jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieLa Banque d’État de l’Inde se retire de l’Iran

La Banque d’État de l’Inde se retire de l’Iran

La Banque d’État de l’Inde se retire de l’Iran

Les importations indiennes du pétrole iranien pourraient être fortement affectées après août, selon le chargé des finances de l’Indian Oil Corp (IOC), car la Bank d’Etat indienne (SBI) a informé les raffineurs qu’elle ne traitera pas les paiements pour le brut iranien à partir de novembre.

A. K. Sharma de l’OIC a déclaré : « Le chargement du pétrole sera affecté à partir de fin août dans le cadre du mécanisme actuel, à moins qu’un nouveau canal de paiement ne soit établie. »

Cette décision de la plus grande banque indienne intervient après que Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire iranien de 2015 en mai et s’est engagé à renouveler des sanctions sévères contre le régime dans un délai de 180 jours.

Certaines sanctions, comme celles qui touchent l’industrie automobile, entreront en vigueur le 6 août (90 jours après le retrait), tandis que celles qui visent le secteur pétrolier entreront en vigueur le 4 novembre.

La raison pour laquelle les raffineurs indiens feront face à des pénalités sur les expéditions du mois d’août est que leur paiement sera dû en novembre.

Bien que l’Inde ait réduit ses importations en provenance d’Iran en 2017/18, à la suite d’un différend sur un gisement de gaz, l’Iran est resté son troisième fournisseur de pétrole, fournissant environ 10 % (458 000 barils par jour) des besoins en pétrole de l’Inde.

La SBI a déjà informé les raffineurs indiens qu’elle ne sera pas en mesure de traiter les paiements de pétrole à l’Iran à partir du 4 novembre, car cela aura un impact sur ses opérations avec les États-Unis.

Les raffineurs indiens utilisent également Europaeisch-Iranische Handelsbank AG (EIH), basée en Allemagne, pour traiter leurs paiements et il n’y a encore aucune information sur la question de savoir si l’EIH va se retirer.

L’Inde se retourne-t-elle contre l’Iran ?

L’Inde, qui est le deuxième plus gros acheteur de pétrole de l’Iran, a été l’un des rares pays qui ont continué les échanges commerciaux avec Téhéran pendant les sanctions précédentes. Le pays affirme qu’il ne suit pas les sanctions américaines, mais les entreprises indiennes ayant des liens avec les États-Unis pourraient faire face à des pénalités financières si elles poursuivent leurs échanges commerciaux avec l’Iran.

Certaines sociétés pétrolières en Inde sont à la recherche de méthodes de paiement alternatives, par l’intermédiaire de banques qui n’opèrent pas aux États-Unis, mais certaines ont spéculé que les entreprises indiennes feront pression pour obtenir des rabais plus importants de la part de l’Iran afin de garantir la poursuite de leurs échanges commerciaux.

Il vaudrait mieux que ces entreprises se retirent toutes de l’Iran, non seulement les entreprises, mais le monde entier. Cela signifierait moins d’argent pour les forces répressives du régime des mollahs et une réduction de la capacité du régime à menacer le monde avec ses milices mandatées et ses armes nucléaires.

De nombreuses entreprises du monde entier se sont déjà retirées ou ont annoncé leur intention de le faire avant la date limite, notamment la marque sportive Nike, le conglomérat énergétique Total et le constructeur automobile PSA. Il y a aussi très peu de compagnies de transport qui sont maintenant prêtes à transporter du pétrole iranien, la plupart mentionnant que les assureurs ne couvriront pas l’expédition.

Les compagnies pétrolières indiennes devraient se retirer d’Iran et acheter du pétrole auprès d’autres fournisseurs du Moyen-Orient. Certains ont déjà fait des plans pour mettre fin ou réduire leurs importations en provenance de l’Iran, notamment Reliance Industries Ltd et Nayara Energy.

Mais en respectant les sanctions américaines et en poussant l’économie iranienne jusqu’au point de rupture, les entreprises qui se retirent de l’Iran contribueront à introduire un changement de régime, ce qui est la volonté du peuple iranien.

Le changement de régime sera le principal sujet de discussion lors du rassemblement Iran Libre qui se tiendra à Villepinte à Paris plus tard ce mois-ci.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe