lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : Les vulnérabilités fondamentales des pasdaran

Iran : Les vulnérabilités fondamentales des pasdaran

Iran : Les vulnérabilités fondamentales des pasdaran

Loin d’être une expression de pouvoir, les vociférations du commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), Hossein Salami, hier à Shiraz, ont mis en évidence la faiblesse totale de l’organisation et son incapacité à contrecarrer le soulèvement national qui est entré dans son 45e jour le 30 octobre.

Ce fait a été confirmé par une série de rapports hautement confidentiels que le CNRI a rendus publics récemment et qui exposent le modus operandi du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) et la politique du régime pour contrer les soulèvements nationaux. Il en ressort que le Corps des gardiens de la révolution islamique a déjà joué un rôle de premier plan dans la direction stratégique et opérationnelle de la campagne de répression du régime contre le soulèvement.

Les directives soulignent le fait que les niveaux de menace que le régime a attribués aux protestations persistantes et le rôle de la Résistance organisée sont plus élevés que ce qu’il reconnaît publiquement et que des défections et désobéissances importantes se produisent dans les rangs des pasdaran, attirant l’attention des hauts gradés.

Certaines de ces informations portent la signature et le sceau de commandants des pasdaran, notamment son commandant en chef, le général de division Hossein Salami ; ce qui indique l’implication personnelle de ce dernier.

Selon ces directives, de nombreuses brigades et unités des pasdaran ont été déployées dans le cadre de la répression, notamment la brigade du QG auxiliaire des forces terrestres des pasdaran et la brigade du QG auxiliaire de l’état-major général.

Les documents révèlent également les efforts du régime pour contrer la vaste campagne anti-répression des militants du principal mouvement d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), connue sous le nom d’Unités de résistance.

Dans un ordre classé « Urgent – très confidentiel » du 20 octobre, le commandant adjoint du QG de Sarallah à Téhéran (chargé de la sécurité à Téhéran), le brigadier Hossein Nejat de l’IRGC, déclare :  » Compte tenu de la tendance croissante des activités divisionnaires des éléments des Unités de résistance affiliées au groupe terroriste des Hypocrites (terme péjoratif employé par les mollahs pour désigner l’OMPI) contre les lieux classifiés, en particulier les bases des pasdaran, et conscient de la directive de l’honorable commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique, … il est nécessaire d’identifier tous les lieux classifiés, y compris les lieux militaires, gouvernementaux et judiciaires, qui sont sujets à des actions divisionnaires. »

Selon un document classé « hautement confidentiel », préparé pour Ali Khamenei, Guide Suprême du régime, Salami indique qu’au cours des deux premières semaines du soulèvement, les pasdaran, les forces de sécurité de l’État et le ministère du Renseignement avaient arrêté respectivement 9 654, 9545 et 1 246 manifestants. Le document ajoute que 42 % des personnes arrêtées ont moins de 20 ans. En outre, Salami a affirmé que certains des détenus étaient des membres « organisés » de l’OMPI.

Le régime craint également la démobilisation de ses forces de répression. Le 11 octobre 2022, un document classé « hautement confidentiel » et signé par Salami décrit les principaux protocoles de sécurité. Soulignant les dommages subis par les biens et les locaux du Corps des gardiens de la révolution islamique, ainsi que les pertes humaines, et en reconnaissant spécifiquement l’existence d’un « personnel démoralisé« , Salami ordonne à ses forces de sécurité de « s’abstenir de déployer du personnel démoralisé, mécontent et déçu dans les opérations de contrôle des émeutes. »

Il semble également que le contrecoup des meurtres brutaux d’au moins 1 500 manifestants lors des soulèvements de novembre 2019 ait incité le régime à formuler une nouvelle approche des soulèvements ultérieurs. Selon les directives, sur ordre du Guide suprême Ali Khamenei, les forces de répression ont procédé à des détentions massives pendant les manifestations de cette année, notamment à Téhéran et à Karaj ». En conséquence, un nombre important des plus de 450 personnes qui ont été tuées depuis le début des manifestations l’ont été en détention ou à l’écart de la scène publique afin d’atténuer les réactions.

Les documents ont été rendus publics par la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI et ont été obtenus par les membres de l’OMPI à l’intérieur du pays.

Ces renseignements mettent en lumière des faits importants : 1) Les pasdaran sont déjà fortement investis dans la répression du soulèvement ; 2) Malgré cette répression, les protestations se poursuivent avec encore plus de férocité, révélant les vulnérabilités fondamentales du régime ; 3) Les protestations sont organisées et influencées par les Unités de résistance à travers le pays.

Selon toutes les indications, le peuple iranien, qui a renversé la dictature monarchique en 1979 et se soulève aujourd’hui contre la dictature théocratique au pouvoir, ouvre la voie à une nouvelle révolution démocratique. L’objectif est l’établissement d’une république démocratique laïque et non nucléaire, respectueuse des droits de l’homme. Et cet objectif n’a jamais semblé aussi accessible.