mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: LibertyLa population et les dirigeants politiques en Irak condamnent l’attaque sur les...

La population et les dirigeants politiques en Irak condamnent l’attaque sur les Moudjahidine à Liberty, hôtes de l’Irak

Attaque sur Liberty – N° 19

Dans des manifestations massives du 15 février baptisées « Bagdad, la persévérance », le peuple irakien a condamné l’attaque à la roquette sur le camp Liberty et la tuerie des Achrafiens.

Le cheikh Abdol-Malek Al-Saadi, haute autorité religieuse irakienne, a adressé un message écrit aux manifestants : « Au lieu d’évaluer les droits du peuple et de ces foules massives, le gouvernement irakien (…) a lancé une vague de mesures chaotiques et a fait entrer Bagdad dans une zone de terrorisme, d’arrestations, de pressions et d’interdictions d’entrée (…) Le gouvernement à de nouveau fait avancer cette tempête et a bombardé le camp Liberty où se trouvent les hôtes de l’Irak. » (TV Taghir, manifestation de Falouja, 15 février)

A Mossoul, les manifestants ont dénoncé l’attaque sur Liberty sur leurs banderoles et dans leurs slogans. On pouvait lire sur une banderole : « Nous condamnons le bombardement criminel du régime iranien et de ses mercenaires irakiens sur le camp Liberty. Persévérez, l’oppression sera vaincue. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une dépêche sur les manifestations, l’agence de presse Almada écrit : « Le cheikh Mohammad Ebrahim, imam et orateur du rassemblement de Samara a déclaré que ‘‘Nous condamnons le fait que le gouvernement autorise à des individus de venir de l’étranger et plus précisément d’Iran et de faire des démonstrations de force à Bagdad, d’y faire venir des roquette pour attaquer des camp et en même temps d’empêcher les fidèles de prier dans les mosquées.’’ Le camp Liberty dans l’ouest de Bagdad de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran a été la cible d’une attaque le 9 février. L’Ompi a déclaré que 35 roquettes avaient touché ce camp, tuant et blessant au moins 106 personnes. » (Almada, 15 février 2013)

Le 14 février également, quand le général Gheidan, commandant en chef de l’armée de terre de Maliki, s’est rendu à Al-Anbar, il a été reçu par les protestations des représentants des manifestants qui l’ont interpellé : « Pourquoi le Kataëb Hezbollah jouit de sécurité et qu’on lui permet d’utiliser le stade international pour y défiler ? (…) Et pourquoi Wassigh al-Battate lance-t-il des menaces et met ses menaces à exécution et bombarde le camp des Moudjahidine du peuple et assassine des gens à Taramia et Sadia (…) et ensuite sa fuite en Syrie est facilitée ? Où sont donc vos commandants ? » (TV Al-Babelya, 14 février 2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 16 février 2013