jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Twitter suspend les comptes des agences de presse du régime...

Iran : Twitter suspend les comptes des agences de presse du régime des mollahs

Iran : Twitter suspend les comptes des agences de presse du régime des mollahs

Twitter a suspendu plusieurs comptes d’informations appartenant au régime en Iran pour violation de ses règles de conduite.

Parmi les comptes en farsi suspendus par Twitter samedi dernier, figuraient le compte de l’agence de presse officielle IRNA, celui de l’agence de presse Mehr, affiliée au ministère iranien du Renseignement et de la sécurité (VEVAK), le Club des jeunes journalistes (YJC) affilié à l’Etat, et la chaîne officielle IRIB.

Les agences concernées ont émis l’hypothèse selon laquelle les suspensions étaient liées à leur couverture des tensions dans la région.

Une source sur Twitter a confirmé à plusieurs organes de presse, dont la BBC, que les comptes avaient été suspendus pour harcèlement coordonné et ciblé des personnes associées à la foi baha’ie en Iran.

Alors que Twitter est interdit en Iran pour le grand public, les hauts responsables de Téhéran utilisent la plateforme pour promouvoir l’agenda fondamentaliste du régime et faire de la désinformation contre le mouvement d’opposition démocratique, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

En mai 2019, Twitter a déclaré dans un communiqué qu’il avait supprimé un réseau de 2 800 comptes non-authentiques provenant d’Iran pour usurpation d’identité de candidats politiques et de journalistes.

Les suppressions de compte ont été effectuées à la suite d’une enquête menée par la société de sécurité Internet FireEye.

FireEye a déclaré à l’époque qu’un réseau de comptes de médias sociaux utilisait de faux comptes de personnalités américaines pour diffuser des messages en faveur de Téhéran.

En juin 2019, les responsables de Twitter ont déclaré qu’ils avaient supprimé des milliers de comptes liés à des activités coordonnées et soutenues par l’État qui, selon eux, provenaient du régime des mollahs et les avaient archivés dans sa base de données publique lancée l’année dernière.

Dans la dernière purge d’informations, la société a déclaré qu’elle estime que 4.779 comptes ont été associés ou soutenus par Téhéran.

Twitter Inc. a publié pour la première fois en octobre dernier les archives des données associées aux opérations d’information étatisées connues afin d’assurer une plus grande transparence de l’information et d’enrayer la manipulation sur sa plateforme.

« Des milliers de chercheurs du monde entier ont téléchargé des ensembles de données, qui contiennent plus de 30 millions de tweets et plus d’un téraoctet de médias, utilisant nos archives pour mener leurs propres recherches et partager leurs idées et leurs analyses indépendantes avec le monde entier », a déclaré les responsables de Twitter dans un billet de blog le 13 juin 2019.

Bon nombre des comptes supprimés par Twitter étaient fortement impliqués dans une campagne de désinformation contre l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et la dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe