mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsProtestations en Iran, le régime alarmé par la résistance organisée à Téhéran

Protestations en Iran, le régime alarmé par la résistance organisée à Téhéran

Protestations en Iran, le régime alarmé par la résistance organisée à Téhéran

Des jeunes envahissent les rues de Bojnourd, dans la province du Khorasan du Nord, dans le nord-est de l’Iran

Suite au meurtre brutal de Mahsa Amini, une jeune fille de 22 ans, par la police des mœurs, des manifestations ont éclaté à travers l’Iran avec des slogans contre les dirigeants du régime. Simultanément, la peur du régime devant le caractère organisé de la résistance grandit, les responsables mettant en garde contre le rôle prépondérant des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et les unités de résistance dans la direction du mouvement.

« Les monafeghine (hypocrites, terme utilisé par le régime pour désigner l’OMPI) et ses partisans occidentaux sont à l’origine des récentes séditions et incidents« , a écrit le site Entekhab qui cite Hosseinali Haji-Deligani, membre de la direction du parlement, le 21 septembre.

« L’autorité du système islamique ne peut pas être mise en danger par les tentatives désespérées de l’OMPI « , a écrit Mehr News, un média lié au ministère du Renseignement et de la Sécurité (Vevak) du régime.

« Certaines rues ont été témoins de manifestations après la mort de Mahsa Amini. L’OMPI est derrière ces manifestations, et les minorités ethniques étaient également présentes », a reconnu la télévision publique le 20 septembre.

« Le décès de Mahsa Amini était comme jeter de l’huile sur le feu, et l’OMPI l’a utilisé contre notre système. Des images montrent l’OMPI en train d’attaquer les forces de police, qui sont un pilier de notre sécurité, blessant plusieurs d’entre eux », a écrit le journal Mehr qui cite le « Bureau pour le renforcement de l’unité », le 21 septembre. Cette organisation est chargée de réprimer les universités.

« Selon des témoins oculaires, dans les récentes manifestations des unités étaient organisées et chargées de destruction. Ils ont utilisé de nouvelles tactiques pour s’attaquer aux forces de sécurité. Cela confirme qu’ils avaient été entraînés. »

« Les manifestations se sont radicalisées depuis hier soir après l’entrée en scène d’éléments organisés. Ces actions contrastent fortement avec la désobéissance civile ordinaire », a écrit le 21 septembre l’agence de presse Tasnim, un média lié aux pasdaran.

« Les manifestations qui ont commencé il y a deux jours dans certaines villes d’Iran se sont transformées en troubles et émeutes. Les photos publiées hier depuis Téhéran et différentes villes d’Iran montrent bien plus qu’une simple protestation contre la mort de Mahsa Amini. Ces images témoignent d’émeutes organisées qui encouragent la destruction des biens publics », a rapporté le quotidien gouvernemental Hamshahri, le 21 septembre.

« Le chef du l’OMPI a publié une déclaration et a soutenu ces manifestations, et j’ai lu sur Twitter qu’ils ont applaudi les manifestants et appelé à brûler le drapeau [du régime]. Nous sommes confrontés à des émeutes sans précédent. Ils ont scandé que ‘’la mort de Mahsa est une excuse, la cible est l’ensemble du système’’. Regardez les vidéos publiées, ils brûlent des véhicules de police ou frappent les policiers. L’OMPI a lancé un appel à manifester et des émeutes se sont formées », s’est alarmé un journaliste à la télévision d’État iranienne, le 22 septembre.