jeudi, mars 30, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe régime en Iran dénonce le rôle de l'OMPI dans le listing...

Le régime en Iran dénonce le rôle de l’OMPI dans le listing du CGRI comme entité terroriste

Le régime en Iran dénonce le rôle de l'OMPI dans le listing du CGRI comme entité terroriste

Le Parlement européen a adopté une résolution exhortant les États membres de l’Union européenne à mettre sur liste noire les Gardiens de la révolution du régime iranien (CGRI) pour leur rôle dans la propagation du terrorisme et la répression des manifestants. Alors que les appels à proscrire le CGRI se multiplient en Europe, les responsables du régime expriment leur peur et leur diatribe à propos de l’opposition iranienne, le rôle des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI ou MEK) dans la mobilisation mondiale contre le parrain du terrorisme à Téhéran.

« L’Europe a protégé et abrité le MEK au cours des dernières décennies. Naturellement, ils cherchent à désigner le CGRI et à affronter cette organisation », a déclaré dimanche le président du Parlement, Mohammad Bagher Ghalibaf, lors d’une séance publique d’évaluation du budget du gouvernement.

« J’avertis l’Union européenne de ne pas tomber dans le piège du MEK », a déclaré le 22 janvier le député Mohammad-Reza Mirtaj al-Dini, membre de la commission du programme et du budget, selon le site Internet Entekhab.

Tout en accusant le MEK de terrorisme, Hossein Salami, le commandant des terroristes du CGRI, a critiqué la France pour avoir « abrité le MEK pendant des années ».

« Aujourd’hui, nous avons assisté à l’adoption d’un projet de résolution émotionnelle, brutale et non professionnelle par le Parlement européen. Nous avons déjà dit que le CGRI est une institution officielle et gouvernementale », a déclaré le FM du régime Hossein Amir-Abdollahian le 19 janvier.

« Le Parlement européen a qualifié le CGRI d’organisation terroriste dans la salle de conférence même où il a accueilli le MEK« , a rapporté la télévision d’État iranienne le 19 janvier. Tout en montrant des photos de la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, au Parlement européen, la télévision d’État a déclaré : « Mais qui est le copain préféré de ces eurodéputés qui signent cette résolution ? Maryam Radjavi. »

La télévision du régime a reflété l’irritation des mollahs face à la façon dont Mme Radjavi a été accueillie à plusieurs reprises par le législateur européen pour entendre ses points de vues politiques concernant l’Iran.

Les responsables du régime et les organes d’information se sont emportés sur le rôle du MEK en soulevant la question de l’inscription du mouvement sur la liste noire. Des dizaines d’interviews et d’articles contre le MEK ont été publiés, les responsables et les médias d’État ressassant leurs allégations éculées contre la principale opposition iranienne.

« Je pense que l’Union européenne se fait jouée par le terroriste MEK. Je suis surpris de voir avec quelle facilité le MEK a trompé les États membres de l’Union européenne. Ce serait certainement contraire aux intérêts de l’UE », a déclaré dimanche le député Gholamreza Shariati, selon le site Internet Entekhab.

« Le Parlement européen est sous l’influence d’entités comme l’OMPI« , a déclaré lundi Abolfazl Zohreh-Vand, ancien ambassadeur du régime en Italie, à l’agence de presse officielle Fars.

« L’Europe joue le scénario du MEK. Ils ont permis au MEK de participer aux sessions publiques et privées de l’UE. Ils auraient dû nous permettre de présenter les documents sur les activités terroristes du groupe », a déclaré dimanche le député Mohammad Hassan Asafari.

« Le Parlement européen a voté pour l’inscription sur la liste noire du CGRI, la force militaire officielle de l’Iran. Pendant ce temps, c’est le MEK, un groupe détesté parmi les Iraniens, qui a planté le décor de cette pièce », a écrit le quotidien officiel Arman, le lundi 23 janvier.

« Les pays européens ont un sale bilan en matière de soutien aux groupes terroristes. Leur soutien unanime à l’OMPI est une tache sur leur bilan en matière de droits de l’homme, démystifiant toutes les affirmations de l’UE de lutter contre le terrorisme en même temps. L’empreinte du MEK dans cette campagne visant à mettre le CGRI sur liste noire est visible», a écrit le quotidien Javan, un média lié au CGRI, dans son éditorial du 24 janvier.

« Les efforts du MEK dans cette campagne anti-CGRI ne peuvent être négligés. Ils ont fait de nombreux efforts et lancé une vaste campagne pour en arriver là, et le Parlement européen est tombé dans le piège de leur propagande, a perdu son indépendance et a porté atteinte à sa réputation », a déclaré l’agence de presse officielle ISNA, citant Mohammad Hashemi, membre de l’expédient du régime. Conseil, le 23 janvier.

Le sujet principal des sermons de la prière du vendredi du régime était la résolution du PE contre le CGRI. Les responsables de la prière du vendredi, agissant en tant que porte-parole du chef suprême, ont dénoncé le rôle du MEK à cet égard. La télévision d’État a diffusé ces insultes anti-MEK.

« Au lieu d’être réaliste, vous avez choisi d’accepter la propagande d’une bande de terroristes que vous avez abrités. Le MEK vous induit en erreur, et ils ont un sombre bilan. Vous creusez votre propre tombe en les soutenant », a déclaré Mohammad Ali Nekonam, le chef de la prière du vendredi de Shahr-e Kurd, le 19 janvier.