mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeL’échec des projets expansionnistes du régime iranien dans la région du Moyen-Orient

L’échec des projets expansionnistes du régime iranien dans la région du Moyen-Orient

L’échec des projets expansionnistes du régime iranien dans la région du Moyen-Orient

Afin de dissimuler ses crises internes et pour faire face à la volonté du peuple iranien qui souhaite un changement de régime, la dictature religieuse au pouvoir en Iran poursuit une politique expansionniste et ses projets d’exporter l’intégrisme et le terrorisme vers les autres pays de la région, a déclaré lundi Mme Dowlat Nowrouzi, la représentante au Royaume-Uni du Conseil national de la Résistance d’Iran (CNRI).

Dans une conférence en ligne et en directe qui a duré une heure, Mme Nowrouzi a commenté les développements en cours dans la région. Elle a fourni des précisions sur les crises auxquelles est confronté le régime des mollahs et sur les interventions bellicistes de ce régime dans les pays arabes de la région.

Mme Nowrouzi a déclaré : « Au cours des dernières semaines, dans 27 provinces sur les 31 provinces qui existent en Iran, les enseignants ont protesté contre le régime et contre les pressions économiques grandissantes qu’ils subissent. Les étudiants, les jeunes, les femmes et les travailleurs à travers le pays expriment régulièrement leur mécontentement par des grèves et par des manifestations contre la crise économique, la pauvreté généralisée, la corruption généralisée des instances gouvernementales et contre la répression débridée. »

« Il y a trente six ans, en 1979, les mollahs ont volé la révolution du peuple iranien, en profitant du fait que les véritables leaders de l’opposition populaire se trouvaient dans les prisons politiques de Chah. »

« Le peuple iranien a fait la révolution pour obtenir le la démocratie, a liberté et le respect des droits de l’Homme. Au lieu de répondre à ces aspirations, les mollahs ont instauré en Iran un califat islamique. »

Mme Nowrouzi a affirmé : « Le régime qui s’est mis en place a engagé le peuple iranien dans une guerre avec l’Irak qui a duré huit ans dont les conséquences pour l’Iran ont été les suivantes : près d’un million de morts et de blessés, 3 millions de personnes déplacées et des destructions massives des infrastructures du pays.

Le régime des mollahs a exécuté plus de 120.000 militants politiques, activistes des droits de l’Homme et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), le principal constituant du CNRI. Le régime iranien a également emprisonné et torturé plusieurs centaines de milliers de personnes qui s’étaient levés contre les crimes et les exactions de ce régime. »

« Cela fait plus de 30 ans que le régime des mollahs instrumentalise la religion de l’islam pour exporter vers le reste de la région de les mêmes calamités qu’il a apporté au peuple iranien. Cela a particulièrement touché l’Irak, la Syrie et le Liban. Le régime iranien poursuit ses projets de répandre le terrorisme et le fondamentalisme et de déstabiliser ces pays par des guerres et des crises, en utilisant les revenus pétrolier de l’Iran ».

« Maintenant, le CNRI et l’OMPI ont 36 an d’expérience de résistance face au régime des mollahs et leurs membres et sympathisants ont été les premières victimes de ce régime. »

Mme Nowrouzi a ajouté : « Au fil des ans, le régime iranien a considérablement renforcé sa présence au Yémen et ce pays est devenu une priorité pour Ghassem Soleimani, le commandant de la Force Qods des pasdaran du régime iranien. Ces derniers temps, Soleimani a consacré l’essentiel de son temps à la crise au Yémen. »

Mme Nowrouzi a précisé que selon des informations détaillées obtenues à l’intérieur du régime, « la personne chargée au sein de la Force Qods de suivre les évolutions au Yémen est le général Amirian. Ce dernier est âgé de plus de 50 ans et il est actuellement en Iran. Amirian a été un commandant militaire vers la fin de la guerre Iran-Irak. Il a également participé à des crimes en Syrie et au Liban. Au cours des dernières années, il a commandé plusieurs opérations militaires au Yémen. Il a aussi joué un rôle important dans la création de la crise à Bahreïn. »

Mme Nowrouzi dit que les femmes jouent un rôle clé dans la lutte contre le fondamentalisme islamique. Elle a souligné le rôle unique de Mme Maryam Radjavi, la présidente du Conseil national de la Résistance d’Iran, qui mène une lutte tout azimut, politique, culturelle et idéologique, contre le régime des mollahs et contre le fondamentalisme islamique.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe