lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRobert Joseph : Nous devons soutenir l'opposition démocratique iranienne pour renverser la...

Robert Joseph : Nous devons soutenir l’opposition démocratique iranienne pour renverser la dictature religieuse

Robert Joseph : Nous devons soutenir l'opposition démocratique iranienne pour renverser la dictature religieuse

Le 9 mars, l’ambassadeur Robert Joseph, ancien sous-secrétaire d’État chargé du contrôle des armements et de la sécurité internationale, s’est adressé à la communauté irano-américaine réunie à Washington lors d’une réunion en faveur d’un changement de régime en Iran.

L’ambassadeur Joseph a expliqué comment le régime iranien s’est allié à d’autres États totalitaires pour perpétuer le terrorisme mondial et la répression intérieure. Il a souligné comment les démocraties occidentales ont effectivement renforcé cette menace par la politique de complaisance.

L’ancien envoyé américain pour le démantèlement du programme d’armement nucléaire libyen a appelé Washington à exercer une pression maximale sur Téhéran. Il a appelé à des efforts pour isoler le régime et soutenir l’opposition démocratique pour renverser la dictature religieuse de l’intérieur par le peuple iranien lui-même.

Dans son intervention, l’Ambassadeur Robert Joseph a déclaré:

« C’est formidable d’être ici cet après-midi en compagnie de tant d’amis des communautés irano-américaines. Je sais que nous sommes tous unis dans la quête d’un Iran libre et démocratique et de la fin de cette dictature religieuse qui a pris en otage la grande nation perse et l’Islam lui-même.

Je vais donc vous poser trois questions. Je pense que ces questions doivent être abordées si nous voulons atteindre notre objectif d’un Iran libre.

La première est la raison pour laquelle, après 45 ans, nous parlons toujours d’un régime bâti sur la répression intérieure et le terrorisme à l’étranger. En d’autres termes, comment ce régime malfaisant a-t-il réussi à éviter son sort inévitable, celui d’être, selon les mots du président Ronald Reagan, relégué aux cendres de l’histoire ?

La réponse courte, je crois, est double : premièrement, le régime est prêt à utiliser tous les moyens nécessaires pour conserver le pouvoir. Son oppression et sa corruption omniprésente ne connaissent pas de limites.

Dans les années 1980, il a procédé à des exécutions massives de dizaines de milliers d’opposants, en particulier contre la principale menace intérieure d’hier et d’aujourd’hui, l’OMPI. La vague de meurtres s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. Ces dernières années, le régime a tué des milliers d’autres personnes dans les rues d’Iran.

Des milliers et des milliers d’autres ont été emprisonnés et des millions de personnes se sont vu refuser leurs droits humains et civils fondamentaux. Je sais que ce ne sont pas seulement des chiffres ou des statistiques. Je sais que c’est profondément personnel pour beaucoup d’entre vous ici aujourd’hui, en particulier pour ceux qui ont perdu leurs parents, qui ont perdu des sœurs et des frères, des fils et des filles dans les champs de bataille contre les mollahs.

Leur détermination à réparer ce qui constitue un tort historique m’inspire vraiment. Alors que le régime est devenu adepte d’un mélange de technologie moderne et de brutalité médiévale, le peuple continue de se soulever. Et tandis que les mollahs ont développé une gamme oppressive de missiles de croisière, de drones et de missiles balistiques, ils ont perdu toute légitimité auprès de leur propre peuple.

En fait, le peuple iranien, première et principale victime de ce régime, est devenu la plus grande menace pour le régime.

Une deuxième raison de la survie du régime est l’incapacité de la communauté internationale à résister au terrorisme iranien, à son agression régionale et à ses crimes contre l’humanité. La Russie et la Chine, grâce à leur achat d’armes utilisées pour tuer des Ukrainiens et de pétrole iranien, sont devenues des partenaires stratégiques des mollahs, sans se soucier du financement du terrorisme ou de la répression intérieure.

Nous ne devrions rien attendre de moins de Poutine et de Xi. Mais qu’en est-il des démocraties occidentales qui, à quelques exceptions près, ont systématiquement fait le mauvais choix en faveur du régime ? Et je pense que cela se reflète dans les politiques qui ont soutenu le régime, en lui fournissant les ressources nécessaires pour mener des actes terroristes dans le monde entier, pour poursuivre l’agression régionale, pour devenir un État virtuellement doté de l’arme nucléaire et, bien sûr, pour réprimer la population en Iran.

Et cela m’amène à ma deuxième question, à savoir : qu’y a-t-il derrière ce bilan de mauvais choix, ce bilan de complaisance ?

En partie, je pense que c’est un vœu pieux. Comment expliquer autrement l’espoir faux, mais apparemment sans fin, que le régime, s’il lui accordait davantage de concessions, deviendrait plus modéré?

Un faux espoir. Il s’agit en partie d’une image miroir. Comment expliquer autrement la conviction que le régime honorera réellement ses engagements alors qu’il a un bilan sans faille en matière de non-respect de ces engagements ? Ce sont en partie les efforts de désinformation parrainés par l’Iran, désormais révélés, qui ont été très efficaces, de la manière la plus perverse, pour façonner les opinions de nombreux soi-disant experts du monde universitaire et des groupes de réflexion.

Comment expliquer autrement les attaques publiques de ces idiots utiles, pour reprendre le terme de Lénine, contre l’opposition démocratique et leur soutien à un régime qui a commis d’horribles atrocités contre le peuple iranien ?

Je dis honte à ces idiots utiles. Honte à eux. Leurs efforts pour bouleverser le monde n’aboutiront pas. Étonnamment, certains de ces influenceurs du régime, si je peux utiliser ce terme, ont occupé des postes de haut niveau au sein de notre gouvernement, servant d’architectes à l’accord nucléaire raté et défectueux et, dans le cas le plus important, devenant – et vous ne pouvez pas inventer cela – devenir l’envoyé de l’Iran jusqu’à perdre son habilitation de sécurité il y a un an. Encore une fois, honte à ces gens.

Mais par-dessus tout, le fondement de l’apaisement est l’échec des dirigeants et les mauvais choix qui en résultent concernant les intérêts de sécurité nationale et la volonté de trahir l’impératif moral de défendre les droits de l’homme.

Il ne s’agit pas d’une déclaration visant à blâmer l’Amérique d’abord. C’est une responsabilité partagée par presque toutes les démocraties occidentales. Comment expliquer autrement l’échec des politiques menées depuis 20 ans pour limiter le programme nucléaire iranien par la négociation et l’acceptation, l’acceptation de Raïssi comme chef d’État légitime alors qu’il a personnellement participé au massacre de milliers de personnes, un homme avec du sang sur les mains ?

Comment expliquer autrement la décision d’assouplir les sanctions avec la vente de pétrole iranien et un acte qui, depuis 2021, a rapporté au régime plus de 90 milliards de dollars qui n’ont pas été dépensés pour le bien du peuple iranien, mais pour soutenir le Hamas et d’autres mandataires, pour construire davantage de drones et de missiles, et recruter et payer des assassins pour tuer les opposants au régime en Espagne, ici aux États-Unis et dans d’autres pays ? C’est là la méchanceté du régime auquel nous avons affaire.

Cela m’amène à ma troisième et dernière question : que faut-il faire ? Fort de mon engagement au sein de l’opposition démocratique depuis plus d’une décennie, je crois que nous devons agir maintenant et de manière décisive.

Il n’y a jamais eu autant d’urgence. Tout au plus, l’Iran est à un ou deux mois de disposer de l’arme nucléaire, n’attendant qu’une décision politique pour aller de l’avant. Lorsqu’elle décidera de le faire, cela changera la donne, avec des conséquences potentiellement catastrophiques. Personne ne peut deviner comment ce jeu se déroulera, mais il est certain que le monde sera un endroit beaucoup plus dangereux.

Et nous devons empêcher l’Iran de tuer davantage de nos soldats et de nos citoyens dans la région et chez nous, par l’intermédiaire de mandataires et d’agents iraniens. Frapper des entrepôts vides en représailles ne fait que signaler une faiblesse et encourage des attaques plus meurtrières contre les Américains. Il n’y aura pas de meilleur moment. Nous devons rejeter la proposition, très répandue au Département d’État lorsque j’y étais, selon laquelle même si nous sommes d’accord à 100 % avec vous, ce n’est pas le moment. Eh bien, mesdames et messieurs, c’est le moment.

C’est un régime désespéré, un régime désespéré. Même si les mollahs ont peut-être tenté de présenter un semblant de légitimité à travers de fausses élections et des simulacres de procès, personne n’a été dupe, et encore moins le peuple iranien, qui la semaine dernière, comme d’autres l’ont souligné, a boycotté les élections truquées avec ce qui était probablement un faible taux de participation historique.

La population continue de protester, même si elle risque sa vie en rejetant les diktats du régime. L’agression étrangère du régime par l’intermédiaire de terroristes mandatés en Irak, au Liban, au Yémen, en Syrie et à Gaza est également un acte de désespoir, utilisant le spectre d’ennemis étrangers pour détourner et subvertir l’attention de sa propre opposition intérieure. Cela échouera et le peuple iranien en aura tout simplement assez.

Je dois être clair, comme d’autres l’ont fait, sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un appel à une intervention militaire des forces armées américaines, mais nous ne pouvons plus différer la prise de mesures délibérées et décisives pour faire pression sur le régime au moyen de sanctions réelles et efficaces.

Le secrétaire Pompeo et son équipe exercent une pression maximale au sein de l’administration Trump. Mais le but de ces pressions ne devrait pas être d’encourager l’Iran à négocier sur son programme nucléaire, une démarche séduisante mais irréfléchie. L’objectif doit plutôt être d’isoler et de déstabiliser le régime tout en soutenant l’opposition démocratique dans le renversement de la dictature religieuse au sein du peuple iranien.

Notre politique devrait également être de soutenir la Résistance, ces hommes et femmes courageux qui continuent de faire le sacrifice ultime pour un Iran démocratique, laïc et non nucléaire. Ce soutien peut prendre de nombreuses formes, depuis la garantie de la protection et des droits des réfugiés politiques en Albanie jusqu’aux déclarations publiques et politiques reconnaissant le droit du peuple iranien à l’autodéfense dans son rejet d’un gouvernement tyrannique.

C’est un régime qui refuse à ses propres citoyens, et je citerai également Jefferson, les droits inaliénables à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur. Ces droits consacrés dans la Déclaration d’ indépendance américaine il y a près de 250 ans sont aussi importants et pertinents aujourd’hui qu’ils l’étaient à l’époque.

Comme d’autres l’ont dit, ces objectifs, ainsi que d’autres, sont mieux exprimés dans le Plan en dix points de Mme Radjavi au CNRI, un plan approuvé par des centaines de dirigeants à travers le monde avec le soutien bipartisan de notre propre Congrès.

Aujourd’hui, le choix est clair entre une existence sombre et dystopique et une vision démocratique positive de l’avenir du peuple iranien. Il est temps de choisir. Il est temps d’agir. Comme l’a dit Mme Radjavi, nous devons écraser la tête du serpent.

Dans quelques jours, nous célébrerons Norouz, une célébration du renouveau et de la renaissance. Prions pour la renaissance de la grande nation iranienne et la fin du cauchemar du régime des mollahs, comme c’était le cas dans mon pays il y a 250 ans. Et ceci est un message pour vous, pour tous les membres du CNRI, pour les courageux résidents d’Achraf 3, et surtout pour ceux qui font partie des unités de résistance de première ligne en Iran :

Vous prévaudrez. Le peuple iranien l’emportera. La liberté prévaudra. Merci beaucoup. Merci.