vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Un régime en quête d’un empire islamique

Iran : Un régime en quête d’un empire islamique

Soutenu par des armes nucléaires et un réseau terroriste

Mohammad MohadessineCNRI, 22 décembre -Par Mohammad Mohaddessin – Les propos d’Ahmadinejad lors du sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique et ses remarques par la suite à l’occasion d’un rassemblement des Gardiens de la Révolution dans le sud-est de l’Iran ont scandalisé le monde. Son appel à la destruction d’Israël et à la formation d’un Empire islamique ne constitue ni des remarques passagères ni un stratagème de propagande.

Ses propos sur Israël sont une partie intégrante de la politique étrangère du régime iranien. L’appel à la formation d’un Empire Islamique Mondial et l’obtention d’armes nucléaires font également partie de cette politique.
Confrontés à la demande de 95 pourcent des Iraniens pour un changement de régime, les mollahs essaient d’étendre leur loi au-delà des frontières de l’Iran afin d’empêcher leur chute. A cette fin, quelques jours après être entré en fonction, Ahmadinejad a déclaré : « Les vagues d’une nouvelle Révolution islamique vont bientôt s’étendre au monde entier ».

Ses propos se concentrent autour de trois points :
– La formation d’un Empire Islamique et la mise en application des lois et décrets de la Charia.
– La destruction d’Israël et le transfert des Juifs en Europe et aux États-Unis.
– La détermination d’aller jusqu’au bout du programme pour obtenir des armes nucléaires.

Contrairement à ce que certains pensent en Occident, il n’y a aucune différence entre Ahmadinejad et le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei. Ce qu’il a dit représente le point de vue du régime dans sa totalité, Khamenei y compris.
Les partisans de la  politique de complaisance ont tenté de présenter les commentaires d’Ahmadinejad comme des commentaires personnels et disent que Khamenei ne partage pas le même point de vue. Il s’agit d’un pur mensonge. La position d’Ahmadinejad, dont celle sur Israël, bénéficie du soutien total de Khamenei. Il est écrit dans un rapport interne confidentiel utilisé pour briefer des hauts responsables du gouvernement : « Avant le voyage du président en Arabie Saoudite, les conseillers du président, suivant les directives du guide, ont préparé son discours et les références à Israël et aux Juifs. Ahmadinejad a personnellement fait part du discours à Khamenei qui y a apporté quelques modifications, puis a approuvé la version présentée ».
Le rapport continue ainsi : « Notre position suscite quelques répercussions négatives et d’autres positives. Parmi les sociétés islamiques, l’Iran serait reconnu comme le porte-drapeau de la défense des Musulmans. Elle nous ouvre la voie en Irak. D’un point de vue national, elle regonfle le moral des Bassidjis (force paramilitaire) et des révolutionnaires. Elle solidifie nos rangs et encourage nos forces fondamentalistes. Naturellement, les pays occidentaux ne resteront pas indifférents face à cela et nous condamnerons aux Nations Unies. Ils nous créeront des problèmes dans le domaine nucléaire. Mais l’expérience a montré que si nous restons déterminés et que nous ne reculons pas, ils finiront par battre en retraite. Prenons par exemple la fatwa de l’imam [Khomeiny] pour assassiner Salman Rushdie. Le monde s’est rebellé contre nous et même les ambassadeurs ont été rappelés. Ils ont même été jusqu’à cesser toutes relations. Mais ils ont dû renvoyer leurs ambassadeurs avec embarras. Bien sûr, aujourd’hui, nous sommes dans une bien meilleure position. Les USA ont beaucoup de problèmes en Irak, ce qui leur laisse moins de temps pour se concentrer de manière concrète sur la République islamique ».
La stratégie du régime pour dominer le monde islamique passe par la domination de l’Irak. Il s’agit du même objectif que poursuivait l’Iran lors la guerre de huit années contre l’Irak, c’est-à-dire l’objectif déclaré de « libérer Qods via Karbela » (libérer Jérusalem via la ville sainte irakienne de Kerbala).
A l’heure actuelle, la Force Qods du corps des gardiens de la révolution (CGR) est très présente et intervient beaucoup en Irak. Pour le régime, l’Irak est la porte du Monde islamique. Les plus hauts commandants et des milliers de membres du CGR sont concentrés sur l’Irak. Ils veulent mettre en place un régime satellite en Irak.
Le régime consacre des milliards de dollars pour mener cette mission à bien. Il a envoyé des milliers de religieux en Irak. Il paie chaque mois des milliers d’agents. Le régime occupe pratiquement plusieurs grandes parties de l’Irak, surtout dans le sud et impose au pays une occupation voilée.
Les commandants de la Force Qods vont et viennent en Irak avec une grande facilité. Le régime iranien contrôle certaines des agences gouvernementales les plus importantes, telles que le ministère de l’Intérieur. Ils ont même ouvert des dizaines de centres de torture en Irak et maltraitent des prisonniers politiques et tous ceux opposés à l’instauration d’un régime intégriste en Irak. Les personnes en charge des centres de torture récemment découverts recevaient leurs ordres d’Iran. Certains se sont enfuis en Iran après la découverte des centres de détention.

A l’occasion des élections en Irak, le régime clérical a consacré toutes ses ressources politiques, diplomatiques et économiques pour altérer le résultat final.
Les dirigeants du régime considèrent « l’opportunité irakienne » comme historique. Elle les a encouragé à réclamer publiquement l’élimination d’Israël et l’établissement d’une loi islamique mondiale.
En deux décennies, le régime de Téhéran a mis en place tout ce qui lui est nécessaire pour poursuivre cette politique. C’est la raison principale de ses travaux sur les armes et les missiles nucléaires. De plus, plusieurs services importants sont engagés dans cette mission. En voici quelques uns :
– Les gardiens de la révolution en général et la Force Qods en particulier,
– Le ministère des Renseignements et de la Sécurité,
– Le quartier général de commémoration des martyrs de la Révolution islamique,
– L’Organisation de la culture islamique et de la communication,
– Le ministère de l’Orientation et de la Culture islamique.
Voici ci-dessous des informations importantes relatives à la Force Qods, un organe clé dont la mission est d’exporter le terrorisme et l’intégrisme :
1. En 1990, le régime a réuni toutes ses agences de renseignements et ses organes extraterritoriaux pour former la Force Qods. Les commandants les plus expérimentés et vétérans du CGR y ont été affectés. Le général de brigade Ahmad Vahidi, premier commandant de la Force Qods a déclaré que leur objectif était la formation d’une « Armée islamique internationale ».
 
2. La Force Qods compte plus de 21.000 membres iraniens et des dizaines de milliers de mercenaires étrangers venant notamment du Liban, d’Afghanistan, d’Irak, du Bahreïn, d’Arabie Saoudite, de Jordanie et d’un grand nombre de pays européens. Les représentants de la Force travaillent dans beaucoup d’ambassades à travers le monde comme diplomates. La Force Qods comprend 12 directorats et plusieurs unités appelées Unités des Affaires Internationales.
3. outre les opérations terroristes, la Force Qods entraîne aussi des forces terroristes étrangères, venant de nations comme le Pakistan, le Maroc, le Liban, l’Irak, la Palestine et d’autres pays du Moyen-Orient. L’entraînement se fait par groupes de 40 personnes. La Force détient des dizaines de garnisons dans tout l’Iran où elle forme ses agents étrangers.
4. Voici une liste non exhaustive des centres d’entraînement de la Force destinés aux étrangers :
a. La base d’entraînement Imam Ali, une des plus importantes, est située au nord de Téhéran, dans la rue Alborz Kouh.
b. La base d’entraînement Khomeiny. Une grande partie des forces étrangères irakiennes, libanaises et palestiniennes sont actuellement formées dans cette base.
c. La base Bahonar, située sur la route de Chalous, près du barrage de Karaj.
d. Le centre d’entraînement de Qods à Navahand, situé à 45 km de la ville de Navahand, à l’ouest de l’Iran. Les forces étrangères, dont celles venant du Liban et d’Afghanistan, sont formées ici.
e. L’Université Beit ol-Moghadas dans la ville de Qom.
f. Le centre d’entraînement du district de Farahzad à Téhéran.
g. La base du Hezbollah à Varamine, au sud-est de Téhéran.
h. La base Madani à Dezfoul (sud-ouest de l’Iran).
i. La base Bissotoun à Kermanchah (ouest de l’Iran).
j. La base de Tangueh Kenecht à Kermanchah (ouest de l’Iran).
k. La base d’entraînement de Ghayour à Ahwaz (sud-ouest de l’Iran).
5. La Force Qods détient quatre garnisons majeures le long des frontières iraniennes avec d’autres pays. Elles sont chargées de suivre les opérations terroristes dans les pays voisins :
a. La garnison Ramadan (Premier Corps) à Kermanchah. Mission : Irak.
b. La garnison Nabi-Akram (Second Corps) à Zahedan (sud-est). Mission : Pakistan.
c. La garnison Hamza (Troisième Corps) à Oroumieh (nord-ouest). Mission : Turquie.
d. La garnison d’Ansar (Quatrième Corps) à Machad (nord-est). Mission : Afghanistan et Pakistan.
6. En plus de ces quatre garnisons, la Force est composée de plusieurs autres corps, dont :
a. Le Sixième Corps. Mission : États du Golfe Persique.
b. Le Septième Corps. Mission : Liban, Palestine et Jordanie.
c. Le Huitième Corps. Mission : États africains.
d. Le Neuvième Corps. Mission : Europe et États-Unis.

« Le quartier général de commémoration des martyrs de la Révolution islamique »
Il a été créé au printemps dernier par le CGR et a pour projet de recruter des volontaires pour des opérations suicides. Les organisateurs disent que le nombre de volontaires a atteint les 40 000.

Le formulaire que les volontaires remplissent propose trois possibilités : opérations suicides contre les occupants du Lieu Saint, enIrak ; opérations suicides contre les occupants de Qods (Jérusalem) et volontaires pour mettre à exécution la fatwa de meurtre de Salman Rushdie.
Ce quartier général est composé et dirigé dans sa totalité par le général Mohammad Baqer Zolghadr, commandant en chef adjoint du CGR. En tant que maire de Téhéran, Ahmadinejad a largement contribué à la création de cette entité.

Quelle est la solution ?
L’Occident a essayé toutes ses options et a échoué. Répéter les erreurs passées est dangereux. Les négociations avec ce régime ne mèneront nulle part. L’unique option pour que la région et le monde soient débarrassés des dangers de ce régime terroriste est un changement en Iran. Celui-ci est ne sera possible que grâce au peuple iranien et à la Résistance iranienne. Pour amener ce changement, le peuple iranien ne demande ni argent, ni armes. Le peuple iranien demande que cesse la politique de complaisance avec les mollahs. Cette politique constitue le plus grand obstacle au changement en Iran. Ainsi, une politique convenable devrait être la suivante :

1.  Toute négociation avec le régime religieux concernant les projets nucléaires ou les droits humains doivent cesser.

2. Le dossier nucléaire de l’Iran, l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme ainsi que les violations des droits humains doivent être renvoyés devant le Conseil de Sécurité de l’ONU et des sanctions appropriées doivent être appliquées au régime.

3. Le droit du peuple iranien à résister contre le régime doit être reconnus et l’étiquette de terroriste collée à l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, le principal groupe d’opposition au régime clérical, doit être immédiatement retirée. Cette étiquette est la concession la plus importante accordée au régime par l’Occident.
Mohammad Mohadessine, président de la Commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance Iranienne, l’organisation qui contrôle les groupes d’opposition iraniens. 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe