lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeL'empreinte de l'Iran à Fallujah (Washington Post)

L’empreinte de l’Iran à Fallujah (Washington Post)

CNRI – C’est le rôle néfaste de l’Iran qui a provoqué la guerre civile en Irak et qui ravage la ville de Fallujah, selon le Washington post.

« L’Iran a mené une remarquable opération secrète qui a conduit Maliki et l’Irak au service de Téhéran, ce faisant, il a aliéné les sunnites et les a poussés vers l’extrémisme », a estimé le quotidien américain le 10 janvier, sous la plume de David Ignatius.

« Cette opération secrète en Irak est dirigé par Qassem Soleimani, le commandant de la Force Qods des Pasdaran, avec le concours de plusieurs figures chiites de l’entourage du premier ministre Maliki », ajoute le WP.

« L’Iran joue ses cartes parmi les diverses milices irakiens à sa solde. Abou-Mehdi Al-Mohandis, qui a participé à l’attentat contre l’ambassade américaine au Koweït en 1983, dirige actuellement un groupe d’insurgés, Kata’ib Hezbollah, affilié aux Pasdaran. Qais Al-Khazali, responsable de la prise d’otages et de l’assassinat des Marines américains à Karbala en 2007, dirige un groupe d’insurgés, Asaib Al-Haq, soutenu par les Pasdaran. Et une troisième milice chiite: la Brigade du Jour promis.

« Sous la direction secrète de l’Iran, les combattants de ces trois milices ont été envoyés en Syrie pour combattre les rebelles dans ce pays. En réalité, l’Iran a pu utiliser l’Irak comme une tête de pont pour mener ses opérations de soutien au président syrien Bachar Al-Assad, notamment grâce à Hadi Al-Ameri, le ministre irakien des transports. Il a dirigé la Brigade Badr, une milice pro-iranienne. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe