samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePendant la rhétorique de Raïssi à l'Assemblée générale de l’ONU, les Iraniens...

Pendant la rhétorique de Raïssi à l’Assemblée générale de l’ONU, les Iraniens rassemblés à New York déplorent le meurtrier de masse

Pendant la rhétorique de Raïssi à l'Assemblée générale de l’ONU, les Iraniens rassemblés à New York déplorent le meurtrier de masse
Mercredi 21 septembre, alors que le soulèvement en Iran s’est étendu à plus de 25 provinces et 35 villes, alors que les hommes et les femmes de tout l’Iran crient pour l’égalité, la liberté et le droit à une vie digne, les Iraniens de la diaspora ont organisé de grandes manifestations à New York pour dénoncer le président iranien, Ebrahim Raïssi, pour crimes contre l’humanité et génocide.

En tant que membre clé de la « Commission de la mort » depuis 1988, Raïssi a exécuté des dizaines de milliers de prisonniers politiques pour gravir les échelons du pouvoir. Il a ensuite continué à servir dans le système judiciaire meurtrier du régime et a exécuté des milliers d’Iraniens jusqu’à ce qu’il soit trié sur le volet par le Guide Suprême Khamenei pour diriger son régime pendant les périodes les plus turbulentes.

Malgré les appels internationaux et les enquêtes actives visant à poursuivre Ebrahim Raïssi pour ses crimes contre l’humanité et son génocide, il a participé à l’Assemblée générale des Nations unies, s’est adressé aux dirigeants du monde entier et a fait des conférences à la communauté internationale sur la liberté, la démocratie, les Droits de l’Homme et la lutte contre le terrorisme.

Après des mois d’activisme et d’efforts inlassables, les Iraniens et les partisans de la Résistance iranienne ont continué à appeler la communauté internationale à rester ferme face à Téhéran et ont relayé les cris de leurs compatriotes à l’intérieur du pays.

Via un message vidéo, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, s’est adressée au rassemblement de New York et a déclaré : De Saqqez, Sanandaj et Divandarreh à Téhéran, Karaj, Ispahan, Machhad, Racht et d’autres villes d’Iran, de valeureux manifestants ont ébranlé les piliers du pouvoir répressif de Khamenei en scandant « Du Kurdistan à Téhéran », L’Iran est baigné dans le sang », « Khamenei est un meurtrier, son règne est illégitime » et « A bas l’oppresseur, qu’il s’agisse du Shah ou du Guide Suprême (des mollahs) ».  »

« Les cris des manifestants renforcent les activités croissantes et efficaces des Unités de résistance de l’OMPI à travers le pays, qui ont sonné le glas du régime. Le peuple iranien s’est levé pour la liberté. Ceux qui admettent les assassins du peuple iranien aux Nations unies devraient avoir honte. »

« Ebrahim Raïssi a le sang de 30 000 prisonniers de l’OMPI et d’autres prisonniers politiques sur les mains. Il a participé à l’exécution de condamnations à mort criminelles pendant de nombreuses années. En tant que chef du pouvoir judiciaire des mollahs, il est responsable de l’exécution de 1 500 jeunes lors du soulèvement de novembre 2019. Le nombre d’exécutions a doublé au cours de son mandat. Raïssi est le meurtrier du peuple iranien, pas son représentant. Il doit être poursuivi en justice et ne doit pas être autorisé à entrer aux Nations unies. »

« Aujourd’hui, Khamenei est lui-même à l’article de la mort. La haine viscéral du peuple envers Ebrahim Raïssi, ainsi que la décadence et le déclin du Corps des gardiens de la révolution (pasdaran), signalent la fin du régime théocratique. Khamenei et Raïssi traînent leur régime moribond du jour au lendemain en exécutant chaque mois des dizaines de personnes, en imprimant chaque mois des billets de banque d’une valeur de 500 millions de dollars sans garantie, en faisant monter les prix et en affamant le peuple. En revanche, la lutte et le sacrifice des membres de l’OMPI et des Unités de résistance donnent de l’espoir aux Iraniens et les encouragent à se préparer au soulèvement final pour faire tomber les mollahs. »

« Khomeiny et les dirigeants actuels du régime ne savaient pas que le sang rugissant des martyrs les noierait un jour. Ils ne savaient pas que demander justice pour les victimes du massacre de 1988 contribuerait au mouvement de renversement du régime. »

« Le peuple iranien et la Résistance appellent les États membres de l’ONU à expulser le régime théocratique des Nations unies et de tous les forums internationaux. Je demande instamment à la session actuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies de prendre des mesures immédiates concernant les crimes du régime théocratique contre les femmes, en particulier les crimes et les meurtres quotidiens de la patrouille d’orientation des mollahs. Tous les gouvernements devraient subordonner leurs relations avec le régime des mollahs à l’arrêt des exécutions, de la répression et du meurtre des manifestants, ainsi qu’à la destruction de la machine terroriste du régime et des prises d’otages. Ils devraient reconnaître officiellement le droit du peuple iranien à un changement de régime et le droit des jeunes rebelles iraniens à lutter contre le corps terroriste des gardiens de la révolution (pasdaran) du régime. »

L’ancien sénateur américain Robert Toricelli a déclaré : « Raïssi peut se prétendre président. Nous l’appelons un meurtrier. Raïssi n’a pas été élu. Il a été choisi. L’élection était une imposture. Il n’est pas président. »

« Quel est le régime qu’il représente ? Son gouvernement a envoyé un diplomate avec une bombe dans une valise diplomatique pour la planter dans un rassemblement pacifique afin d’ôter des vies. Raïssi est le chef de ce régime. C’est la personne qui vient de parler à l’Assemblée générale. »

« Nous nous sommes rassemblés parce que nous n’oublierons jamais ce que l’Iran était et nous ne cesserons jamais de nous battre pour ce que l’Iran doit devenir. Nous disons au monde que ce qui est juste pour l’Ukraine est juste pour l’Iran. Le peuple ukrainien mérite d’être libre, d’élever ses enfants, d’être prospère. Il en est de même pour le peuple iranien. »

« Mme Radjavi, vous avez donné votre vie pour cette lutte. Nous admirons votre courage, votre constance, et nous sommes solidaires de votre communauté et de vos dirigeants. »

L’ancien Sénateur américain Sam Brownback a déclaré : « Le peuple iranien se lève pour revendiquer sa place légitime en tant que peuple libre. Raïssi ne mérite pas de s’adresser à l’ONU. Il mérite d’être jugé pour les crimes qu’il a commis contre son propre peuple. Nous voulons la justice pour le peuple d’Iran. »

« Nous déclarons aujourd’hui la liberté pour le peuple d’Iran. C’est pour cela que nous sommes. Nous déclarons la fin de la dictature en Iran. C’est ce que le peuple veut. Nous déclarons les Droits de l’Homme du peuple d’Iran. L’alliance des dictatures s’effondrera. »

« Vos paroles de l’intérieur de l’Iran ne seront plus réduites au silence. Il n’y a rien de noble à ce que la théocratie au pouvoir en Iran mette à terre une nation riche. L’Iran mérite tellement plus. La fin est proche pour ce leadership tyrannique en Iran. »

« Avec le mouvement croissant de protestation et d’opposition, le point d’ébullition a été atteint. Le désir de changement ne peut plus être réprimé. Libérez l’Iran ! Libérez l’Iran ! »

Mme Kira Rudik, leader du parti Voix de l’Ukraine, a déclaré au rassemblement : « Cela fait sept mois que la Russie a décidé d’occuper mon pays. Un jour, Mme Radjavi m’a contactée et m’a dit que vous vous battiez depuis si longtemps et que vous étiez prête à partager son expérience pour que les nations qui luttent pour la liberté puissent être solidaires les unes envers les autres. Merci pour cela ! »

« Nous nous sommes armés pour nous opposer au dictateur qui est venu pour nous tuer. Nous ne nous arrêterons pas tant que chaque soldat russe n’aura pas quitté l’Ukraine. Les gens demandent si vous voulez la paix ? Nous disons que nous voulons la victoire ! Vous ne faites pas la paix avec un dictateur qui vient détruire tout ce que vous aimez. On ne fait pas la paix avec quelqu’un qui détruit toutes les lois internationales. »

« Nous sommes ici pour nous soutenir mutuellement en tant que nations libres d’Ukraine et d’Iran ! Peuple de l’Iran libre. Pendant ces sept mois, il y a eu des moments difficiles où nous ne savions pas s’il y avait de l’espoir. Pendant ces moments, je me suis dit ce que Mme Radjavi m’a dit : Nous pouvons et nous devons ! »

L’ancien Sénateur américain Joe Lieberman a déclaré : « Je suis à nouveau fier de me tenir avec vous aujourd’hui contre Raïssi, contre Khamenei, et pour la liberté du peuple iranien. L’histoire est pleine d’exemples où des régimes que personne ne pensait voir tomber ont été renversés. »

« Je vous prédis que les jours de ce régime maléfique sont limités. Nous y mettrons fin. Nous apporterons la liberté au peuple d’Iran. »

« Les mollahs ont pris les ressources de cette nation, se les sont appropriées et les ont dépensées pour leurs propres priorités. Le peuple est en tourment, il est en colère. Que fait Khamenei ? Il fait venir le plus barbare des dirigeants, Raïssi. Il pense que cela va effrayer le peuple. Mais ça n’a pas marché. »

« Aujourd’hui, ce meurtrier s’adresse à l’organisation qui a été fondée pour protéger la paix. Les protestations s’amplifient. Le peuple iranien, mené par la Résistance iranienne, soutenue par le CNRI et l’OMPI, continue ses protestations. »

« Ils n’ont pas peur parce qu’ils croient en leur cause, parce qu’ils savent qu’ils méritent de vivre mieux. »

« On ne sait jamais quand cela va se produire. Ce régime est sous tension. Plus Raïssi et ses voyous deviennent violents, plus les Iraniens se lèvent pour défendre leurs droits. Le régime a apporté la mort et la destruction à travers la région et le monde, et même ici aux États-Unis. »

« Raïssi est un voyou. Nous avons demandé à l’administration de lui refuser un visa, mais ils ne nous ont pas écouté. Et quand il est arrivé ici à New York, il a été accueilli par un détachement des services secrets. Il aurait dû être accueilli par la police pour être arrêté et envoyé à La Haye pour y être jugé pour crimes contre l’humanité. C’est là qu’est sa place. »

« L’accord avec le régime n’est pas l’accord plus fort et plus long que le président Biden avait promis. Il est plus court et plus faible. Il est temps de changer la politique envers l’Iran. Il est temps d’abandonner les négociations futiles avec l’Iran. Il est temps de s’asseoir avec nos alliés au Moyen-Orient pour planifier une nouvelle stratégie pour l’Iran. »

« Le choix est clair. Il y a une alternative. Il est temps de reconnaître que le régime en Iran ne changera pas. Il est temps pour nous de changer le régime et de libérer le peuple d’Iran. La Résistance à l’intérieur du pays se renforce courageusement, soutenue par le CNRI. »

« Sous la direction de Mme Radjavi, le CNRI a un plan pour la démocratie une fois que le régime tombera. Son plan fera de l’Iran une démocratie libre et non nucléaire qui deviendra l’un de nos grands alliés.

Le Dr Siamack Shojai a déclaré au rassemblement : « Depuis la révolution de 1979, les mollahs ont pris le pouvoir et ont ruiné tous les espoirs et les aspirations du peuple iranien. Au cours des quatre dernières décennies, vous avez fait de nombreux sacrifices. Vous et le peuple iranien obtiendrez la liberté que vous avez toujours recherchée. »

« Aux décideurs politiques des États-Unis et des capitales de l’ONU et de l’UE : quel que soit le parti qui est à la Maison Blanche, je vous demande de regarder l’histoire et de voir que la politique de complaisance n’empêchera pas les mollahs d’acquérir des armes nucléaires et mettra en danger la vie de millions d’Iraniens. Nous avons besoin d’un changement de régime. »

« Honorable Secrétaire général de l’Assemblée générale des Nations unies, nettoyez vos mains encore et encore. Parce que vous avez serré les mains du meurtrier Raïssi qui a tué des milliers des meilleurs Iraniens qui se sont levés pour la liberté. Il devrait être poursuivi en justice, et non accueilli à l’ONU. »

« Aux capitales des pays européens qui adoptent la politique de complaisance. Expulsez les diplomates du régime et fermez leurs ambassades. Expulsez-les et donnez leurs sièges aux véritables représentants du peuple iranien. »

Le professeur Kazem Kazeroonian a déclaré : « Les cris de colère que nous entendons en Iran aujourd’hui ne sont pas la voix d’une nation en deuil. C’est la manifestation d’une nation qui se lève pour le changement. C’est le résultat de plus de 40 ans de persistance et de résistance dans les moments les plus difficiles. »

« C’est un mouvement de résistance qui a un plan, une organisation, un leadership et, plus important encore, qui a fait des sacrifices. »

« Que vont faire les mollahs et les bassidjis avec la colère d’une nation en excédée ». Demain marque le début de l’année scolaire. Je salue tous les étudiants, les enseignants et les professeurs qui se sont levés pour la liberté. Nous marquons cette année comme l’année de la liberté, de la résistance et de l’égalité. Nos examens se dérouleront dans les rues et sur les places d’Iran. »

Mme Sheila Neinavaei a déclaré : « La semaine dernière, nous avons assisté au meurtre violent de Mahsa Amini, qui a été arrêtée par le régime sous l’accusation bidon d’avoir enfreint les règles du port du hijab et tuée quelques heures plus tard. »

« Ce régime assassine des Iraniens depuis quatre décennies. Khomeini a établi un régime fintégriste qui a dirigé sa violence contre les femmes. Il a intensifié sa répression chaque jour. Le 20 juin 1981, il a révélé ses vraies couleurs en tuant des gens dans les rues et dans les prisons. Il ne se passait pas un jour sans que le régime n’exécute des dizaines de personnes dans ses prisons. »

« Pendant des années, le régime est devenu plus violent. D’autre part, les membres de la Résistance sont devenus plus résolus, au point que le régime est devenu désespéré. Le régime a décidé d’éliminer le problème à la racine. Sur ordre de Khomeini, le régime a lancé les commissions de la mort et a préparé le massacre des prisonniers politiques. »

« En moins d’un mois, 30 000 prisonniers ont été exécutés. Mais ces prisonniers n’ont jamais reculé devant leurs idéaux. Et plus de 30 ans plus tard, leur mémoire est toujours vive. Nous les voyons dans les soulèvements à l’échelle nationale et dans les Unités de résistance, dans les soulèvements qui ont lieu dans chaque ville de notre pays. »

« Aujourd’hui, nous entendons le slogan ‘Nous nous battrons et reprendrons l’Iran’, qui suscite la peur chez les mollahs. Ironiquement, aujourd’hui, le président du régime est l’un des acteurs clés du massacre de 1988. C’est une honte pour l’ONU que Raïssi soit ici aujourd’hui. Mais ce sera la fin du régime, et qui d’autre pour clore ce dossier que la personne qui est responsable de tant de meurtres. »

« Nous tiendront fermes jusqu’à la fin, pour établir un Iran libre et pour traduire en justice les criminels du régime ».

L’évêque Robert Stearns a déclaré : « Nous nous soucions de ce qui se passe en Iran parce que leurs problèmes touchent notre monde entier. C’est une question de liberté et de Droits de l’Homme. L’heure du changement a sonné. »

Des personnes de nombreuses confessions et religions différentes peuvent s’unir autour de cette question. Il est temps que le tyran Raïssi s’en aille. Il ne faut pas lui donner une plateforme aux Nations Unies. Il doit partir. »

« Nous vivons dans un nouveau Moyen-Orient. Il y a de nouvelles alliances, de nouvelles amitiés, de nouvelles mentalités qui remplacent la peur d’antan. Mais le régime iranien cherche à apporter la peur et à être une menace pour le monde entier. »

« Nous disons que le plan en dix points de Maryam Radjavi est le chemin de la liberté. Toute l’histoire nous enseigne que finalement le mal tombe et le bien triomphe. Je sais que le changement arrive très vite en Iran. Je crois que nous verrons très bientôt les murs du mal tomber et la liberté venir au peuple d’Iran. »

Révérend Dr. Marcus Miranda a déclaré : « Nous sommes plus près de réaliser la liberté d’égalité, la liberté de la presse et la liberté de religion en Iran. Raïssi continue d’utiliser l’exécution pour faire taire la majorité en Iran. Mais les soulèvements ont commencé et ne s’arrêteront pas jusqu’à ce que la liberté sonne en Iran. »

« Récemment, Mahsa Amini est morte aux mains de la police de la moralité. Quelle est cette moralité ? Combien de temps cela pourra-t-il durer ? Tout le peuple d’Iran demande des droits fondamentaux. »

« Le régime continue de terroriser ceux qui cherchent à obtenir ces droits fondamentaux. Depuis que Raïssi est arrivé au pouvoir, les exécutions ont augmenté de 100 %. Mais il y a une réponse. Il y a une femme qui est plus que capable de conduire l’Iran vers la liberté et la prospérité. C’est Maryam Radjavi. »

« Mme Radjavi a un plan simple, mais puissant en dix points qui comprend la séparation de l’État et de la religion et la liberté de culte, et toutes les libertés que les gens méritent. Si les Etats-Unis veulent la stabilité au Moyen-Orient, ils doivent s’asseoir à la table avec Mme Radjavi. C’est Mme Radjavi qui devrait s’adresser à l’ONU, pas Raïssi ».

Le professeur Firouz Daneshgari a déclaré : « Je m’adresse à vous en tant qu’ancien prisonnier politique qui a été torturé et a été témoin des meurtres commis par Raïssi. Raïssi est un meurtrier qui n’a pas sa place parmi les dirigeants du monde. Il doit être arrêté et jugé pour ses crimes contre l’humanité. Khamenei l’a nommé pour poursuivre ses actes violents afin de réprimer les manifestations. Mais ils apprendront leur leçon. »

« Sous la direction de Massoud et Maryam Radjavi et avec les Unités de résistance et tous les milieux, les soulèvements renverseront le régime. Salut à tous les manifestants à travers l’Iran. »

« L’alternative est organisée et possède les capacités du CNRI et de l’OMPI. C’est une alternative organisée et démocratique qui peut apporter la prospérité et la liberté à l’Iran et débarrasser cette nation de tous les maux causés par deux dictatures. »

Le Dr Ashraf Zadshir a déclaré : « Raïssi n’est pas le représentant du peuple iranien et doit être jugé par des tribunaux internationaux pour crimes contre l’humanité. Mettez un terme à l’impunité du plus grand État parrain du terrorisme. »

« Les conditions en Iran ont provoqué une fuite des cerveaux en Iran. Comme vous le savez, de nombreux étudiants subissent les tortures les plus cruelles dans les prisons iraniennes, notamment Ali Younesi et Amirhossein Moradi. Aujourd’hui, nous voyons des étudiants dans tout l’Iran élever la voix et crier : « Tant d’années de crime, à bas le Guide Suprême. »

« Le régime des mollahs a toujours établi son règne sur la misogynie. Aux premiers jours de la révolution, les bassidj et les pasdaran nous ont attaqués. Beaucoup de mes amies ont été tuées par le régime. Aujourd’hui, cela fait plus de 40 ans que le régime fait fonctionner son système de meurtre et de répression. »

« Aujourd’hui, le monde est sous le choc de l’assassinat brutal de Mahsa Amini. Mahsa n’est pas morte. Son nom est devenu le nom de code d’un soulèvement pour un changement de régime. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe