jeudi, janvier 26, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : remarques du président de la Commission des Affaires étrangères du...

Iran : remarques du président de la Commission des Affaires étrangères du CNRI sur la position de Rohani concernant les attaques chimiques d’Assad

Iran : remarques du président de la Commission des Affaires étrangères du CNRI sur la position de Rohani concernant les attaques chimiques d’Assad

CNRI – Mohammad Mohaddessin président de la Commission des Affaires étrangères du CNRI a déclaré : « la communication téléphonique du président du régime iranien Hassan Rohani avec le dictateur syrien, Bachar el-Assad, réaffirmant son soutien total à cette guerre criminelle indique deux faits : 

Premièrement – Le régime iranien participe pleinement aux crimes contre l’humanité, aux crimes de guerre et au génocide en Syrie.

Deuxièmement – cela prouve que les deux factions du régime théocratique, qui a agi comme le principal obstacle à l’éviction d’Assad pendant ces six dernières années, ont l’unanimité dans le soutien d’Assad et le massacre des Syriens. Jusqu’à présent, cela concerne la répression et l’exportation du terrorisme et de l’extrémisme, et il n’y a aucune différence entre les deux factions du régime.

Bachar el-Assad, son gouvernement tout comme Khamenei, Rohani et les commandants des Pasdaran qui sont responsables du meurtre de 500 000 Syriens et du déplacement de plus de la moitié de la population du pays, devraient être traduits en justice. En fait, ce sont des criminels tout comme ceux jugés à Nuremberg.

Rohani, qui attribue de façon éhontée le massacre d’innocents à Khan Sheikhoun, notamment de femmes et d’enfants, avec des armes chimiques, à l’opposition, est la même personne qui pendant ces 38 dernières années a attribué la répression et le massacre des Iraniens à l’opposition du régime des mollahs et s’est vanté d’avoir trompé la communauté internationale sur le programme nucléaire de ce régime. Dans son coup de téléphone, Rohani a réitéré que le régime théocratique se tiendrait aux côtés du régime Assad. C’est la seule partie vraie dans la conversation de ce mollah criminel, car la chute d’Assad aurait une onde de choc déstabilisatrice pour les fondations du fascisme religieux au pouvoir en Iran.

C’est exactement ce que Rohani confirme, comme l’a spécifié Khamenei il y a quelque temps lorsqu’il a déclaré : « Si nous ne nous battons pas en Syrie, nous serons obligés de nous battre à Shiraz, Ispahan et Téhéran. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe