lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes manifestations en Iran s'étendent dans un contexte de répression croissante

Les manifestations en Iran s’étendent dans un contexte de répression croissante

Les manifestations en Iran s'étendent dans un contexte de répression croissante

Le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a menacé samedi que le régime des mollahs agirait « de manière décisive » pour affronter et contenir les protestations qui prolifèrent dans tout le pays depuis plus de 14 jours.

Les menaces de Raïssi, après 14 jours de manifestations et plus de 300 morts, devraient inciter la communauté internationale à prendre des mesures décisives pour maintenir l’attention sur la situation en Iran et empêcher la répression des manifestations.

Raïssi a un sombre bilan de violations des droits humains qu’il a commises à la lumière de l’inaction de la communauté internationale face aux crimes du régime génocidaire.

Raïssi a été l’un des quatre responsables de la « commission de la mort » de Téhéran à l’été 1988. Des commissions de la mort similaires dans tout le pays ont été chargées de la mise en œuvre à l’échelle nationale de la fatwa de Khomeiny concernant le principal groupe d’opposition pro-démocratie, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. En se concentrant sur ce groupe, les commissions de la mort ont exécuté systématiquement plus de 30 000 prisonniers politiques en trois mois cette année-là – un massacre que Raïssi a continué à défendre ouvertement même après être devenu président du régime.

L’actuel guide suprême du régime, Ali Khamenei, a fait appel à Raïssi spécifiquement comme l’approbation d’une répression violente similaire. Auparavant chef de la justice du régime, Raïssi a supervisé la torture systématique des personnes arrêtées lors du soulèvement de novembre 2019, qui a également vu 1 500 manifestants tués par le Corps des gardiens de la révolution islamique dans diverses villes.

Ces massacres ont été précédés par le régime qui a coupé une grande partie de l’accès du pays à Internet, ce qui a rendu plus difficile pour les militants d’attirer l’attention internationale appropriée sur la répression. Ce processus se répète actuellement. Cela aussi devrait déclencher la sonnette d’alarme et inciter la communauté internationale à agir immédiatement et de manière décisive.

Après qu’Elon Musk ait suggéré que le système Internet par satellite Starlink de sa société pourrait aider le peuple iranien, le Trésor américain a annoncé qu’il assouplissait les sanctions sur les équipements concernés. En l’absence d’un plan concret pour mettre cet équipement entre les mains des militants iraniens, c’est loin d’être une solution, mais c’est toujours un symbole important de l’intérêt mondial pour aider l’Iran – quelque chose qui faisait relativement défaut lors des manifestations nationales de 2009 et même les soulèvements de ces dernières années, dont 2019.

Si les États-Unis et l’Europe ne sont plus disposés à laisser les Iraniens souffrir en silence pendant que le régime les isole, alors nous devrions tous espérer qu’ils ne sont pas non plus disposés à laisser ces personnes poursuivre seules leur lutte, en particulier les femmes qui ont mené cette lutte. En fait, les manifestations actuelles ont commencé après la mort tragique de Mahsa Amini aux mains de la « police de la moralité » de Téhéran.

Alors qu’elle visitait la capitale depuis le Kurdistan, la jeune femme a été accusée de porte son voile de façon inaproprié et a été forcée de monter dans une camionnette et battue à la tête, ce qui l’a fait tomber dans le coma et mourir trois jours plus tard.

Immédiatement après, des manifestations ont éclaté, avec des femmes à la tête des manifestants qui scandaient des slogans anti-régime. La mort tragique de Mahsa et les manifestations en cours en Iran ont déclenché un réveil dans l’esprit des observateurs occidentaux qui ont raison d’encourager les femmes iraniennes et l’éviction des mollahs.

À la lumière de ce réveil, les décideurs politiques occidentaux devraient exprimer plus fortement leur soutien au peuple iranien, et le mouvement organisé de la Résistance a le droit  d’exiger un changement de régime.

Inversement, ils doivent faire comprendre à l’administration Raïssi et à l’ensemble du régime iranien qu’ils n’ont pas le droit de réprimer le people et qu’ils subiront des conséquences à l’échelle internationale pour toute escalade de la violence.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe