mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsL'Iran termine 2022 avec des soulèvements et entame une année 2023 victorieuse

L’Iran termine 2022 avec des soulèvements et entame une année 2023 victorieuse

L'Iran termine 2022 avec des soulèvements et entame une année 2023 victorieuse

L’Iran est entré en 2023, passant une année pleine de protestations et de grèves. Ces manifestations annonçaient un soulèvement national et ont finalement éclaté en septembre 2022 et se poursuivent malgré la répression du régime.

Les Iraniens ont marqué l’année 2022 avec des manifestations sociales qui se sont étendues à travers le pays après une pause de près de deux ans en raison de la pandémie de Covid-19. La mauvaise gestion de la crise par le régime des mollahs a fait plus d’un demi-million de victimes et a empêché un autre soulèvement de se produire après les grandes manifestations iraniennes de novembre 2019.

Cependant, après des mois de manifestations dispersées à travers le pays, enfin, en février 2021, les minorités baloutches de la province du Sistan et du Baluchestan se sont soulevées contre la discrimination systématique. Cette manifestation a été suivie de plusieurs autres grandes manifestations à Ispahan par des agriculteurs.

La première série de manifestations a commencé en avril 2022 par des enseignants et des éducateurs. Cette manifestation nationale faisait partie du mouvement des enseignants qui a commencé fin 2021 contre leurs mauvaises conditions économiques, exigeant la libération des enseignants et militants détenus et protestant contre la négligence du régime à résoudre leurs problèmes. Selon les rapports compilés par l’opposition iranienne, (OMPI), des enseignants et des éducateurs d’au moins 50 villes ont organisé des manifestations le 21 avril 2022. Les manifestants ont scandé des slogans tels que : « Libérez les enseignants emprisonnés », « Enseignants, travailleurs, unissez-vous », « le gouvernement trahit, le parlement soutient », « les enseignants sont réveillés et ils abhorrent la discrimination » et « ceci est le dernier message, le mouvement des enseignants est prêt à se lever ».

La deuxième série de grèves et de manifestations à l’échelle nationale a appartenu aux retraités qui ont commencé leurs protestations fin 2021, exigeant leurs retraites différées et recherchant des salaires plus élevés, ajustés à l’augmentation du taux d’inflation et des prix élevés.

Le dimanche 15 mai, des retraités ont organisé des manifestations dans tout le pays devant les bureaux locaux de l’Organisation de la sécurité sociale.

Malgré la tentative du régime de disperser la foule et de démanteler ce mouvement en arrêtant plusieurs militants, les retraités ont poursuivi leurs manifestations nationales en juin. Lundi 6 juin, des dizaines de villes iraniennes ont été témoins de manifestations de retraités, qui ont scandé avec défi des slogans anti-régime, ciblant le président nouvellement élu du régime, Ebrahim Raïssi. Bien que le régime ait augmenté les pensions, mais comme le taux d’inflation était beaucoup plus élevé, les retraités sont restés sous le seuil de pauvreté. Ainsi, dans leurs protestations, ils ont scandé : « Mort à Raïssi », « Assez de promesses, nos tables sont vides » et « L’inflation est à 100%, ils augmentent les salaires de 10% ».

Téhéran – Manifestation des retraités du réseau bancaire

Les manifestations se sont poursuivies malgré les nombreux avertissements et intimidations du régime. Le 8 juin, des créanciers et des investisseurs fraudés ont organisé un rassemblement de protestation devant la Bank-e Meli de Téhéran. Cette protestation s’est alignée sur un mouvement de trois ans d’investisseurs et de créanciers de nombreux établissements de crédit et banques affiliés à l’État qui ont dévoré l’épargne de toute une vie en encourageant les citoyens à investir avec un taux d’intérêt plus élevé.

Suite à la crise des fluctuations monétaires en Iran, qui a entraîné la dévaluation du rial en juin et juillet, les commerçants de Téhéran et d’autres villes ont organisé des manifestations et se sont mis en grève. Ils ont protesté contre leurs mauvaises conditions de vie et la mauvaise gestion par le régime de la crise économique du pays.

Grandes manifestations de rue

Le 23 mai, le complexe Metropol de dix étages à Abadan, dans le sud-ouest de l’Iran, s’est effondré, faisant des dizaines de victimes. Situées dans un quartier animé du centre-ville d’Abadan, les tours jumelles de Metropol ont été évaluées comme un bâtiment dangereux par de nombreux experts. Mais en raison de ses liens étroits avec les commandants supérieurs du CGRI et d’autres responsables locaux, le propriétaire de Metropol, Hossein Abdolbaghi, a ignoré de nombreux avertissements d’experts et les a qualifiés d’hallucinations. « La formule derrière Abdolbaghi pour devenir riche est une gestion intelligente et l’établissement de relations [avec les entités du régime], des opportunités privilégiées et la formation de liens avec des personnalités politiques et administratives », a reconnu le site Web Fidous, géré par l’État, le 3 août 2020. Le régime a également retardé pour aider à récupérer les survivants potentiels, ce qui a encore plus irrité les habitants. En conséquence, des manifestations ont éclaté à Abadan et dans d’autres villes du sud-ouest de l’Iran.

Pourtant, ce n’était pas la première série de manifestations dans le sud-ouest de l’Iran. Considérée comme un foyer de manifestations anti-régime, la province du Khuzestan a été témoin de plusieurs autres manifestations en mai et juin 2022 par des habitants, qui ont protesté contre les conditions de vie désastreuses et l’insupportable conditions économiques. Les forces de sécurité ont fait une descente dans ces manifestations, arrêtant des dizaines de citoyens tout en frappant sévèrement des manifestants innocents.

En mai et juin 2022, les Iraniens de dizaines de villes sont descendus dans la rue, dénonçant les politiques économiques de Raisi, y compris l’élimination du soi-disant « taux préférentiel » de 42 000 rials pour un dollar. Au lieu de répondre aux griefs économiques des gens, les forces de sécurité ont arrêté de nombreux manifestants et infligé des violences à bien d’autres.

Pourtant, le régime n’a pas réussi à arrêter une haine publique croissante et l’explosivité de la société, qui découlaient de quatre décennies de mauvaise gestion, d’incompétence, de corruption et d’oppression. Ce baril de puissance n’avait besoin que d’une étincelle pour exploser, et cette étincelle a été le meurtre tragique de Mahsa Amini en garde à vue. Depuis lors, les manifestations se sont poursuivies dans tout l’Iran, les gens visant un changement de régime et ciblant la théocratie au pouvoir dans son intégralité.

Quelques semaines avant le début des manifestations anti-régime, l’Université suprême de la défense nationale de la théocratie au pouvoir a publié un rapport, avertissant les autorités que « trois Iraniens sur quatre participent aux manifestations ».

Le rapport « L’Iran après [l’année perse] 1400 » a souligné que les deux manifestations généralisées de janvier 2018 et novembre 2019, ainsi que les sanctions, la mauvaise gestion des impulsions économiques par le régime et ses politiques au cours des trois dernières décennies « promettent une profonde changer dans un avenir proche.

Parallèlement à l’oppression et au meurtre de plus de 750 manifestants, les autorités ont fait de nombreuses promesses creuses sur les réformes économiques et sociales, et leurs experts à l’étranger tentent désespérément de dépeindre le conflit entre le peuple et le régime comme une simple compétition économique créée en raison de l’étranger. les sanctions. Ils ont également tenté de limiter les revendications du peuple iranien, en particulier des femmes, à l’abolition du hijab obligatoire.

Cependant, les slogans du peuple iranien, tels que « Avec ou sans hijab, en avant vers la révolution », ou « Pauvreté, corruption, prix élevés ; nous allons renverser [le régime] » ou « Mort à Khamenei », « A bas l’oppresseur, que ce soit le Shah ou le chef [Khamenei] » et « Notre ennemi est ici ; ils mentent, ce sont les États-Unis. ont démystifié ces affirmations, soulignant le désir de la nation d’établir un pays démocratique et laïc.

Le peuple iranien rejette les régimes du Shah et des mollahs L’Iran proteste
Le régime clérical a semé le vent pendant de nombreuses années et récolte maintenant une tempête. La seule solution dont dispose vraiment Téhéran est l’oppression, qu’il a brutalement poursuivie jusqu’à présent. La durabilité des manifestations dans de telles conditions confirme à elle seule que le soulèvement est organisé, et ce fait a été reconnu par de nombreux responsables du régime et des médias d’État.

« La récente sédition a été complètement dirigée et organisée pour renverser l’État. Essayant d’exploiter de fausses séditions, les ennemis cherchaient des émeutes de rue, des attaques contre des biens publics et gouvernementaux« , a déclaré l’agence de presse publique Tasnim, citant Hossein Ashtari, le commandant en chef des forces de police, le 17 décembre.

Outre leur rôle moteur dans la révolution en cours, les Unités de la Résistance ont développé une culture de défi en incendiant les symboles, affiches et statues des mollahs. En outre, la Résistance iranienne a réussi à mobiliser la communauté mondiale pour isoler davantage la théocratie au pouvoir.

Le rôle du réseau des unités de résistance du MEK en Iran en tant que moteur majeur des manifestations et les efforts du régime pour ternir l’image de son alternative viable à tout prix, révèlent également que les mollahs sont aux prises avec une crise existentielle.

Le peuple iranien et sa résistance organisée ont commencé en 2023 avec une détermination inébranlable à renverser le régime et à réaliser un changement démocratique attendu depuis longtemps. Le temps est venu pour le monde de se tenir à ses côtés et de soutenir le désir des Iraniens d’avoir un pays démocratique. La communauté internationale devrait couper les ponts avec le régime et reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense face à la répression croissante. Ce serait les vœux de fin d’année les plus concrets et un acte de solidarité avec le peuple iranien.