lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« L’UE doit changer de politique vis-à-vis de la Résistance en Iran...

« L’UE doit changer de politique vis-à-vis de la Résistance en Iran » – Vice-président du PE

Alejo Vidal-QuadrasCNRI – « Nous sommes convaincus, Mme la Présidente, que votre lutte est aussi importante pour nous en Europe, dans le monde occidental, qu’elle l’est bien entendu pour les Iraniens, parce que le régime actuellement au pouvoir dans votre pays est une menace pour la paix, la stabilité et la sécurité non seulement au Moyen-Orient, mais aussi dans le monde entier », a déclaré à l'attention de Maryam Radjavi à Bruxelles le 28 mai, le Vice-président du Parlement européen Alejo Vidal-Quadras.

 

Alejo Vidal-QuadrasCNRI – « Nous sommes convaincus, Mme la Présidente, que votre lutte est aussi importante pour nous en Europe, dans le monde occidental, qu’elle l’est bien entendu pour les Iraniens, parce que le régime actuellement au pouvoir dans votre pays est une menace pour la paix, la stabilité et la sécurité non seulement au Moyen-Orient, mais aussi dans le monde entier», a déclaré à l'attention de Maryam Radjavi à Bruxelles le 28 mai le Vice-président du Parlement européen Alejo Vidal-Quadras.

Il s’exprimait lors d’une réunion qu'il présidait, organisée par l’intergroupe europarlementaire des Amis d’un Iran Libre, pour appeler l’Union européenne à respecter l’état de droit et à radier l’OMPI de sa liste du terrorisme. En effet le 7 mai, la Cour d’appel britannique a statué définitivement que ce principal groupe de l’opposition démocratique iranienne n’est pas impliqué dans le terrorisme. Elle a donc ordonné à Londres de retirer les Moudjahidine du peuple d’Iran de sa liste noire. Or c'est cette liste là qui est à l’origine de l’inscription de l’OMPI sur la liste noire européenne. Le gouvernement britannique vient de s’exécuter et de présenter un décret dans ce sens à son parlement.

Cette réunion qui a rassemblé de très nombreux parlementaires européens et nationaux, avait invité Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne.

Voici l’intervention d’Aléjo Vidal-Quadras :

Nous sommes convaincus, Mme la Présidente, que votre lutte est aussi importante pour nous en Europe, dans le monde occidental, qu’elle l’est bien entendu pour les Iraniens, parce que le régime actuellement au pouvoir dans votre pays est une menace pour la paix, la stabilité et la sécurité non seulement au Moyen-Orient, mais aussi dans le monde entier. Je voudrais aussi souhaité cordialement la bienvenue à nos collègues du Royaume-Uni. Je les félicite pour la grande victoire remportée auprès des tribunaux britanniques. Chers collègues, vous avez fait du bon travail, un travail extraordinaire. Vous vous êtes battus pour la justice, ce à quoi nous nous attendions. Vous n’avez pas trahi vos principes ni vos valeurs. De plus, je crois que vous vous êtes aussi battus pour une bonne politique.

C’est non seulement une question de principes et de valeurs, mais c’est aussi une question politique très significative. Soutenir un changement démocratique en Iran est la seule solution à la crise qu’affronte le monde avec la quête aux armes nucléaires du régime iranien et son ingérence dans les pays voisins, en Irak, au Liban et en Palestine.

Mon message sera aujourd’hui  simple et bref. L’Europe est construite sur l’état de droit et nous voyons que dans le cas des Moudjahidine du peuple d’Iran (l’OMPI),  l’Union européenne, l’institution commune la plus puissante d’Europe, ne respecte pas l’état de droit. C’est à mon avis et de l’avis de beaucoup de nos collègues ici au Parlement européen, quelque chose que nous ne pouvons accepter. Donc, de notre point de vue, par rapport à ce problème, l’Europe fait face à une question d’identité, parce que s’il n’y a pas de respect de l’état de droit, il n’y aura pas d’Europe et c’est quelque chose que nous ne pouvons accepter et que nous n’accepterons jamais.

Le maintien de l’OMPI sur la liste du terrorisme de l’UE est illégal. Nous voulons une action et nous disons aux dirigeants de l’Union européenne que cela suffit.  J’appelle donc la présidence de l’UE à se conformer aux jugements des tribunaux, à le faire immédiatement et à respecter l’état de droit. J’exhorte la Présidence de l’UE à être en harmonie avec ses responsabilités en soutenant l’état de droit en Europe. Finalement, si nous considérons cette question d’un point de vue de pure realpolitik, dans une approche purement pragmatique, l’UE doit changer sa politique vis-à-vis de l’Iran et du mouvement démocratique de l’opposition iranienne. Le Conseil national de la Résistance iranienne, présidé par Mme Radjavi est le seul espoir, la seule solution, la façon la plus directe, et la plus propre, et financièrement avantageuse d’amener la démocratie et la liberté aux Iraniens et de débarrasser le monde de la menace que représente le régime tyrannique de Téhéran.

Avant de vous donner la parole, Mme la Présidente, permettez-moi de dire à nouveau, combien nous apprécions vos efforts persistants pour apporter la démocratie et la liberté en Iran, combien nous partageons vos souffrances, parce que nous savons que vous ne faites pas quelque chose de facile et que vous avez traversé des moments très difficiles dans le passé et aujourd’hui. Nous vous admirons parce que malgré tout ce dur travail et vos souffrances, votre sourire ne disparaît jamais.  Mme Radjavi, c’est là quelque chose d’extraordinaire qui vous sera très utile dans le futur, que j’espère proche, car lorsque vous mènerez les premières élections que vous aurez organisées en Iran, ce sourire vous aidera beaucoup à remporter des voix. Merci pour tout et pour votre optimisme qui est aussi une source d’inspiration pour nous dans nos modestes efforts pour aider votre cause.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe