lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieLa crise de l'aviation iranienne

La crise de l’aviation iranienne

La crise de l'aviation iranienne

Par Shmsi Saadati

On parle plus communément aujourd’hui de l’émigration massive des pilotes iraniens comme étant la « crise de l’aviation iranienne ».

La principale raison pour laquelle de nombreux pilotes émigrent réside dans les difficultés économiques du pays, le chômage, les faibles revenus, le manque de sécurité et de nombreux autres facteurs similaires.

Rien qu’au cours des derniers mois, plus de 100 pilotes ont émigré en Turquie, aux Émirats, au Qatar et dans d’autres pays voisins, où l’économie, l’emploi et les conditions de vie en général sont bien meilleurs.

Selon les rapports de l’aviation iranienne, il y a eu une baisse de 13 % de l’emploi entre 2017 et 2018.

En septembre 2015, Gholamreza Mohammadi, un membre du Conseil des pilotes iraniens, a déclaré : « les pilotes assistants dans les pays voisins gagnent 10 à 12 mille dollars mais nos pilotes ne gagnent que 3 millions de toman ici. »

« L’exode massif »

L’inspecteur de l’Organisation de l’aviation civile iranienne, Mohammad Ali Hojjati, déclare : « Nos pilotes émigrent contre leur gré parce qu’ils ont du mal à trouver un emploi ou à gagner leur vie à temps ; certains d’entre eux restent et souffrent tandis que d’autres émigrent. » Hojjati parle de leur émigration comme d’un « exode massif non organisé ». (Journal Etemad)

Pour empêcher cet exode, les compagnies aériennes iraniennes utilisent aujourd’hui plusieurs tactiques pour maintenir les pilotes au pays, par exemple en proposant des contrats à long terme stricts, ou en retardant la délivrance de leurs certifications, ou même en suspendant la certification des pilotes déjà brevetés.

Privé du droit de contestation

Selon Hojjati : « l’insatisfaction de nos pilotes peut entraîner des frais supplémentaires qui sont souvent cachés dans des choses comme le carburant, les vols retardés, la dépréciation de pièces d’avion, et ainsi de suite. »

Hojjati ajoute que les pilotes mécontents peuvent également exprimer leur mécontentement en « ne respectant pas les exigences des ressources de vol », mettant ainsi en danger la sécurité des vols. 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe