules blindés et un hélicoptère contre le village de Albou-Alvan dans la province d’Al-Anbar et l’arrestation du Dr Ahmed Alvani, président de la commission des Affaires économiques du parlement irakien, ainsi que l’assassinat de plusieurs membres de sa famille et gardes du corps, notamment son frère le Cheikh Ali Alvani et une de ses parentes. Or le Dr Alvani est protégé par l’immunité parlementaire et son arrestation n’a aucune justification légale.

D’après les médias irakiens et arabes, après son arrestation par les assaillants, le Cheikh Ali a été exécuté sous les yeux de son frère et le Dr Alvani a été emmené en hélicoptère dans la zone verte de Bagdad.

Le Dr Alvani est un des dirigeants des manifestations et des sit-in de la population d’Al-Anbar et s’oppose farouchement à la domination du régime des mollahs sur l’Irak, à la soumission de Maliki à ce régime, ainsi qu’aux violations des droits des habitants des camps d’Achraf et de Liberty. C’est pourquoi le fascisme religieux en Iran lui voue une haine tenace. Maliki avait déjà essayé à plusieurs reprises de l’éliminer ou de l’arrêter, notamment le 11 mars dernier.

Quelques heures avant le raid violent sur ce village, les forces répressives avaient ouvert le feu sur les manifestants dans la ville de Ramadi faisant un mort et plusieurs blessés. Selon des informations, Maliki avait envoyé un grand nombre de troupes le 28 décembre à Ramadi pour contrer la population.

L’arrestation du Dr Alvani et l’assassinat de membres de sa famille et de ses gardes du corps, tout comme l’attaque contre les manifestants de Ramadi, sont l’autre face de l’attaque à la roquette sur le camp Liberty (le 26 décembre) et le massacre et la prise de 7 otages à Achraf (le 1er septembre). Il s’agit des conditions posées à Maliki par le régime iranien pour son soutien à un troisième mandat de premier ministre, que Maliki est allé chercher à Téhéran il a trois semaines et auxquelles il s’est doublement engagé.   

Pour faire durer son pouvoir funeste en Irak, Maliki n’hésite pas à massacrer les réfugiés iraniens au camp Liberty, ni à provoquer un bain de sang et un conflit confessionnel dans ce pays. C’est pourquoi le Conseil de sécurité de l’ONU doit immédiatement intervenir pour exiger la libération des prisonniers et faire obstacle aux agissements criminels de Maliki dans le but de rétablir la paix et la sécurité en Irak.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 29 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe