mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa politique la plus efficace contre les mollahs est la défense d'Achraf...

La politique la plus efficace contre les mollahs est la défense d’Achraf et de la Résistance – Maryam Radjavi

NRI – « Aujourd’hui, une majorité de parlementaires dit une chose nouvelle et marque à juste titre la légitimité de la Résistance iranienne. Elle souligne aussi la nécessité de protéger les membres courageux de la Résistance au camp d’Achraf qui sont victimes de cette étiquette et de comportements inhumains au XXIe siècle », a déclaré Maryam Radjavi le 18 mai à Paris.

Elle s’exprimait à la Maison de la Chimie lors d’une conférence de soutien à la Résistance iranienne. En effet une majorité de députés de toutes les tendances politiques parlementaires appelle le gouvernement français à reconnaître la résistance contre la dictature religieuse en Iran et à envisager d’établir un dialogue avec le Conseil national de la Résistance iranienne.

La conférence tenue à l’initiative du Comité parlementaire pour un Iran laïc et démocratique a réuni pour l’occasion de nombreux députés, Me Henri Leclerc, avocat émérite et président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme, Jacques Attali, économiste, écrivain et ancien conseiller de François Mitterrand, Aude de Thuin, créatrice du Women’s Forum, Sid Ahmed Ghozali, anicien premier ministre algérien et François Colcombet, magistrat et ancien député et Marzieh Babakhani, une réfugiée iranienne qui a survécu à son immolation par le feu au lendemain du 17 juin2003. Elle a été longuement applaudie par une salle debout après son témoignage bouleversant sur cette décision qu’elle « ne regrette pas ».

Voici l’intervention de Mme Radjavi :

Permettez-moi d’abord de remercier le Comité parlementaire pour un Iran laïque et démocratique pour cette initiative de grande valeur. Elle rassemble aujourd’hui une majorité de députés de toutes les tendances politiques autour de la reconnaissance de la Résistance iranienne et de la protection d’Achraf. L’initiative des parlementaires français est un encouragement pour le peuple iranien et tous les combattants de la liberté et de la démocratie en Iran, tous ceux qui aspirent à se libérer de la dictature religieuse pour instaurer un gouvernement pluraliste qui respecte la séparation de religion et de l’Etat, les libertés individuelles et sociales et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Tenir cette conférence aujourd’hui est très important, car après huit années de dossier judiciaire, fabriqué pour diaboliser la Résistance iranienne, les juges d’instruction anti-terroristes de Paris ont annulé il y a quelques jours l’accusation de terrorisme avec un non-lieu. Par conséquent, la légitimité de notre Résistance contre ce régime inhumain, a été reconnue.

Quand en 2003, dans un marchandage avec la dictature religieuse de Téhéran, le gouvernement français de l’époque avait accepté de fabriquer ce dossier en échange de promesses de contrats économiques juteux, des parlementaires et des personnalités honorables avaient dénoncé ce comportement comme une violation des valeurs de la France. Je voudrais remercier ici toutes les personnalités françaises qui ont insisté pendant huit ans sur l’innocence et la légitimité de la Résistance iranienne.

Je voudrais aussi remercier l’équipe des grands avocats français, dirigée par Maitre Henri Leclerc qui ont réalisé un travail magnifique pendant huit ans.

Nous n’avons pas oublié que dans un appel, une majorité de ce parlement avait demandé la radiation de l’OMPI de la liste terroriste européenne. La Cour européenne de justice a annoncé que cette inscription n’était pas légitime et tous les pays de l’UE ont retiré l’OMPI, c’est-à-dire la principale opposition iranienne, de la liste noire.

La fabrication de ce dossier et l’inscription sur les listes terroristes sont des pages noires qui ont couté très cher au peuple iranien et à sa résistance. En s’appuyant sur cette étiquette, les mollahs ont exécuté des parents des Moudjahidines, laissé mourir dans la souffrance des malades et réclamé la répression de leurs opposants à Achraf et dans d’autres pays du monde. Hier ils ont exécuté à Ispahan deux jeunes frères qui étaient opposés au régime. Ils étaient accusés de Moharebeh, c’est-à-dire de guerre contre Dieu.

J’ai déclaré en 2003 que notre regard n’est pas tourné vers le passé, mais vers le futur. A cette époque, je pensais à aujourd’hui quand la légitimité de notre combat ferait tomber les écrans de propagande et de diffamations.

Aujourd’hui, une majorité de parlementaires dit une chose nouvelle et marque à juste titre la légitimité de la Résistance iranienne. Elle souligne aussi la nécessité de protéger les membres courageux de la Résistance au camp d’Achraf qui sont victimes de cette étiquette et de comportements inhumains au XXIe siècle.

Il y a une quarantaine de jours les forces de l’armée irakienne sur ordre de Maliki et en coordination avec les mollahs en Iran, ont commis un massacre à Achraf  en tuant 35 résidents sans arme et sans défense.

A cause du blocus d’Achraf, 345 blessés de cette attaque cruelle sont toujours privés des soins élémentaires, et plusieurs ont perdu la vie à cause d’un blocus médical. Les forces irakiennes occupent toujours le camp. Elles ont monté des miradors, élevé des remblais et installé des barbelés pour faire d’Achraf un camp de concentration.

Je demande ici : Quel était le crime de la jeune Faezeh qui a été abattue à Achraf ? Elle n’avait que 20 ans et son père a été tué sous la torture à la prison d’Evine, il y a trois ans. Pour quel crime Hossein Ahmadi, réfugié en France, a-t-il été tué par balles ? Ou pourquoi Gholam Reza Khorami, qui a eu son diplôme d’ingénieur en France, a-t-il été matraqué à coups de bâtons ? Il est dans un état alarmant, comme 22 autres blessés graves qui ont un besoin urgent de soins.

Leur crime est d’avoir rejoint la résistance à Achraf pour défendre la liberté et la révolte contre la dictature intégriste, tout comme les Français fidèles à leur patrie qui avait rejoint Londres pour résister à l’occupation nazie.

Votre initiative pour la protection des résidents d’Achraf arrive vraiment à temps. Ce massacre a provoqué l’indignation de la communauté internationale et des Nations Unies. Actuellement à l’initiative du parlement européen une démarche a commencé pour trouver une solution durable pour Achraf. Mais avant toute solution, il faut que les Nations Unies garantissent la protection de ces 3400 personnes sans arme. Il faut que les blessés soient rapidement soignés. Je suis heureuse de voir que les parlementaires français soutiennent cette initiative du Parlement européen et rejettent tout déplacement des Achrafiens à l’intérieur de l’Irak considérant cela comme la préparation à un massacre ou la mise en place d’un camp de concentration.

Ce n’est pas un hasard si le régime iranien et le gouvernement irakien ont décidé d’éliminer Achraf aujourd’hui. Le vent de liberté qui souffle au Moyen Orient semble annoncer un tsunami à Téhéran qui va balayer ce régime dans sa totalité. Ce régime qui voit avant tout l’efficacité de la Résistance iranienne derrière les soulèvements à travers le pays. Avant qu’il ne soit trop tard, il veut éteindre la flamme de la liberté à Achraf qui inspire la jeunesse iranienne.

L’isolement du régime est d’autant plus grave que le conflit a éclaté dans la maison du guide suprême. Les loups se dévorent et même son fidèle Président est devenu infidèle! A une époque, certains cherchaient des modérés dans ce régime mais aujourd’hui tout le monde voit que cette dictature est condamnée à disparaitre. La politique fondée sur la complaisance avec les mollahs a échoué.

La seule option est un changement de régime en Iran. Dès que le changement de régime en Libye a été abordé, la défense de l’opposition est devenue à juste titre un devoir urgent. En Iran aussi la défense d’Achraf est une nécessité urgente. Pour le peuple iranien, c’est le seul critère pour évaluer chaque gouvernement et chacun dans le monde sur l’avenir de l’Iran. Oui la politique la plus efficace contre les mollahs est la défense d’Achraf et de la Résistance, et vous êtes l’avant-garde de cette politique.

Il y quelques jours, j’ai appelé le gouvernement français à prendre en main l’initiative d’une démarche humanitaire où la France porterait la protection des résidents d’Achraf devant les Nations Unies et le Conseil de sécurité pour obtenir des garanties. Je suis convaincue que la France peut le faire et cela lui donnera sa vraie position internationale. Cela s’inscrit dans la même ligne que les demandes des parlementaires français et du peuple iranien. Nous sommes convaincus qu’en tant que parlementaires, vous suivrez et agirez avec courage pour faire aboutir cette cause.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe