jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa cyber police du régime iranien arrête un garçon de 15 ans...

La cyber police du régime iranien arrête un garçon de 15 ans pour des activités en ligne

La cyber police du régime iranien arrête un garçon de 15 ans pour des activités en ligne

CNRI – La cyber police du régime iranien a arrêté un garçon de 15 ans à Isfahan dans le centre de l’Iran, parce qu’il projetait de lancer une chaîne dans les réseaux sociaux virtuels. Jahangir Karimi, un commandant de police d’Isfahan, a déclaré: « Après l’enquête finale, l’adolescent de 15 ans originaire d’Isfahan a été rapidement identifié et convoqué au poste de police. »

 

Les commentaires de Karimi ont été rapportés le jeudi 26 mai par le site web du diffuseur officiel d’Etat IRIB.

Les cybers policiers du régime iranien sont chargés de surveiller les activités informatiques. Leur cas le plus notoire était celui du bloggeur Sattar Beheshti qui a été tué sous la torture alors qu’il était détenu par le régime en novembre 2012.

Plus tôt ce mois, la cyber police répressive du régime a annoncé avoir arrêté deux jeunes bloggeurs à Rasht et à Roudbar, au nord de l’Iran, les accusant de « crimes informatiques. »

Le chef de la cyber police dans la province de Gīlān, le colonel Iraj Mohammadkhan, a annoncé les arrestations le 3 mai, en ajoutant que « la production [illégale], le partage et l’accès à toutes données, logiciel ou tout type de dispositifs électroniques sont considérés comme des crimes informatiques et quiconque commet de tels actes sera condamné à un emprisonnement de 91 jours à 1 an, ou devra payer une amende de 5 à 20 millions de rials (166 à 662 dollars américains), ou les deux. »

Tout récemment en mars 2016, les Reporters Sans Frontières (RSF) ont déclaré que l’Iran représente toujours l’une des cinq plus grandes prisons pour les membres de la presse et est 173e sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters Sans Frontières.

Shahin Gobadi du Comité des affaires étrangères du Conseil National de Résistance d’Iran (CNRI), a déclaré plus tôt ce mois-ci : « La liberté de la presse et la liberté d’expression sont inexistantes en Iran sous le régime des mollahs. Non seulement le régime réprime drastiquement les journalistes en ce qui concerne les reportages considérés sensibles par les mollahs, mais il va jusqu’à arrêter et à torturer à mort les bloggeurs dissidents tels que Sattar Beheshti. »

« Les mesures draconiennes du régime contre les organes de presse sont devenues plus agressives depuis que Hassan Rohani a pris fonction en tant que président en 2013. Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme ont confirmé cet état des choses. » a ajouté M. Gobadi.

Le régime fondamentaliste iranien a annoncé dimanche qu’il a donné un ultimatum d’un an aux médias sociaux internationaux, en particulier à Telegram, pour transmettre les données sur leurs utilisateurs iraniens.

L’agence de presse officielle d’Etat IRNA a rapporté dimanche que la décision a été prise le samedi 28 mai, à une session du Conseil suprême du cyberespace qui est un comité sur l’utilisation du cyberespace dirigé par le président des mollahs Hassan Rohani qui fait office de régulateur des Technologies de l’Information au sein du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe