lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceJames Jones : Comprendre la véritable histoire de l’OMPI est la clé...

James Jones : Comprendre la véritable histoire de l’OMPI est la clé pour contrer le régime iranien

James Jones : Comprendre la véritable histoire de l’OMPI est la clé pour contrer le régime iranien

Paris, le 29 juin 2024 – Lors du Sommet mondial Iran libre 2024 à Paris, l’ancien conseiller général américain à la sécurité nationale du président Obama, James Jones, a souligné la menace que représente le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) pour le régime iranien et les tentatives désespérées de ce dernier pour retarder sa chute en alimentant la violence par l’intermédiaire de ses mandataires.

Le général Jones a affirmé que les actions de Téhéran créent des défis extraordinaires pour les peuples épris de liberté dans le monde et a critiqué l’incapacité de la communauté internationale à demander des comptes au régime, permettant à Téhéran de maintenir une façade de pouvoir tout en réprimant les soulèvements fomentés par son peuple. Il a souligné que le régime des mollahs de Téhéran est à l’origine du conflit au Moyen-Orient, désormais dangereusement proche de l’acquisition de l’arme nucléaire.

Le texte de l’intervention du général James Jones :
C’est un grand honneur et un privilège d’être de retour ici avec tant d’amis et tant de personnes. Madame Radjavi, merci beaucoup pour votre leadership, et à nos amis de France, merci pour votre hospitalité dans ce merveilleux pays. Cela signifie énormément pour nous tous.

En écoutant tous les intervenants précédents, j’ai été inspiré par leur thème, et cela m’a rappelé que beaucoup de choses dont je voulais parler étaient les mêmes, donc je ne veux pas trop répéter, mais peut-être juste quelques réflexions préliminaires. La première est que nous vivons dans un monde très désordonné, compliqué et dangereux.

Une façon de voir les choses est que nous sommes soumis à une lutte entre autocraties et démocraties partout dans le monde, pas dans une région en particulier, mais la lutte entre autocraties et démocraties est vivante sur presque tous les continents. C’est inquiétant car cela affectera notre façon de vivre, la façon dont cela se manifestera affectera le comportement de nombreux gouvernements et cela affectera la liberté ou le manque de liberté de millions de personnes dans le monde.

Mais nous sommes également confrontés à une opportunité lorsque nous examinons cette lutte particulière, qui est en réalité à l’épicentre de ce qui se passe au Moyen-Orient, une région en proie à des conflits, au terrorisme et à des guerres, et il est très clair que le L’épicentre de cette lutte dans cette région est Téhéran, et il faut s’attaquer à Téhéran. Le guide suprême Ali Khamenei soutient ouvertement les groupes terroristes dans toute la région.

Les mandataires du régime, dirigés par le CGRI, poursuivent leurs campagnes destructrices, créant des circonstances extraordinaires qui mettent au défi tous les peuples épris de liberté presque partout dans le monde. En alimentant les guerres et en promouvant la violence, Téhéran cherche à échapper à la crise provoquée par les soulèvements du peuple iranien. La façade de pouvoir du Guide suprême dans la région est une tentative désespérée de retarder la chute inévitable du régime des mollahs. Ce qui est souvent perçu comme la puissance du régime iranien est en réalité une conséquence de l’incapacité de la communauté internationale à tenir le régime pleinement responsable de son comportement irrégulier.

Aujourd’hui, le monde reconnaît que la racine du conflit au Moyen-Orient réside dans le régime des mollahs de Téhéran, désormais sur le point d’acquérir l’arme nucléaire, comme vient de le souligner l’ambassadeur Bolton. Pour la paix et la stabilité dans la région, nous devons nous concentrer sur une solution viable. Et quant à la posture internationale, pourrions-nous tous proclamer une fois pour toutes que l’apaisement n’est pas une stratégie gagnante que le régime respecte ?

L’heure est à la clarté et à la réaffirmation de la détermination de la communauté internationale. Et puis-je dire qu’à l’exception des Américains qui sont ici, nous devons faire beaucoup plus de travail là-dessus à Washington. Nous n’avons jamais vraiment compris la vérité sur l’histoire de l’OMPI. Dans nos propres médias, ce mensonge se perpétue encore aujourd’hui. Et je pense que l’une des choses que nous devons faire, nous tous ici, en particulier les Américains, c’est de surmonter cette fausse histoire qui a conduit l’OMPI à être répertoriée comme organisation terroriste et a déclenché des années de travail pour tenter d’annuler cette désignation.

Nous devons faire plus que cela. Nous devons convaincre nos élus, nos médias en particulier, que cette histoire est fausse. Et je vous recommande une monographie qui sera bientôt publiée par l’Ambassadeur Lincoln Bloomfield, qui est ici et que vous connaissez tous très bien. Il est l’auteur de l’histoire de l’OMPI depuis la chute du Shah jusqu’à aujourd’hui.

Alors que nous nous réunissons ici aujourd’hui, Téhéran doit savoir que les masses grandissantes qui aspirent à un Iran libre ne seront pas réduites au silence, ni à l’intérieur ni à l’extérieur de l’Iran. Les voix deviendront plus grandes, plus fortes et plus engagées jusqu’à ce que l’inévitable triomphe de la liberté et des droits de l’homme soit remporté. Le régime doit savoir que chaque passage à tabac d’un manifestant pacifique, chaque emprisonnement d’un dissident, chaque meurtre d’un innocent et chaque acte terroriste qu’il commet directement ou par procuration amplifie la force et l’élan du mouvement ainsi que son impératif moral.

Le régime sait et craint intensément ce que nous comprenons tous. L’esprit de Mahsa Amini est vivant dans la jeunesse iranienne et dans le travail de ses défenseurs ici et à travers le monde, qui se lèvent pour mettre fin à la corruption de l’Islam par le régime afin de perpétuer son pouvoir et ses privilèges volés, pour mettre fin à sa répression brutale de la liberté et les droits de l’homme dans le pays, et à son parrainage de la terreur et des conflits dans la région et dans le monde, la fin de la profanation d’une culture autrefois fière, connue pour ses grands poètes, ses grands artistes, ses grands penseurs, transformant l’Iran en une nation paria dont la contribution à la civilisation sous le règne des mollahs est la violence, la haine et la souffrance humaine.

Et entendez cela clairement : la fin absolue de la quête d’armes nucléaires par le régime pour intimider et menacer ses voisins au pays et dans le monde en général et pour renforcer son emprise sur le pays. Sans surprise, les dirigeants iraniens, comme ils l’avaient probablement prévu depuis le début, ont ouvertement ignoré leurs obligations au titre du JCPOA. L’expansion continue du programme nucléaire iranien, notamment l’enrichissement illicite de l’uranium et l’installation de centrifugeuses avancées, l’a amené au bord d’une capacité nucléaire qu’il ne devrait jamais obtenir.

Imaginez à quel point la situation sécuritaire régionale et mondiale serait encore plus périlleuse si le régime, à l’origine du conflit au Moyen-Orient, était armé d’armes de destruction massive. À mon avis, il n’y a pas de plus grande menace pour l’avenir de l’humanité, et cela ne doit jamais exister.

Mesdames et messieurs, cette maxime, attribuée à Edmund Burke, dit que, et je cite : « La seule chose nécessaire pour que le mal triomphe dans le monde est que les hommes bons ne fassent rien », fin de citation. L’esprit de ces paroles est vivant dans cette salle et anime le travail du CNRI et de tant d’autres ici pour créer un avenir meilleur pour le peuple iranien et un monde plus pacifique.

Mais si Burke veut bien me pardonner, je pense que son principe est légèrement erroné. Il n’est pas tout à fait juste que le mal triomphe lorsque les hommes bons ne font rien. Mes amis, le mal triomphe lorsque les bonnes personnes n’en font pas assez, et c’est ce que nous devrions retenir de ce message.

La communauté mondiale doit soutenir bien plus encore l’avenir envisagé par Mme Radjavi et le CNRI, énoncé dans le plan en dix points déjà évoqué. Le manifeste exprime les espoirs et les aspirations irrépressibles du peuple iranien et de tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour protester contre cette tyrannie.

En fait, le régime est si effrayant en raison du pouvoir des idées et des idéaux défendus par le CNRI et la résistance organisée. Il les a terrorisés et attaqués sans relâche, eux et leurs partisans. Quel est le crime aux yeux du régime ?

Le délit d’œuvrer pour un Iran démocratique afin que le grand peuple de ce grand pays puisse revendiquer le droit à l’autodétermination énoncé dans la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies. Je répète : universel. Pour un Iran gouverné par l’État de droit qui reconnaît et protège un spectre complet de libertés humaines fondamentales, la liberté d’expression, de réunion, de protestation et de religion. Pour un Iran dans lequel les femmes ont l’égalité. Pour un État non nucléaire, vivant en paix avec ses voisins et membre responsable de la communauté mondiale.

Je suis heureux de partager cette résolution avant ore la Chambre des représentants des États-Unis a été récemment présentée. J’insiste sur la responsabilité de la communauté internationale de soutenir ces ambitions et de tenir le régime iranien responsable de ses actions qui incitent à la violence, à la terreur et à l’instabilité.

Je suis heureux de dire que la mesure bénéficie d’un large soutien bipartisan. Merci aux membres du Congrès pour cela. D’un point de vue américain, le plan en dix points est véritablement jeffersonien. D’un point de vue mondial, il est éclairé et visionnaire et mérite le soutien de tous les hommes et femmes de bonne volonté engagés dans le triomphe de la tolérance sur la haine, le triomphe de l’autodétermination et de la démocratie sur le fascisme religieux, et bien sûr le triomphe du bien sur le mal.

L’Iran a doté l’humanité de dizaines de poètes précieux. L’un de ses plus grands, Rumi, a écrit, je cite : « Si la lumière est dans votre cœur, vous retrouverez le chemin de la maison. »

Mesdames et Messieurs, la lumière est dans nos cœurs ici et dans ceux de millions d’Iraniens qui ont soif et travaillent pour un avenir meilleur. À cette lumière, je sais que ceux qui s’efforcent chaque jour sans relâche de grands sacrifices pour cette cause trouveront véritablement le chemin du retour.

Merci.