jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsJohnson: les manifestations en Iran sont le signe d’une "insatisfaction populaire" à...

Johnson: les manifestations en Iran sont le signe d’une « insatisfaction populaire » à l’égard du régime

Johnson: les manifestations en Iran sont le signe d’une "insatisfaction populaire" à l’égard du régime

Par Shahriar Kia

Les manifestations en Iran sont le signe d’un « réel mécontentement populaire » à l’égard des dirigeants du régime, a déclaré mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Les manifestations en Iran ont commencé mi-novembre contre la hausse des prix de l’essence, mais sont rapidement devenues politiques, des manifestants scandant «la mort du dictateur» et exigeant un changement de régime dans le cadre des manifestations anti-gouvernementales les plus sanglantes depuis la révolution islamique de 1979.

« Mon sentiment personnel est qu’il ne s’agit pas uniquement de prix du carburant, c’est un signe de réel mécontentement populaire vis-à-vis du régime et, franchement, je ne suis pas surpris« , a déclaré Johnson aux journalistes lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet de l’OTAN au Royaume-Uni.

« Comme souvent, les perturbations iraniennes dans la région détournent l’attention du gouvernement iranien des échecs« , a déclaré Johnson, cité par l’agence Reuters.

Le 2 décembre, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré devant une audience à l’Université de Louisville, dans le Kentucky, que les manifestants en Iran revendiquaient le respect de leurs droits fondamentaux.

« Et les manifestations en Iran même dans plus de 90 villes ont lieu parce que le peuple iranien en a marre. Ils voient une théocratie qui vole de l’argent. L’ayatollah vole des dizaines et des dizaines de millions de dollars, le mettant dans sa propre poche , l’argent qui devrait servir à fournir des ressources au peuple iranien. Et ils ne font que – c’est – ils en disent assez et ils revendiquent ces droits fondamentaux. « 

« En Iran, les reportages indiquent qu’il y a plusieurs centaines de personnes qui ont été tuées par les forces de sécurité, des milliers de personnes détenues à l’intérieur de l’Iran, et pour se lever et dire que ce n’est pas juste, ces personnes demandent simplement un ensemble de libertés fondamentales, et les dirigeants iraniens – ce régime devrait changer d’une manière qui reflète les désirs de leur propre peuple « .

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a publié une liste supplémentaire des victimes du soulèvement du peuple iranien. Le nombre de personnes tuées au cours des manifestations qui ont balayé 189 villes est passé à plus de 1 000.

Selon des informations parvenues à la Résistance iranienne depuis l’intérieur de l’Iran, la Force de sécurité de l’État du régime aurait enregistré à elle seule 1 029 décès liés aux manifestations.

La dirigeante de l’opposition iranienne Maryam Radjavi a salué mercredi les martyrs héroïques du soulèvement et a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union européenne et ses États membres à condamner ces massacres massifs perpétrés par le régime iranien et à prendre des mesures urgentes pour faire cesser ce crime contre l’humanité. obtenir la libération de toutes les personnes arrêtées.

Elle a ajouté que l’inaction face au massacre du peuple iranien par le régime était inexcusable et que les mollahs y verraient un feu vert pour continuer et intensifier leurs crimes et laisser une profonde cicatrice sur la conscience de l’humanité. Mme Radjavi a appelé le Secrétaire général de l’ONU à envoyer immédiatement une mission d’enquête pour enquêter sur l’ampleur des meurtres et visiter les centres de détention en Iran.

Mme Radjavi a exhorté le Conseil de sécurité des Nations Unies et son président à déclarer le massacre du peuple iranien par le régime comme un crime contre l’humanité et à traduire en justice les dirigeants de ce régime et les responsables de ce crime horrible. Elle a déclaré que la communauté internationale devait mettre de côté la dictature sanglante au pouvoir en Iran et traduire en justice le guide suprême du régime, Ali Khamenei, le président Hassan Rouhani et d’autres responsables.