vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« La décision d'inscrire l’OMPI dans la liste terroriste est scélérate »,...

« La décision d’inscrire l’OMPI dans la liste terroriste est scélérate », Sid Ahmed Ghozali

CNRI  – « Cette décision que vous combattez tous, c’est-à-dire d’inscrire l’OMPI dans la liste terroriste est une décision scélérate, parce qu’elle a été condamnée par la cour européenne de justice et condamnée par une cour britannique. Elle constitue en même temps une injustice morale puisqu’elle est faite pour affaiblir et annihiler le droit d’un peuple à s’opposer à une dictature. Or, quand les gouvernants européens ne respectent pas leurs propres lois, ils donnent une image extrêmement défigurée de l’Europe et cela touche à sa crédibilité internationale et interne, parce que les opinions voient que vous ne respectez pas vos lois », a déclaré Sid Ahmed Ghozali, ancien premier ministre algérien, à Strasbourg le 24 avril lors d’un colloque.  

CNRI  – « Cette décision que vous combattez tous, c’est-à-dire d’inscrire l’OMPI dans la liste terroriste est une décision scélérate, parce qu’elle a été condamnée par la cour européenne de justice et condamnée par une cour britannique. Elle constitue en même temps une injustice morale puisqu’elle est faite pour affaiblir et annihiler le droit d’un peuple à s’opposer à une dictature. Or, quand les gouvernants européens ne respectent pas leurs propres lois, ils donnent une image extrêmement défigurée de l’Europe et cela touche à sa crédibilité internationale et interne, parce que les opinions voient que vous ne respectez pas vos lois », a déclaré Sid Ahmed Ghozali, ancien premier ministre algérien, à Strasbourg le 24 avril lors d’un colloque.  

Intitulé « les relations de l’Union européenne avec l’Iran : perspectives d’un changement démocratique », le colloque était organisé par le Comité français pour un Iran démocratique, et l’intergroupe des Amis d’un Iran Libre au Parlement européen.

C’est sous la présidence d’Adrien Zeller, président du Conseil régional d’Alsace, et d’Alejo Vidal Quadras, vice-président du Parlement européen, que se sont réunis de nombreux députés européens et nationaux de tous bords et de divers pays, des juristes de premier plan comme Lord Slynn of Hadley, ancien juge à la Cour européenne de Justice, d’anciens ministres comme Alain Vivien, ancien secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères. Tous ont souligné la nécessité de soutenir la Résistance iranienne, et en premier lieu de retirer les Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste du terrorisme. L’invitée d’honneur était Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne.

Voici l’intervention de Sid Ahmed Ghozali :

Je suis très honoré de prendre la parole à l’occasion de cette énième réunion tenue autour de la Résistance iranienne. Je vous le dis tout de suite : j’ai une confiance absolue et raisonnée que le jour viendra où la Résistance iranienne vaincra et triomphera. Ce n’est pas à vous Mme Radjavi que j’apprends cela, vous qui consacrez votre vie à cette noble cause, ce n’est pas non plus à vous chers amis qui êtes des milliers de parlementaires de tous les pays européens, y compris des congressmen américains, est très souvent dans des majorités, et au Parlement européen qui a le mérite, je dirais presque le génie, de jouer un rôle de pointe dans cette direction.

À vous, des milliers de juristes de très haut niveau, qui savez très bien, puisque vous les soutenez, que les Moudjahidine du peuple ne sont pas une organisation terroriste.

Mais le problème est qu’un travail destructeur de plusieurs décennies a répandu à travers l’opinion occidentale une image qui est exactement le contraire de la réalité. Et nous, les amis de la Résistance iranienne, nous devons faire un travail d’urgence pour que l’opinion occidentale connaisse la vérité sur ce plan.

Je voudrais parler d’abord en témoin parce que ce que je viens d’une sphère,  qu’on peut appeler la sphère arabo-musulmane. En effet je viens d’Algérie où la loi me donne le droit de créer un front démocratique, un parti, mais où le gouvernement me l’interdit. Ce qui fait l’originalité de la résistance iranienne ce n’est pas qu’elle représente une exception, c’est qu’elle provienne du seul pays où il y a une dictature fasciste religieuse, où les islamistes sont au pouvoir. C’est le seul cas où ils sont effectivement au pouvoir et on voit ce que ça donne.  

Deuxièmement, c’est le seul pays où il y a une véritable Résistance populaire ancrée qui n’est pas née d’hier, qui a 50 ans d’existence, qui a connu la dictature du chah et qui connaît la dictature des mollahs. Par conséquent sous ce plan-là, au-delà de son passé historique, de son importance dans la région, le cas de la Résistance iranienne est un cas qui est, à mon avis, exemplaire.

Je voudrais dire, que le paradoxe veut que la nation américaine, pour laquelle je voue personnellement une admiration sans borne pour ses institutions, qui a inscrit dans sa déclaration d’indépendance le droit du peuple américain à renverser tout gouvernement oppresseur, cette nation nie ce droit aux autres et notamment en contribuant à renier ce droit au peuple iranien. Puisque paradoxalement, c’est cette administration qui a commencé à inscrire l’organisation des Moudjahidines du peuple dans la liste des organisations terroristes. Et paradoxalement, c’est cette même administration, dont les généraux responsables dans la région ont désarmé Achraf et ont fait une enquête à Achraf, dit qu’elle n’est pas une organisation terroriste. Et c’est cette même administration dont un colonel, lorsqu’on a parlé de « sectes » à propos des Moudjahidine du peuple, c’est ce même colonel qui a déclaré «  je voudrais-je pouvoir envoyer mes filles à Achraf pour qu’elles voient comment la femme iranienne y est traitée. »

Alors, c’est pour ça que cette décision que vous combattez tous, c’est-à-dire d’inscrire l’OMPI dans la liste terroriste est une décision scélérate. Et je le dis sans esprit polémique. Elle est scélérate parce qu’elle cynique et injuste, parce qu’elle a été prise par des gouvernements, qui l’avouent eux-mêmes, pour apaiser le régime des mollahs. Ils l’ont dit officiellement, notamment aux États-Unis d’Amérique et en Angleterre lorsqu’ils ont annoncé leur décision.

Elle est scélérate parce qu’elle constitue une mesure qui est hors-la-loi occidentale. Alors qu’elle a été condamnée par la cour européenne de justice et condamnée par une cour britannique. Et d’ailleurs pour nous qui voyons l’Europe de l’extérieur, en voisin, autant nous trouvons détestables la mesure des états et des gouvernements, autant nous sommes réconfortés et trouvons admirable la réaction de la classe politique européenne, les députés, les sénateurs etc.

Cette décision est hors-la-loi aux yeux de la loi européenne elle-même. Elle constitue en même temps une injustice morale puisqu’elle est faite pour affaiblir et annihiler le droit d’un peuple à s’opposer à une dictature.
Et elle constitue une triple faute politique. La première, c’est qu’elle défigure l’image de l’Europe en tant que le projet. Car qu’est-ce que c’est que l’Europe pour nous qui sommes vos voisins en Algérie ? Pour nous le projet européen est un projet dont le pilier fondamental est l’état de droit et l’extension d’une ère de prospérité sur la base de la démocratie. Car le projet européen est le premier projet historiquement fondé sur une fédération des Etats, non point par le feu et par le sang, mais sur la base de la volonté populaire. Or, quand les gouvernants européens ne respectent pas leurs propres lois, ils donnent une image extrêmement défigurée de l’Europe et cela touche à sa crédibilité internationale et interne, parce que les opinions voient que vous ne respectez pas vos lois.

Et est une deuxième faute politique vis-à-vis des relations avec le régime des mollahs. Est-ce que les gouvernants européens sont devenus amnésiques pour avoir oublié que cette  fadaise de l’ « apeasement » a déjà été essayée en 1938. En 1938, Chamberlain et Daladier sont allés à Munich pour apaiser le régime nazi. Et ne croyez pas que la comparaison entre les deux régimes est exagérée. Ne le croyez surtout pas ! C’est une question d’échelle mais c’est exactement les mêmes régimes.  Ils sont allés apaiser et finalement ça n’a pas évité la guerre.

Et troisièmement, une faute sur le plan de la politique internationale : moi ce que je vous dis je ne l’ai pas appris à l’école. Le régime iranien, je l’ai pratiqué. Parce que j’ai été pendant 30 ans dans le service public algérien, dont plus de la moitié dans le domaine du pétrole. Vous savez que lorsqu’on est dans le pétrole, on vit avec l’Iran, avec l’Irak, avec les Américains etc. Et je les connais très bien, j’ai été chef du gouvernement et j’ai eu des relations diplomatiques avec le régime iranien.

Paulo Casaca l’a dit avant moi,  l’hégémonisme du régime des mollahs n’est pas dans un mouchoir de poche. Il est mondial et ceci est propre à toutes les dictatures. Et je suis d’accord avec Paulo Casaca lorsqu’il dit que la plus désastreuse des conséquences, c’est la situation en Irak. On a livré l’Irak à un régime comme celui des mollahs et en plus, on se prive pour trouver une solution en Irak, d’une source précieuse qui peut être une source d’apaisement, c’est l’organisation des Moudjahidines qui connaît très bien cette région, qui connaît l’Irak, qui est une organisation démocratique et qui a la crédibilité, le soutien du peuple irakien. Vous le savez très bien, mais l’opinion ne le sait pas, qu’il y a 5 millions d’Irakiens qui ont soutenu ce mouvement.

Et vous savez que pour qu’un Irakien, dans la situation dans laquelle il se trouve vienne signer une motion de soutien au Moudjahidine du peuple, c’est qu’il y a une crédibilité très forte. Il y a également 20.000 juristes irakiens qui auront signé une motion de soutien. Donc dans cette problématique de l’Irak qui est un problème très sérieux, non seulement on est injuste, non seulement on livre l’Irak à un régime qui est essentiellement un régime déstabilisateur, mais on se prive aussi des services d’une organisation aussi expérimentée et aussi crédible que l’organisation des Moudjahidines du peuple.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe