vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes députés britanniques apportent leur soutien au soulèvement et à la résistance...

Les députés britanniques apportent leur soutien au soulèvement et à la résistance en Iran

Les députés britanniques apportent leur soutien au soulèvement et à la résistance en Iran

Le jeudi 24 novembre, les membres de la Chambre des lords et de la Chambre des communes du Royaume-Uni ont participé à une conférence interpartis en soutien au soulèvement national du peuple iranien contre la dictature d’Ali Khamenei. Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), était l’oratrice principale de cet événement.

L’organisateur de l’événement, le Comité britannique pour la liberté en Iran, a publié un communiqué de presse sur la réunion en ligne qui souligne que les députés et Pairs britanniques ont déclaré que « la culture de l’impunité encourage les autorités iraniennes à continuer d’opprimer le peuple et les femmes en Iran, ce qui a conduit au meurtre de plus de 600 manifestants, dont 60 enfants, et à l’arrestation de plus de 30 000 personnes. »

« Ils ont également souligné que le Royaume-Uni devrait engager des pourparlers et une coopération plus étroite avec ceux qui luttent pour une république libre, démocratique et laïque en Iran, en particulier le CNRI, doté d’un réseau de résistance en Iran et une plate-forme en 10 points pour l’avenir du pays, qui offre une alternative démocratique viable au régime actuel. Une alternative basée sur les aspirations démocratiques du peuple iranien », ajoute le communiqué de presse.

«Ce sont des questions d’une importance vitale. Les droits des femmes sont des droits de l’homme, et je suis encouragée par la participation de tous les partis et la liste très forte et distinguée d’orateurs aujourd’hui, ce qui reflète le soutien fort et généralisé aux femmes et filles courageuses d’Iran dans les deux chambres du parlement britannique. », a déclaré Mme Anna Firth, députée britannique du Parti conservateur, dans son allocution d’ouverture.

La conférence de jeudi s’est tenue en même temps que la session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur la détérioration de la situation des droits de l’homme en Iran. Se référant à la session d’aujourd’hui, Mme Radjavi a souligné que « la formation d’une mission d’enquête concernant la répression brutale des manifestations et la responsabilisation des responsables de ces crimes sont nécessaires ».

Tout en évoquant la détermination inébranlable du peuple iranien à renverser le régime, Mme Radjavi a souligné le rôle crucial du principal groupe d’opposition iranien, l’OMPI et ses unités de résistance et a déclaré :

« Tout d’abord, je soulignerai les caractéristiques du soulèvement. Les protestations trouvent leurs racines dans le désir de liberté, de justice et de libération des femmes de la société iranienne. Elles reposent sur la détermination du peuple iranien à renverser le régime des mollahs et ne sont influencées par aucune puissance étrangère. Le régime a fait tous ses efforts pour arrêter le soulèvement. Mais il n’a pas réussi jusqu’à présent à atteindre son objectif en raison de deux facteurs : premièrement, les conditions explosives dans la société, et deuxièmement, le rôle des unités de résistance et du réseau de l’OMPI en Iran dans l’organisation des soulèvements.

Les responsables du régime ont reconnu ce fait à plusieurs reprises. Récemment, l’adjoint du représentant de Khamenei au sein des pasdarans a déclaré : « 50 des meneurs identifiés » du soulèvement sont issus de l’OMPI. Le commandant des forces de sécurité de l’État et certains responsables de la prière du vendredi ont souligné à plusieurs reprises le rôle des membres de l’OMPI en tant que meneurs du soulèvement.

Dans une interview à une radio américaine, le ministre des Affaires étrangères du régime a affirmé que les gouvernements occidentaux avaient envoyé des membres de l’OMPI en Iran pour former les soulèvements. Et le commandant des pasdarans a accusé les jeunes manifestants en leur demandant s’ils voulaient prendre le pouvoir avec l’OMPI.

L’alternative que désire le peuple
L’autre point que je dois expliquer est l’alternative. Notre peuple veut renverser l’ensemble du régime. Par conséquent, il cherche à détruire les Gardiens de la Révolution (pasdarans), qui sont la colonne vertébrale du régime et sa principale force chargée de tuer la population. Dans son soulèvement et ses slogans, le peuple iranien a exprimé l’alternative qu’il souhaite. Cette alternative présente les caractéristiques suivantes :
1 – Rejet de la tyrannie religieuse.
2 – Instauration d’une république démocratique et rejet du retour à la dictature du chah.
3 – Engagement en faveur de l’égalité des sexes et rejet du voile obligatoire et de toute forme de misogynie.
4 – Mise en avant de la séparation de la religion et de l’État. Croire ou ne pas croire en une religion ne doit pas entraîner de privilège ou de discrimination à l’encontre d’un citoyen ou d’une citoyenne. Sunnites et chiites sont frères et sœurs.
5 – Défendre les libertés et l’égalité des droits des minorités ethniques opprimées disposant d’une autonomie à l’intérieur des frontières de l’Iran.
6 – Les différentes parties de la société iranienne ont des croyances, des religions, des langues et des origines différentes. Mais aujourd’hui, elles sont unies dans la lutte pour renverser le régime et reconstruire l’Iran libre de demain. Comme vous pouvez le voir ici, la solidarité va de pair avec le pluralisme.

Telles sont les politiques centrales d’une alternative démocratique pour remplacer la dictature religieuse pour laquelle les manifestants payent un lourd tribut.

L’appel de Mme Radjavi à soutenir le soulèvement du peuple iranien et sa résistance organisée a été approuvé par les législateurs britanniques.

La députée Theresa Villiers, ancienne secrétaire d’État britannique à l’environnement et à l’Irlande du Nord, a déclaré : « Je suis ici pour soutenir ces femmes courageuses qui se sont exprimées. Ceux qui manifestent depuis 70 jours, leur courage est vraiment incroyable.

« Je pense qu’il est important que le dossier sur les violations des droits de l’homme commises par les mollahs en Iran soit renvoyé au Conseil de sécurité de l’ONU dans le cadre d’une pression diplomatique accrue de la part de notre gouvernement ici et, espérons-le, également en travaillant avec ses partenaires internationaux pour clarifier comment nous pensons que la situation en Iran est intolérable », a-t-elle ajouté.

Le député Jim Shannon, du Parti unioniste démocrate, était un autre orateur de cet événement : « Je crois que nos interventions devraient se concentrer sur l’aide au peuple et aux femmes d’Iran pour obtenir justice et amener à demander des comptes aux dirigeants iraniens, ce qui est si important. Donc, je veux m’associer à ces demandes de Madame Radjavi. Je veux demander à notre gouvernement d’être proactif à l’ONU et dans d’autres forums internationaux pour que l’ONU enquête sur les atrocités et les meurtres de manifestants en Iran et poursuive les dirigeants du régime et les autres responsables devant un tribunal international », a-t-il déclaré.

Lord David Alton, un partisan de longue date du peuple iranien et de la Résistance iranienne, s’est également adressé à la conférence, soulignant que « l’avenir de l’Iran est avec le CNRI, avec Madame Radjavi, et avec les femmes et les jeunes iraniens qui manifestent dans les rues. Pas avec le régime criminel qui les tue pour rester au pouvoir. »

« J’exhorte donc notre gouvernement à se tenir aux côtés de Madame Radjavi et du brave peuple d’Iran afin que leur révolution soit victorieuse comme nous l’avons promis et le faisons en Ukraine. Le peuple iranien et les femmes en particulier souffrent plus que quiconque. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe