lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes manifestations se poursuivent en Iran, "la patience du peuple s'épuise"

Les manifestations se poursuivent en Iran, « la patience du peuple s’épuise »

Les manifestations se poursuivent en Iran, "la patience du peuple s'épuise"

Chaque jour, les villes iraniennes sont témoins de manifestations de personnes démunies de tous horizons qui endurent des conditions de vie insupportables. Ces protestations sapent les affirmations du régime de « gestion économique » et dénoncent les promesses creuses des responsables sur la revitalisation de l’économie en difficulté du pays.

Selon des informations compilées par l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), plusieurs manifestations ont éclaté dans différentes villes iraniennes ces derniers jours.

Mardi, des employés de l’administration fiscale ont organisé des manifestations dans une dizaine de villes devant les antennes locales de l’administration fiscale nationale, pour protester contre leurs bas salaires.

Mardi, les retraités de l’industrie pétrolière ont manifesté devant les caisses locales des caisses de retraite, d’épargne et de prévoyance des travailleurs du pétrole. Ils ont exprimé leur indignation face à leur faible pension, qui est incompatible avec la montée en flèche de l’inflation et des prix.

Il convient de noter que les retraités iraniens ont organisé des manifestations à l’échelle nationale au cours de l’année dernière, dénonçant les politiques dévastatrices du régime, la corruption et l’incompétence, entraînant une augmentation de l’inflation et une flambée des prix.

Le dimanche 11 avril, les retraités ont de nouveau organisé leurs manifestations nationales. Mme Maryam Radjavi, la présidente élue de l’opposition iranienne, a salué leur bravoure et leurs protestations continues.

Dans un développement similaire mardi, des retraités de la société iranienne de télécommunications ont organisé une manifestation précédemment annoncée devant le siège de l’exécution de l’ordre de l’imam Khomeiny (EIKO). EIKO est l’une des plus grandes institutions financières d’Iran, contrôlée par le guide suprême du régime, Ali Khamenei. EIKO et les gardiens de la révolution du régime (CGRI) dominent la société de télécommunications d’Iran.

Des retraités de la société de télécommunications ont été entendus scandant : « Aucune nation n’a vu autant d’injustice ».

Mardi, les assistantes dentaires de Téhéran et de Chiraz ont organisé un rassemblement de protestation pour réclamer l’égalité de rémunération.

Lundi, des agriculteurs d’Ispahan, dans le centre de l’Iran, ont organisé un rassemblement de protestation, réclamant leurs droits à l’irrigation tout en scandant des slogans contre les fausses promesses des responsables. Des manifestations ont éclaté en novembre 2021 à Ispahan après que les forces de sécurité du régime ont pris d’assaut le sit-in des agriculteurs et leur camp de fortune aux premières heures du 25 novembre et incendié leurs tentes. Les manifestants ont rapidement affronté les forces de sécurité, appelant à un changement de régime. Les forces de sécurité ont utilisé des fusils à plomb et tiré sur les manifestants principalement dans les yeux, aveuglant des dizaines de manifestants.

Lundi, des parents d’élèves de Karaj, près de Téhéran, et de Kazeroun, dans le sud-ouest de l’Iran, ont organisé des manifestations et des rassemblements contre la décision du régime de reprendre les cours en personne au milieu de l’aggravation de la crise de Covid-19 dans le pays. Il convient de noter qu’en raison de l’interdiction par Khamenei des vaccins américains et britanniques et de la mauvaise gestion du régime, plus d’un demi-million d’Iraniens ont perdu la vie depuis que le coronavirus a frappé le pays pour la première fois.

Le dimanche 11 avril, les ouvriers de l’usine Kian Tire ont organisé un rassemblement de protestation à Téhéran. Ils ont organisé à plusieurs reprises des manifestations pour réclamer leurs salaires, avantages sociaux et autres primes différés. Mais jusqu’à présent, ils n’ont répondu à aucune de leurs revendications.

Les manifestations en cours à travers l’Iran montrent à quel point la société iranienne est instable. La vague croissante de protestations, malgré les menaces de répression gouvernementale, reflète également la fragile emprise du régime sur le pouvoir, car les gens ne craignent plus les forces oppressives.

La sombre économie du pays est en train de ruiner la vie des Iraniens. L’inflation oscille autour de 50% et les prix des biens de consommation montent en flèche, empêchant les gens d’avoir une vie décente. Craignant la colère du public face à une économie en chute libre, les initiés du régime et les médias d’État mettent en garde contre un autre soulèvement national. La calamité financière et les préoccupations des gens ne sont pas primordiales pour les dirigeants du régime et les médias. Ils donnent la priorité à un objectif, qui est de préserver le régime de mauvais augure.

« La patience des gens s’épuise parce qu’ils subissent aujourd’hui la pression maximale dans le domaine des moyens de subsistance« , a averti le quotidien officiel Etemad le 13 avril. « Le fardeau de ces problèmes sur le dos des gens, imposé ces dernières années, est progressivement devenu lourd et épuisant, et le moindre problème pourrait leur briser la colonne vertébrale », ajoute le journal.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe