mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« Les terroristes sont en Iran, pas à Auvers-sur-Oise» (PRG)

« Les terroristes sont en Iran, pas à Auvers-sur-Oise» (PRG)

ImageCNRI – Le 7 juin se tenait à Paris un colloque parlementaire sur le changement démocratique en Iran rassemblant des élus et des personnalités de tout l’éventail politique français. Présidé par le député de l’Ardèche Pascal terrasse, il accueillait aux côtés d’Edith Cresson, ancien Premier ministre, Mme Radjavi, présidente élue du CNRI.

Lors des multiples interventions, Jean-Paul Benoît, chargé des relations internationales au PRG, a rappelé que le dossier juridique touchant la résistance iranienne était une aberration et que l’instauration de la démocratie en Iran était une nécessité :

« Je suis ancien parlementaire européen et un des responsables de l’association des parlementaires européens. Je suis avocat et responsable des relations internationales du Parti radical de Gauche. Donc je vais être extrêmement bref puisque Gérard Charasse s’est exprimé au nom du PRG.

Cette réunion prouve que les forces démocratiques de ce pays se rassemblent quand il s’agit de défendre la démocratie quelque part et il faut le faire bien évidemment en Iran.

Je voudrais aborder trois points : la situation juridique de votre mouvement. Cette situation juridique est une aberration au regard du droit, et une aberration politique. Ayant eu à connaître certains aspects du dossier en tant qu’avocat je peux confirmer ceci. Il est urgent de faire en sorte que cette procédure ne s’enlise pas dans une espèce de non dit qui vous porte un préjudice considérable, politique, psychologique et international.

Deuxièmement en ce qui concerne la démocratie, il est sûr que les terroristes sont en Iran et qu’ils ne sont pas à Auvers sur Oise, il faut le marteler. Même si dans cette affaire il ne faut pas faire n’importe quoi, il est très difficile de négocier et de passer un contrat avec un régime de la nature de celui des mollahs. En ce qui concerne le rétablissement de la démocratie, bien sûr votre mouvement sera au cœur de ce processus du rétablissement de la démocratie. Je pense qu’il faut avoir une attitude ouverte. Mais il faut faire appel à l’ensemble des mouvements iraniens qui veulent lutter pour le rétablissement de la démocratie et bien évidement ce sera aux Iraniens de choisir la voie qui est la meilleure et bien entendu votre mouvement sera au cœur de ce débat.

Il faut surtout éviter que le régime qui s’établira en Iran à la suite des mollahs soit imposé de l’extérieur ou apparaisse comme imposer de l’extérieur. Je ne vise personne, mais je pense à des puissances importantes qui ont toujours la tentation d’imposer un système. Il faut que le régime qui succèdera aux mollahs naisse de la volonté des Iraniens et vous êtes un des éléments très importants.

Le nucléaire enfin. Lors d’une rencontre avec Mme Radjavi il y a deux ans à Auvers-sur-Oise, nous avions longuement parlé de ce problème. Vous m’aviez dit, et moi je partageais ce sentiment, que ce serait le débat majeur des années à venir. Dans ce dossier il faut à la fois être très pertinent et ne pas faire n’importe quoi et toute intervention extérieure ou une tentation militaire serait une aberration. En même temps la négociation avec un régime comme celui des mollahs est extrêmement complexe. Car toute négociation apparaît d’une certaine manière comme une légitimation. Nous ne pouvons pas avoir confiance dans la signature  d’un régime qui procède de l’idéologie, du fanatisme politique et religieux de celui des mollahs. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe