jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran: L’UE critique Téhéran pour l’exécution d’une jeune femme, mineure à l'époque...

Iran: L’UE critique Téhéran pour l’exécution d’une jeune femme, mineure à l’époque des faits

L’UE critique le régime iranien pour l’exécution d’une jeune femme condamnée à mort à l’époque où elle était mineure

CNRI – Le mercredi 14 octobre, l’Union européenne a critiqué le régime iranien pour la pendaison d’une jeune femme reconnue coupable d’un crime qu’elle aurait commis à l’époque où elle était mineure.

« Fatemeh Salbehi a été exécutée en Iran après avoir été condamnée à mort pour un crime perpétré en mai 2010, à l’époque où elle avait 17 ans », a déclaré le porte-parole de l’UE dans un communiqué.

Le porte-parole a ajouté : « Les condamnations à la peine capitale pour les crimes commis par des personnes âgées de moins de dix-huit ans sont contraires aux obligations internationales de l’Iran en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l’enfant. »

« L’Union européenne réitère ses préoccupations concernant le nombre élevé des exécutions en Iran, notamment des exécutions pour le trafic de la drogue qui n’est pas classé parmi ‘les crimes les plus graves’ dans le droit international humanitaire. »

Fatemeh Salbehi, exécutée à l’âge de 23 ans, avait été accusée du meurtre de son mari de 30 ans à l’époque où elle avait 17 ans.

Elle a été pendue le mardi 13 octobre dans la prison d’Adel-Abad à Chiraz (chef-lieu de la province de Fars, au sud de l’Iran).

Mme Salbehi avait été forcée d’épouser un homme qui avait presque le double de son âge et qu’elle n’avait jamais vu avant leur mariage.

Sous les pressions qu’elle a subies durant sa détention, Mme Salbehi avait avoué être l’auteur de ce meurtre. Mais, devant le tribunal, elle a affirmé qu’elle était innocente.

Dans un communiqué daté du 8 février 2011, Amnesty International avait déclaré : « Le mari de Fatemeh Salbehi, Hamed Sadeghi, a été un employé du bureau des relations publiques de l’appareil judiciaire à Chiraz. Il a été retrouvé mort à son domicile en mai 2008, au moment où Fatemeh était à l’école.

« Fatemeh Salbehi a été arrêtée et interrogée sans la présence d’un avocat. Elle a d’abord ‘avoué’ être l’auteur de ce meurtre, mais par la suite, elle a affirmé que ce meurtre a été commis par deux individus qui ont fait irruption dans la maison qu’elle partageait avec son mari. Fatemeh Salbehi a été reconnue coupable d’homicide et a été condamnée à mort par un Cour d’Assise dans la province de Fars. Sa condamnation à mort a été confirmée par la Cour suprême. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe