vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance« Comprendre qui sont nos vrais amis » - Struan Stevenson

« Comprendre qui sont nos vrais amis » – Struan Stevenson

 CNRI – « Les mollahs craignent le retour de la liberté, de la démocratie et de Mme Radjavi et de son programme, qui rétablira les droits humains, les droits des femmes, en finira avec l'enrichissement nucléaire, en finira avec la peine de mort et rétablira une démocratie laïque dans ce pays. C'est ce que les mollahs craignent le plus », a dit Struan Stevenson au cours d’une conférence de presse.

Le Vice-président du groupe PPE-DE du parlement européen s’exprimait le 27 janvier à Bruxelles dans une conférence de presse sur la sortie de liste de l’OMPI, au côté de Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne, du Dr Alejo Vidal-Quadras, vice président du PE, et de très nombreux parlementaires et personnalités politiques venus de toute l’Europe célébrer la radiation de l’OMPI de la liste noire de l’UE.

Voici des extraits de son intervention :

Je voudrais tout d'abord adresser de formidables félicitations à Mme Radjavi et au CNRI. Voilà que l’OMPI a été retirée de la liste. Il y a sept longues années, en 2001, l'UE avait décidé après le 11 septembre, de créer la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, la liste noire. Et en 2002, dans un acte de lâche complaisance, le gouvernement britannique, quand Jack Straw était ministre des Affaires étrangères, a accédé à la demande des mollahs de mettre l’OMPI sur la liste terroriste du Royaume-Uni et de demander au Conseil des ministres de suivre son exemple et de mettre l’OMPI sur la liste terroriste de l'UE.

Nous avons fait des procès à répétitions. Nous avons eu une équipe merveilleuse d’avocats et de juristes pour représenter le CNRI et l’OMPI. Et ils ont porté ce dossier en justice, en Grande Bretagne. Les juges ont qualifié la décision initiale de la lister l’OMPI de «perverse», qui est un mot fort pour des juges. Nous avons ensuite vu le tribunal de première instance de Luxembourg suivre l'exemple du Royaume-Uni, dire qu’il n'y a pas la moindre raison de maintenir l’OMPI sur la liste terroriste de l'UE et exigé de l’en retirer. Mais ensuite nous avons eu le Conseil qui a gravement méprisé la loi. La France a décidé de s’engouffrer dans la brèche quand les tribunaux du Royaume-Uni ont ordonné le retrait de l’OMPI de la liste terroriste du Royaume-Uni. Et la France à nouveau dans un acte de lâche complaisance avec les mollahs et leur régime fasciste, à cause des menaces de rupture de contrats, les Français ont pris la place de la Grande-Bretagne et ont insisté pour que le conseil maintienne l’OMPI sur la liste terroriste de l’UE. Encore une fois, cela nous oblige à aller devant les tribunaux.

2000 parlementaires de l'UE, y compris bien sûr du Parlement européen, ont uni leurs forces pour demander le respect de l'État de droit. Et après sept longues années, nous avons enfin vu la victoire. Ce fut sept années noires pour l'Union européenne. L’état de droit est ce sur quoi nous avons fondé les institutions européennes. Et quand nous voyons des États membres défier ouvertement l'état de droit, utiliser l’état de droit comme un simple expédient politique pour répondre aux exigences du moment en fonction des pressions commerciales que leur imposent les mollahs, alors c'est une honte, une disgrâce, un embarras. Je condamne la France pour le rôle qu'elle a joué dans ce domaine. Elle devrait avoir honte d'elle-même.

Mais nous avons très bien compris au cours de ces années noires qui étaient les vrais amis. Il y a des Etats membres qui comprennent l'importance de défendre l’état de droit, de respecter l'arrêt du tribunal de première instance. Après sept jugements successifs au Royaume-Uni et au Luxembourg, nous avons vu la victoire et le Conseil des ministres reconnaître hier que la nouvelle liste du terrorisme ne doit pas inclure l’OMPI.

Je peux vous dire que ma frustration au cours de ces sept années est devenue telle, que j'ai récemment dit au monde en général que si l’OMPI est terroriste, alors je suis aussi un terroriste parce que je la soutiens. Et je suis heureux de dire que maintenant je suis un membre à part entière, parce que je porte leur cravate aujourd'hui !

Mais nous ne pouvons pas nous reposer tant que nous n’avons reproduit ce modèle avec les États-Unis pour en retirer l’OMPI de la liste terroriste là-bas. Et là aussi, Clinton a mis l’OMPI dans la liste du terrorisme aux États-Unis à la demande directe de l'Iran, des mollahs. Vous pouvez voir à la réaction hystérique des mollahs ces dernières semaines, quand ils ont compris qu'il y avait un mouvement pour radier l’OMPI de la liste. Leur réaction hystérique montre combien ils craignent le retour de la liberté, de la démocratie et de Mme Radjavi et de son programme, qui rétablira les droits humains, les droits des femmes, en finira avec l'enrichissement nucléaire, en finira avec la peine de mort et rétablira une démocratie laïque dans ce pays. C'est ce que les mollahs craignent le plus. C'est pourquoi leur hystérie s’est intensifiée de jour en jour.

Ainsi, la complaisance ne marche pas, jamais, elle finit toujours par échouer. Nous avons vu cette semaine comment elle a lamentablement échoué. Il est incroyable que les Moudjahidine au péril de leur vie en Iran, ont été ceux qui ont informé l’occident d’un programme nucléaire en cours. Les agences de renseignements occidentales, toutes riches et bien équipées, n’ont absolument pas vu ce qui se passait. Et ce sont les Moudjahidine qui, au péril de leur vie, nous ont apporté cette information. Et comment l’occident les a récompensés pour risquer leur vie dans cette voie ? Nous les avons mis sur la liste du terrorisme.
 
Quel contraste ! Nous avons ces mollahs qui pendent les femmes enceintes et les enfants, qui torturent, qui ont exécuté 120.000 partisans de l'OMPI simplement à cause de leurs convictions politiques, qui arrachent les yeux, qui lapident les hommes et les femmes, qui amputent les membres. Ce sont les vrais terroristes. Mais nous les considérons en occident comme nos amis, nos alliés ! C'est un paradoxe incroyable.

J'espère que la décision du Conseil va inverser ce processus de manière à ce que nous comprenions bien qui sont nos vrais amis et que nous commencions à donner aux habitants de la Cité d’Achraf la protection qu’ils méritent. Parce que lorsque nous nous les considérions auparavant comme des terroriste en occident, il était facile pour les mollahs de les viser et avec leurs acolytes au gouvernement irakien, d’essayer d'introduire de nouvelles lois pour fermer la Cité d’Achraf afin d’expulser les 3500 braves et courageux résidents vers Téhéran pour y affronter la torture et une mort certaine. Eh bien, ils ne sont plus sur la liste du terrorisme et ce prétexte de certains membres du gouvernement irakien et des mollahs ne tient plus la route. Ils doivent désormais être considérés comme des personnes protégées par les Conventions de Genève, comme c’est le cas depuis longtemps.

C’est donc une grande victoire, mais nous avons encore un plus long chemin qui nous attend. Nous avons beaucoup de travail à faire. Washington sera mon prochain port d'escale. J'espère y avoir des rencontres  pour essayer de les faire changer d’avis. Si l'administration Obama me demande, avec son Département d'Etat, si on peut faire confiance à l’OMPI, je répondrai avec les mots de Barack Obama, « oui, nous le pouvons ».

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe