lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsSoutenez le soulèvement iranien et rompez le silence qui renforce l'impunité du...

Soutenez le soulèvement iranien et rompez le silence qui renforce l’impunité du régime

Soutenez le soulèvement iranien et rompez le silence qui renforce l'impunité du régime

Maintenant que le soulèvement national du peuple iranien dure depuis près de deux mois entiers, il est grand temps que la communauté internationale reconnaisse la possibilité réelle d’un changement de régime et commence à agir en conséquence. Les dirigeants occidentaux ont encouragé verbalement les manifestants. Mais ces déclarations n’ont généralement pas été à la hauteur du mouvement populaire pour un changement de régime ou de la reconnaissance de leur droit à l’autodéfense face à l’escalade de la répression étatique.

Bien sûr, les puissances occidentales et les organismes internationaux ont dénoncé cette répression, mais ils n’ont pas encore adopté de stratégie visant réellement à y mettre fin ou à demander des comptes à ses auteurs. Pourtant, ils peuvent faire beaucoup pour atteindre ces objectifs, et la plupart de ces actions aideraient également le peuple iranien à atteindre ses propres objectifs sans s’élever au niveau d’une intervention étrangère directe dans les affaires iraniennes.

Les autorités iraniennes ont tué environ 550 manifestants jusqu’à présent, tandis que 30000 ont été arrêtés. Un millier d’inculpations ont été annoncées rien qu’à Téhéran au cours des deux dernières semaines, dont certaines pour des motifs politiques tels que l' »inimitié envers Dieu« , qui sont passibles de la peine de mort. La population a vaillamment résisté à toutes les tentatives de répression, affrontant souvent les forces de sécurité lourdement armées en brandissant seulement des pierres. Mais en l’absence de pressions sérieuses de la part du monde extérieur, cette résistance n’a qu’une portée limitée.

Les répressions se poursuivront inévitablement, soit jusqu’à ce que le régime s’effondre une fois pour toutes, soit jusqu’à ce que l’on fasse croire aux mollahs qu’ils courent un plus grand risque en continuant qu’en se retenant. Il est peu probable qu’ils en arrivent à cette conclusion de sitôt, mais s’ils le font un jour, ce sera parce qu’ils sont confrontés à une double pression, celle de la population intérieure et celle du monde extérieur.

Le peuple iranien a contribué à créer cette situation depuis la mort de Mahsa Amini aux mains de la « police des mœurs » de Téhéran. À chaque fois, ils ont clairement fait savoir que rien ne les obligera à se conformer au statu quo. Les forces de sécurité restent préoccupées par les manifestations qui ont lieu dans plus de 200 villes et qui répètent les slogans tels que « A bas le dictateur » et déclarent que le régime tombera au cours de « cette année sanglante ».

En outre, contrairement aux soulèvements précédents, le mouvement actuel pour le changement de régime a été revigoré par chaque mort subséquente aux mains des forces répressive. La tradition chiite veut que des cérémonies commémoratives soient organisées 40 jours après la mort d’une personne, et ces cérémonies sont devenues le point de départ de nombreux rassemblements de milliers de manifestants qui se sont engagés non seulement à pleurer leurs collègues morts, mais aussi à garantir que leur mort ne sera pas vaine.

L’ampleur et la fréquence de ces rassemblements posent clairement un défi à la stratégie de longue date du régime pour mettre fin au soulèvement populaire. Ainsi, le soulèvement est entré dans son troisième mois, même après que le chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) a déclaré la fin des « émeutes » et menacé quiconque continuerait à descendre dans la rue. Des menaces similaires ont été proférées par nul autre que le Guide Suprême Ali Khamenei, mais les manifestants continuent de le condamner nommément et d’insister sur la fin de son règne.

Malheureusement, le silence relatif de la communauté internationale à l’égard de cette répression antérieure fait qu’il est pratiquement certain que le nombre de morts actuel va continuer à augmenter. Ce silence a renforcé la notion préexistante selon laquelle Téhéran jouit de l’impunité en matière de Droits de l’Homme et sera toujours traité comme un acteur légitime sur la scène internationale, quelle que soit la gravité de ses violations.

https://fr.ncr-iran.org/communiques-cnri/iran-protestations/

Il existe des mesures simples que les puissances mondiales peuvent prendre pour éliminer ce sentiment d’impunité si elles veulent contribuer à convaincre Téhéran qu’il ne peut espérer maintenir son emprise sur le pouvoir tout en continuant à réprimer la dissidence. Les ambassades iraniennes devraient être sommairement fermées, et toutes les négociations en cours avec le régime devraient prendre fin. Les dirigeants mondiaux devraient également envisager d’ouvrir le dialogue avec la force à l’origine des troubles actuels, à savoir le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), qui constitue une alternative viable et démocratique au système théocratique.

La communauté internationale peut également soutenir les efforts de cette organisation et contribuer à accroître la pression intérieure sur le régime clérical simplement en affirmant les droits du peuple iranien à se défendre activement contre la tyrannie et la répression. C’est une mesure que le monde occidental aurait dû prendre il y a longtemps, tout comme il aurait dû demander des comptes aux responsables de la répression de novembre 2019. Mais même trois ans après cette répression, il n’est pas trop tard pour prendre définitivement parti dans la lutte entre le régime iranien et le peuple, d’autant que les Iraniens sont clairement engagés dans cette lutte dans un avenir prévisible.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe