lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésL'ancien directeur de l'université de Téhéran: le régime iranien est à l'origine...

L’ancien directeur de l’université de Téhéran: le régime iranien est à l’origine du fléau islamiste

mohammad malekiCNRI – Dans un article intrépide sur l’apparition du fléau de « Daech » et de l' »État islamique », le Pr. Mohammad Maleki, premier directeur de l’université de Téhéran après la révolution antimonarchique de 1979 , a estimé que c’est le régime du guide suprême qui est à l’origine de l’apparition de la crise actuelle provoquée par l’extrémisme islamiste au Moyen-Orient et dans le monde musulman.

Le Pr. Mohammad Maleki, célèbre opposant politique emprisonné pendant plusieurs années sous le régime des mollahs, a écrit dans son billet rédigé à Téhéran et posté le 1er novembre sur le site Roozonline: « En entendant le récit des massacres et des exactions de Daech, j’ai été projeté sur les événements du passé, sur ce qui s’est passé il y a une trentaine d’années, pour vous décrire succinctement ce dont nous avons été témoins dans les prisons d’Evine et de Ghezel-hessar et d’autres prisons iraniennes sous le régime du « Velayat » des Messieurs Khomeiny et Khamenei. Pour que vous puissiez mieux saisir les racines des fondamentalistes actuels, tels que le Daech. »

En décrivant des exemples de crimes barbares commis par les mollahs dans les prisons, le Pr. Maleki a ajouté: ces crimes « ont eu lieu sur ordre et par le système du guide suprême au cours des quelque 30 dernières années en Iran, ils ont eu lieu aux mains des ‘Aboubakr Bagdadi’ iraniens. « 

Le Pr. Maleki cite des extraits du livre de Mme Hengameh Hadj-Hassan, membre de l’OMPI, intitulé « Face à la bête » (traduit en français, Jean Picollec, Editeur, 2005). Elle raconte comment les mollahs enfermaient les prisonniers politiques dans des « cages » exiguës ou des « tombes » pendant plusieurs mois tout en subissant des tortures en permanence. D’autres étaient incarcérés dans « l’enfer » , une section où les supplices atteignirent des degrés de sauvagerie d’une rare violence, que seul la mentalité caractérisée des intégristes peuvent justifier.

Le courageux universitaire iranien relate également un échange qu’il a eu avec un certain Meyssam , un directeur de la prison de Ghezel-hessar. Ce dernier lui a confié être confronté à « un problème inextricable: que faire avec quelques 400 jeunes filles ayant perdu leur équilibre mental et sombré dans la folie » (en raison des viols et tortures extrêmes).

En conclusion, le militant des droits de l’homme avance l’interrogation suivante: Pourquoi les gouvernements des États-Unis et d’Europe qui font preuve d’autant d’inertie vis-à-vis des crimes des mollahs en Iran, en Irak et en Syrie, « n’ont-ils pas prévu que ces intégristes mettront un jour le monde à feu et à sang? »

* Face à la bête : Des Iraniennes dans les prisons des mollahs de Hengameh Haj Hassan et Hélène Fathpour,. Ed. Jean Picollec

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe