jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsHamid Noury ment sur le massacre de 1988 mais confirme la barbarie...

Hamid Noury ment sur le massacre de 1988 mais confirme la barbarie du régime en Iran

Hamid Noury ment sur le massacre de 1988 mais confirme la barbarie du régime en Iran

Un ancien responsable des prisons iraniennes, Hamid Noury, a témoigné pour sa propre défense mercredi, répondant aux questions des procureurs suédois concernant son rôle dans le massacre de 1988 dans les prisons iraniennes. Noury est accusé de crimes de guerre et de meurtres de masse pour avoir participé à ce massacre en conduisant des détenus politiques vers le « couloir de la mort » dans la prison de Gohardacht. Ils y étaient exécutés par groupes de douze.

Jusqu’à présent, la défense de Noury a oscillé entre nier les faits les plus élémentaires de l’affaire et reconnaître les crimes sous-jacents des tribunaux du régime des mollahs. Avant de témoigner, plus d’une douzaine d’autres anciens prisonniers ont témoigné à Stockholm et à Durres, en Albanie, concernant leurs interactions avec Noury et ses collègues geôliers avant, pendant et après le massacre de 1988. Néanmoins, Noury a prétendu qu’il était en congé de son poste pendant la période en question. Il a également nié l’existence même de la prison de Gohardasht et a qualifié le massacre lui-même de « inventé de toute pièce ».

Les remarques de Noury reflètent le secret inhérent au système judiciaire iranien, et non un différend sérieux sur la gravité ou l’objet du massacre. L’OMPI a quant à lui soigneusement enquêté sur les détails de la grande tuerie et a ainsi identifié les sites de charniers dans au moins 36 villes. L’existence de telles fosses communes a été reconnue par les organisations internationales de défense des droits humains comme Amnesty International, qui a également mis en garde contre le fait que les autorités du régime ordonnent des projets de construction sur les sites concernés pour dissimuler de leurs crimes.

Ces projets existent dans le cadre d’une dissimulation beaucoup plus vaste qui a vu les autorités interdire la mention même du massacre pendant près de trois décennies. Cette conspiration du silence a été remise en cause à nouveau en 2016 avec la sortie d’un enregistrement audio présentant les voix de nombreux participants de haut niveau au massacre, ainsi que Hossein Ali Montazeri, le seul responsable important du régime à avoir exprimé son opposition au sujet du la purge des prisonniers ordonnée par une fatwa de Rouhollah Khomeini. À l’époque, Montazeri devait prendre la direction suprême du régime, mais après le massacre, il a été complètement écarté du pouvoir.

Hamid Noury a mentionné à la fois Montazeri et la fatwa lors de deux audiences, alléguant que l’ancien successeur de Khomeiny avait fabriqué la fatwa afin de diffamer le régime. Cependant, ce témoignage contredit les déclarations d’autres responsables loyalistes du régime qui ont défendu l’appel de Khomeiny à l’exécution massive des opposants qu’ils considéraient comme ennemies de Dieu ». Certains d’entre eux sont même allés jusqu’à dire que l’édit religieux du Guide suprême véhiculait « l’ordre de Dieu » et ne pouvait donc pas être remis en cause.

Malgré ses tentatives pour contester la véracité de la fatwa de Khomeiny, le témoignage supplémentaire de Noury a montré une dévotion très similaire à son contenu. Une grande partie de son temps devant le tribunal de Stockholm a consisté à louer les autorités du régime et à calomnier l’OMPI, tout en soulignant la férocité du conflit entre les deux camps. « Si je mentionne le nom des Moudjahidine du peuple, ils m’arrêteront lorsque j’entrerai en Iran », a-t-il déclaré, ajoutant que le même sort arriverait à quiconque mentionnerait le nom de l’organisation en Iran. Noury a même exhorté le procureur à éviter de mentionner ce nom : « Cela va créer des problèmes pour moi. » Pourtant, il a ensuite fait référence au code pénal des mollahs comme celui d’un « système sacré ».

Noury a expliqué sans vergogne l’utilisation par le régime des mollahs de châtiments corporels brutaux tels que la flagellation pour des crimes aussi insignifiants que le mensonge. « Selon le type de crime, ils reçoivent 30 coups de fouet, 50 coups de fouet, 70 coups de fouet à 100 coups de fouet », a-t-il déclaré, bien qu’au moins un témoin à charge ait déclaré avoir reçu 160 coups de fouet à la prison de Gohardasht pendant que Noury était présent.

L’ancien responsable de la prison a également parlé librement de l’utilisation de l’isolement cellulaire et de la torture blanche comme formes de punition, notant que cela constituait des stratégies courantes pour châtier les détenus qui bafouaient les directives de la prison, communiquaient entre eux en utilisant le code Morse ou se rassemblaient. « S’il avait été déterminé qu’un [prisonnier] avait fait quelque chose de mal, [le juge] pouvait demander qu’il soit fouetté. Il ordonnerait qu’il soit fouetté et envoyé en isolement pendant un mois, deux mois, trois mois », a déclaré Noury.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe