mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« Le courage de la Résistance iranienne force l’admiration » (un député...

« Le courage de la Résistance iranienne force l’admiration » (un député français)

Le député français René André : « Le courage de la Résistance iranienne force l’admiration »CNRI – Lors du colloque parlementaire pour un changement en Iran, qui a réuni à Paris le 7 juin des élus de tout l’éventail politique, le député René André,  membre de la commission des Affaires étrangères, a mis l’accent dasn son intervention sur la nécessité de s’engager auprès du CNRI pour faire entendre le message de la résistance, afin d’éviter la guerre dans le crise iranienne et de chercher plutôt à y instaurer la liberté et la démocratie :

Mon intervention sera très brève parce que je partage l’ensemble des observations qui ont été faite par mes collègues parlementaires.

Je voudrais vous dire ceci : j’interviens aujourd’hui devant vous avec beaucoup de respect mais aussi beaucoup d’humilité. Beaucoup de respect pour votre combat, beaucoup de respect pour les risques que vous avez pris et que vous continuez à prendre dans votre lutte pour la liberté, aussi bien dans mon pays que dans votre pays. Et votre courage force l’admiration, parce que nous savons tous que votre engagement n’est pas sans risque.

J’interviens aussi avec beaucoup d’humilité, persuadé que je ne suis peut-être pas le mieux placé dans cette salle pour parler de ce que vous vivez. En effet si comme de tout un chacun je suis le déroulement et ce depuis longtemps du problème iranien, je ne suis pas de ceux qui se sont engagés fortement à vos côtés peut-être tout simplement parce que sensible à ce qui a été dit et ce qui a été écrit sur le mouvement des Moudjahidine, j’avais une certaine réticence à m’engager, souhaitant être mieux informés.

Puis l’évolution judiciaire, l’évolution de la situation en forme d’aggravation dans votre pays m’a convaincu qu’il convenait maintenant de témoigner et de s’engager.

Voyez donc en quelque sorte mon engagement, ma présence, à vos côtés comme un symbole, comme une prise de conscience plus éclairée de nombreux parlementaires et je suis sûr que les malheureuses et profondément regrettables déclarations de votre Premier Ministre sur, notamment, la nécessité de radier l’Etat d’Israël de la carte sont inadmissibles et motiveront beaucoup de nos parlementaires à rejoindre votre mouvement.

D’autant que lorsque je lis la déclaration qui peut-être sans doute amendée mais que pour ma part je fais mienne, je ne trouve pas quoi que ce sois à redire dans la mesure où vous soutenez, nous soutenons des objectifs d’une république laïque, pluraliste, respectueuse de l’égalité entre les femmes et les hommes et garante des minorités ethniques et religieuses. Sur ce point il ne peut pas y avoir la moindre dispute.
 
De même qu’il ne peut pas y avoir de difficultés ni d’interrogations en ce qui me concerne sur ma ferme opposition, vous le soulignez dans cette déclaration, à une intervention militaire extérieure en Iran. Une telle intervention aurait le résultat contraire à ce qui aurait été recherché. Elle aurait des conséquences peut-être encore plus graves que l’intervention que Mme le Premier ministre évoquait tout à l’heure en Iran. Elle contribuerait à compliquer une situation qui l’est déjà trop, et à déstabiliser une région et une zone encore plus et qui a besoin de stabilisation.

Alors vous avez dans votre propos évoquer la Tchécoslovaquie, évoquer Munich. Je crois que nous devons effectivement pour inspirer notre action, réfléchir à ce que fut l’histoire et ce que fut les erreur que nous avons commises. Il faut que nous trouvions une voie, qui fasse que nous n’apparaissions pas comme des munichois, comme des personnes, des hommes et des femmes, qui au non de je ne sais quelle stabilité, de je ne sais quel principe inacceptable, aurait accepté la honte et le déshonneur. Je crois que le moment est venu de nous engager. De faire savoir que ce régime est inadmissible que ce régime est indigne de la très grande nation, de ce très grand peuple qu’est le peuple iranien ancré dans l’histoire, ce à quoi la France est extrêmement sensible. 

En ce qui concerne l’action que vous menez au Conseil national de la résistance : le fait que vous soyez, à tort, j’en suis persuadé, traités de terrorisme, ne doit pas nous faire peur. Je suis de la famille gaulliste, comme un certain nombre des amis ici, et je n’oublie pas que ceux qui ont rejoint le général de Gaulle à Londres ont tout de suite été traités de terroristes. En réalité, ils oeuvraient pour restaurer l’honneur de la France, restaurer la démocratie, et restaurer la liberté.

Je suis persuadé que le combat que vous menez avec d’autres, va dans ce sens, et qu’il nous faudra trouver en dehors de l’intervention militaire, la possibilité de faire en sorte que le message que vous nous portez, que nous porterons maintenant tous ensemble, soit entendu, non seulement en France, non seulement en Iran, mais dans l’ensemble de la communauté internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe